Une journée aux côtés d’Isabelle Huault pour découvrir son quotidien très engagé de présidente de Paris-Dauphine. 50 ans de l’institution, programme de rénovation pour fonder un campus unique et durable, ouverture sociale et solidarité en tant qu’université responsable, mobilisation des alumni, développement d’une formation et d’une recherche d’excellence, ses actions sont plurielles.

 

7h30 Musculation à la salle de Paris-Dauphine. La présidente évoque le sport comme « une nécessité pour entretenir mon endurance. Les agendas de présidents sont chargés, il faut être en forme sur tous les plans. ».

« Nous avons la chance d’avoir de bons équipements, et une pratique sportive très développée chez les personnels et les étudiants. » Le programme Talents de Paris-Dauphine est ainsi taillé pour les étudiants menant en parallèle un parcours de sportifs de haut niveau ou d’artistes.

9h00 La présidente tient le ComEx tous les lundis. Les 8 dirigeants de l’université balayent les sujets d’actualité et les projets de long terme.

Ils débutent ce jour-là par l’évaluation de l’HCERES. « Nous sommes très satisfaits des premiers retours des experts qui portent sur nos centres de recherche… Ils ont été évalués de manière très positive…»

L’équipe prépare le livret des 50 ans de Paris-Dauphine, fondée en 1968. Les célébrations débutent en septembre lors de la Semaine de l’Egalité et de la Diversité. La présidente porte très haut l’engagement de Dauphine en matière de Responsabilité sociale. « Nos 50 ans sont l’occasion de considérer le chemin parcouru et de nous projeter vers l’avenir. Nous communiquerons sur notre stratégie, nos valeurs et notre positionnement d’université pluridisciplinaire d’excellence, en lien avec les milieux socioéconomiques, au sein de PSL. »

Cohésion et célébrations autour des 50 ans de Paris- Dauphine

Les évènements se poursuivront en 2019 avec un Gala, et la réunion des docteurs honoris causa de l’université avec peut-être à nouveau la présence du Quartet du dialogue national, Prix Nobel de la Paix tunisien 2015. « Cette présence est symbolique et souligne notre engagement à Tunis avec notre campus. » Paris-Dauphine a également des campus à Londres, Casablanca, Madrid et Mannheim. Parmi les autres événements des 50 ans de Paris-Dauphine, une grande soirée sera dédiée aux 1 000 personnels de l’université. « Un anniversaire est toujours un vecteur de cohésion pour la communauté. Nous lancerons aussi en mars 2019 la campagne de fund raising, à l’occasion du Diner de Gala organisé par la Fondation Paris-Dauphine. »

La recherche, atout maître de Paris-Dauphine

L’équipe fait le point sur le budget recherche. « C’est un atout majeur de notre université. C’est pourquoi j’ai souhaité que ce budget connaisse cette année une augmentation significative, aux environs de 12 %. » Cette augmentation sera équitablement répartie entre les 6 centres en sciences de l’organisation et de la décision : mathématiques, informatique, sciences de gestion, économie, sociologie et sciences politiques, droit.

Beaucoup plus qu’une business school

« Nous ne nous définissons pas comme une business school parce que Paris-Dauphine, c’est plus que cela ! » L’institution aborde des champs variés allant des sciences dures aux sciences sociales. « Un riche panel qui permet d’éclairer tant la décision des organisations publiques que privées. Nous jouons sur une fertilisation croisée pour enrichir les problématiques sociétales, de big data, d’IA, ou encore les enjeux de développement et de pauvreté. » La présidente termine le ComEx par la préparation du prochain International Advisory Board. « Nous réunissons ces experts une fois par an. Cette année le conseil portera sur notre stratégie internationale et en matière de formation continue. » Le CA en formation continue de l’université est en augmentation (16 M€ pour environ 2 200 personnes formées par an).

Isabelle Huault en compagnie d’Ariane Despierre-Féry, Directrice de l’information, responsable des publications à la rédaction

 

11h30 La présidente répond à quelques mails urgents, fait le point avec sa directrice de cabinet

12h30 Déjeuner avec un alumni, DG d’une société internationale, et la DG de la Fondation. La présidente est impliquée auprès de la Fondation et des alumni dans le cadre de la campagne de levée de fonds, la dynamisation des réseaux d’anciens, la levée de la taxe d’apprentissage, la création de chaires, et aussi « pour échanger sur nos formations, nos étudiants, les axes de recherche ».

La Fondation soutient de nombreux projets grâce aux dons des alumni et entreprises : excellence académique et recherche/chaires ; programme égalité des chances ; soutien aux startups incubées ; logement étudiant (55 logements acquis à La Défense), bourses à la mobilité.

Vers un campus unique et durable

Autre grand projet : les travaux de réhabilitation et la construction d’un bâtiment de 3 500 m2 dans la cour d’honneur. « L’Etat finance la plus grande partie de ces travaux mais nous cherchons des compléments afin de fonder un campus unique aux normes, en particulier en matière de sécurité et de développement durable. Nous rapatrions aussi l’IPJ et nos activités du site de La Défense. » La construction d’un centre d’apprentissage numérique et de conférences est aussi prévue.

14h00 réunion avec les VP formation, recherche et soutenabilité financière pour finaliser l’appel à projets internes Dauphine Digital. « Nous mobilisons nos enseignants-chercheurs pour intégrer le digital en réponse aux préoccupations et besoins en compétences du monde socioéconomique. » L’université débloque 1M€ pour financer des projets autour de nouveaux parcours de formation, de projets scientifiques et via le recrutement d’enseignants-chercheurs. « Nous travaillons bien sûr en coopération avec PSL, en particulier l’ENS sur ces projets. »

« PSL est notre maison commune ! Et Paris-Dauphine est l’un de ses piliers »

15h30 Isabelle Huault se rend à PSL pour un comité de pilotage. Les chefs d’établissements évoquent la présentation au Ministère de l’offre commune de formation. Dauphine a créé des masters communs avec l’ENS en mathématiques, en sciences sociales avec l’EHESS. « Nous parlons aussi de l’école de la mode et de la matière co-créée avec l’EnsAD et MINES ParisTech. Nous évoquons l’organisation de la prochaine conférence RH dans le cadre de la prospective sur nos recrutements. » Le CoPil se termine par des échanges

sur les préparatifs de la première remise de diplômes sous l’égide de PSL, aux 400 docteurs qui ont préparé leurs thèses au sein des établissements.

18h00 Cérémonie de clôture du programme Tremplin. Isabelle Huault est très fière de remettre leurs certificats à une vingtaine d’étudiants réfugiés. « Notre formation vise à les accompagner dans leur intégration avec des cours de FLE, sur le vivre en France, en particulier la connaissance du contexte administratif, politique et économique. Enseignants, personnels administratifs et étudiants sont mobilisés dans ce cadre. » Le programme dauphinois comporte aussi un axe entrepreneuriat pour ceux qui souhaiteraient créer leur entreprise.

19h30 35 ans de la junior entreprise. La présidente prononce un discours. « Dauphine Junior Conseil incarne la vitalité de la vie étudiante. Elle est la première junior entreprise universitaire française avec une antenne sur notre campus de Londres et bientôt à Tunis. » Dauphine abrite une quarantaine d’associations étudiantes dans les domaines les plus variés, du sport aux arts en passant par l’humanitaire, l’organisation d’évènements musicaux…

21h00 départ « Les journées d’un président sont denses et longues. Finalement, il n’y a guère que le week-end où je peux préparer les réunions de la semaine et travailler en profondeur les dossiers. »

© studio9-Paris-Dauphine

Faites la paix économique, pas la guerre !

La paix économique : autre regard sur le monde du business. Mais quel rôle les top managers ont-ils à jouer dans la diffusion de ce nouvel avenir économique ?

Le management interculturel en questions

Alors que l’interculturalité est devenu un must-have pour la quasi-totalité des entreprises, comment le management interculturel peut-il s’adapter dans le monde d’après.

Managers intermédiaires : alliés ou challengers du DG ?

Entre top managers et collaborateurs, entre reporting et animation d’équipe, les managers intermédiaires sont entre le marteau et l’enclume. Comment redorer la fonction ?

L’holacratie c’est la vie ?

L’heure est à la prise de décision collective. Mais les top managers sont-ils prêts à partager le pouvoir ? Et leurs collaborateurs, sont-ils partants pour y prendre part ?

Le manager résilient : le meilleur boss du monde d’après ?

La résilience ou l’art de résister aux chocs. Un must-have pour les managers au plein cœur du post-Covid. Mais comment muter en quelques mois en dirigeant résilient ?

Manager la transition, telle est votre mission !

Transitions économique, écologique et managériale sont au cœur des enjeux des entreprises pour faire face au « monde d’après ». Mais comment manager la transition avec succès ?

Manager au bureau ou à distance, même combat ?

Parmi les transitions mises en lumière par le confinement : l’explosion du télétravail. Si 73 % des télétravailleurs en sont satisfait, qu’en est-il de leurs managers ?

DG d’une PME, qu’est-ce que ça change ?

Diriger une grosse entreprise ou une PME : même combat ? Pas si sûr. Car si les missions et ambitions sont communes, les attentes des collaborateurs sont très différentes.

Green IT, c’est le moment de vous lancer !

Le digital responsable, ça vous parle ? Alors que 4 % des gaz à effet de serre mondiaux sont générés par le numérique, l’heure est à la prise de conscience. Prêts à vous engager ?

Handicap et emploi : ça bouge !

Mot d’ordre : inclusion. Entreprises et établissements d’enseignement supérieurs s’emparent aujourd’hui plus que jamais de la question du handicap. Actus, chiffres, actions : update 2020.