Confidences pour confidences

 

Ugo, 22 ans est actuellement en 3e année à Grenoble Ecole de Management. Après un Bac ES, il se lance dans des études de Droit et Economie à la prépa ENS Cachan de Lyon, formation qu’il complète en parallèle avec les cours À l’Université Lumière Lyon 2. Aujourd’hui à GEM, il choisit encore une fois de compléter sa formation, cette fois à l’EISTI, qui lui permet de développer et parfaire ses connaissances en matière d’intelligence économique et stratégie.

 

Ugo Mahin co-animant l’émission « Géopolitique - le débat » de MF.Chatin sur RFI lors du 5e Festival de Géopolitique de Grenoble

Ugo Mahin co-animant l’émission « Géopolitique - le débat » de MF.Chatin sur RFI lors du 5e Festival de Géopolitique de Grenoble

 

 

Retour sur l’expérience Nymphony Records
Ugo a participé activement au développement du label « Nymphony Records ». Il s’agit d’un pole de la Zone Art – Bureau des Arts de GEM. A la naissance du label, ils n’étaient que 10. « A l’époque ils cherchaient une personne ayant certaines compétences dans le domaine du droit et notamment ce qui touche à la propriété artistique et littéraire ». Une aventure qui a permis à Ugo d’allier théorie et pratique. Sa mission : réfléchir dans un premier temps au moyen de faire signer des artistes dans leur label, anticiper les problématiques de droits d’auteur et surtout, comment protéger à la fois l’artiste et le label. S’ensuivent alors les questions de propriété littéraire et artistique mais aussi la fiscalité et rémunération des artistes du label. « En deuxième année, l’expérience m’a fait prendre du galon, et j’ai encadré deux étudiants qui nousont rejoints afin de les former. Aujourd’hui le label s’est bien développé et compte une quarantaine de personnes ! »

 

« Ne rien lâcher et donner le meilleur
de soi même » un leitmotiv que Ugo applique sur le Vélo comme dans ses études.

L’aventure « Crack 40 »
Ugo s’est également vu nommé responsable du journal mensuel d’information économique de Traders (l’association de finance de l’école) : Crack 40. « J’ai repris le Journal en cours d’année car celui-ci était en perte de vitesse. Il a donc fallu créer un nouveau process de rédaction pour le relancer. Nous étions trois à tenir ce Journal, et je remercie le Président de l’époque Monsieur Benzekri pour m’avoir fait confiance en me donnant carte blanche. J’ai fait le choix de ne pas imposer de directives, mais de valoriser les échanges en réunions dans l’idée d’un journal participatif ! Dans cet esprit, nous avons crée la rubrique « Regards croisés ». Il s’agit de choisir un sujet d’actualité, pendant une heure en partant d’une problématique commune puis à partir des enregistrements, nous écrivons l’article. Ce qui donne généralement une chronique très vivante. »

 

Le Parlement à 17 ans !
Tous les ans, cinq jeunes de chaque pays européen sont sélectionnés et réunis pendant une semaine afin de réfléchir ensemble sur plusieurs thématiques. En 2008, c’est Ugo qui s’est lancé dans l’aventure ! « Les sujets sont très variés, dans mon comité de travail, nous avons plus particulièrement discuté de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire. L’objectif est de préparer les dossiers seul dans un premier temps, puis en comité, avant de passer au débat. Par la suite nous devions rédiger les résolutions et les faire voter aux assemblées plénières. » Pendant deux jours s’ensuivent les soutenances orales et les résolutions sont alors compilées dans un livre transmis au Parlement européen. Pour Ugo qui souffrait alors d’une grande timidité, cette expérience eut l’effet d’un révélateur. Puisque le Jour J, c’est lui qui a présenté les résolutions dans l’hémicycle devant 300 personnes ! « Cette aventure, et notamment cette prise de parole en public, fut extrêmement professionnalisante. J’ai appris à oser, à ne pas me m’autocensurer sans cesse. Après tout, qui ne tente rien n’a rien ! »

 

Un sport ?
Le vélo ! Je fais beaucoup de cyclisme. D’une manière générale le sport a toujours eu une place très importante dans ma vie. J’ai remarqué que dans le vélo, on retrouve assez nettement le paradoxe existant dans le monde de l’entreprise : chacun est seul dans son effort tout en travaillant dans une logique d’équipe.
Ton «petit plus» à toi ?

Ma coupe de cheveux !
Ce que tu détestes ?
L’hypocrisie
Définis-toi en 3 mots ?
Tolérant, sympathique, et têtu !

 

Anne-Sophie Mathieu