©fotolia

©fotolia

Une pédagogie spécifique
Il y a à EMLYON Business School une spécificité dans la pédagogie appliquée, notamment en Finance de Marché, Assurance et Gestion des risques que l’on ne retrouve forcément dans d’autres business schools. Les cours sont articulés autour de trois points fondamentaux : la finance en termes de connaissances des produits ; les méthodes quantitatives, c’est-à-dire les mathématiques et l’étude des probabilités ; et enfin l’outil informatique. Suivant leur programme, les étudiants sont préparés aux outils VBA (Visual Basic for Application), Matlab et C++, qu’ils seront amenés à utiliser dans leur vie professionnelle.C’est en programmant cette combinaison d’enseignements que nous préparons les étudiants à leurs futurs métiers.

 

Un corps professoral engagé
L’une des forces majeures et spécifiques d’EMLYON, est la qualité du corps professoral. Les intervenants en Finance de Marché sont tous de la meilleure classe scientifique (diplômés de grandes écoles, titulaires de doctorat de mathématique…) et ont tous travaillé à un moment ou à un autre dans l’industrie financière. En cela, chaque cours de finance est doté d’une réelle référence à l’expérience du professeur – enseignant. Dès la création du « pôle finance », l’ensemble de l’équipe pédagogique a eu la volonté de créer un équilibre entre enseignement et recherche. La plupart des professeurs ont une double casquette professeurs – chercheurs. La qualité de leurs travaux de recherche leur permet notamment d’être publiés dans de grandes revues internationales dédiées à la finance et à l’économie théorique, comme Mathematical Finance, Journal of Economic Theory ou encore Journal of Mathematical Economics.Il y a en parallèle un fort investissement du corps professoral auprès des étudiants, tant dans l’assimilation des connaissances concrètes que dans leur réussite globale.

 

Une formation en accord avec la réalité du système économique
L’objectif prioritaire de l’enseignement de la finance à EMLYON est l’anticipation de l’évolution des métiers vers celui de gestionnaire des risques. Pour cela, nous adaptons notre enseignement au fur et à mesure, en fonction des évolutions de l’industrie financière. Par exemple, avant la crise de 2008, nous dispensions des cours sur les dérivés de crédit. Aujourd’hui, nous sommes plus orientés vers la gestion des risques et les matières premières. A la fin de leurs études à EMLYON, les étudiants particulièrement bien formés peuvent tenter d’obtenir la certification internationale de Financial Risk Manager (FRM). Les étudiants sont aussi préparés aux métiers de sales, structurers ou encore gestionnaires de portefeuilles, en assurance ou dans l’industrie financière.

 

Un lien étroit entre recherche et pédagogie
Déjà en 2007, juste avant la crise, nous avions ressenti le besoin de répondre à des problématiques de l’industrie financière. Le CEFRA (CEnter for Financial Risks Analysis), que nous avions alors créé, tente de stimuler les échanges entre tous les acteurs des différents secteurs de l’entreprise avec l’ambition de combler les écarts entre les différents domaines de l’industrie des risques. Dernièrement, j’ai co-écrit avec Christian Walter un ouvrage publié à Imperial College Presse et intitulé « Extreme financial risks & asset allocation » où il est notamment montré comment calculer les réserves des banques et des compagnies d’assurance en présence de risques extrêmes.Les cours dispensés en Finance, Assurance et Gestion des risques s’appuient sur les recherches menées au CEFRA. La spécificité en recherche n’est pas tant la spéculation que la gestion des risques. C’est en tout cas le message que nous tentons d’inculquer à nos étudiants. D’un point de vue pédagogique, la liaison avec le CEFRA nous permet de sensibiliser les futurs spécialistes aux économies modernes aujourd’hui mondialisées, dans un secteur en perpétuelle évolution.

 

Par Olivier Le Courtois,
professeur de Finance et d’Assurance à EMLYON Business School