Vendredi 9 novembre 2018, les membres du Bureau de la CDEFI (Conférence des Directeurs des Ecoles d’Ingénieurs Françaises) ont fait le point sur les cinq sujets chauds qui animeront les écoles d’ingénieurs dans les prochains mois. Retour sur les actus et les perspectives évoquées.

 

Regroupements : non au modèle unique, vive l’agilité !

Objectif des regroupements entre écoles d’ingénieurs et universités : créer des champions français internationaux. Une dynamique impliquant un processus de transformation complète de ces établissements mais « sans faire disparaître ce qui fait leurs forces. Ils donneront naissance à des acteurs plus compétitifs sur la scène internationale sans gommer les spécificités (recherche, agilité…) de nos écoles d’ingénieurs », insiste Marc Renner, Président de la CDEFI.

Second maître-mot de cette dynamique de regroupements : l’expérimentation. « Si nous nous regroupons pour faire ce qui se fait déjà dans les universités, je ne crois pas que nous ferons un pas de géant », insiste Marc Renner. A l’heure de l’hybridation, la CDEFI appelle par ailleurs de ses vœux le développement d’une boite à outils pour les accompagner dans les process législatifs complexes implémentés par ces regroupements.

 

Le bureau de la CDEFI

 

Réforme du Bac : un pas vers la féminisation des études scientifiques ?

Autre point chaud pour les écoles d’ingénieurs : la réforme du Bac. Alors qu’elle impacte les écoles recrutant aux niveaux Bac et Bac+2, elle pose la question de l’accompagnement des élèves et futurs élèves dans le continuum Bac-3 / Bac+8. Tout l’enjeu réside donc dans l’orientation. Mais attention, il ne s’agit pas « d’orienter vers une spécificité, une école ou un concours, mais bien de proposer un schéma de discours pour encourager l’entrée dans des études scientifiques longues. »

Si cette réforme impacte l’ensemble des jeunes, elle pourrait avoir un effet collatéral non négligeable sur la féminisation des études scientifiques. « En renforçant l’information sur les carrières scientifiques, en favorisant le décloisonnement et une approche transverse des disciplines, la réforme pourrait pousser plus de jeunes femmes à connaître et à se lancer dans des carrières scientifiques », indique Marc Renner.

« 25 % d’apprentis en école d’ingé : c’est jouable ! »

Avec un taux de 15 % dans les écoles d’ingénieurs françaises, l’apprentissage s’impose également comme un sujet de préoccupation majeure pour la CDEFI. Alors qu’un peu plus de la moitié d’entre elles proposent des formations en apprentissage sur 3 ans, leur financement reste encore marqué d’un point d’interrogation pour l’avenir, la réforme de l’apprentissage faisant toujours l’objet de débats mouvementés. « Arrêtons de penser qu’on peut financer l’apprentissage sur des coûts marginaux. C’est seulement en le finançant à son vrai coût que nous pourrons atteindre un taux satisfaisant de 25 %. »

Vers une harmonisation des droits d’inscription ?

Autre sujet en proie aux débats : les droits d’inscription. Car si leur augmentation serait « une vraie bouffée d’oxygène pour certains établissements, elle est à même de réduire l’ouverture sociale dans d’autres écoles. Un système de bourses et de compensations devrait donc être mis en place en parallèle. A moyen terme, l’idéal serait un alignement des droits ». Un objectif toujours au stade du vœu pieu à cette heure.

Développement international : les clés de la réussite

Last but not least, la dynamique d’internationalisation des écoles d’ingénieurs s’impose comme un enjeu majeur pour la CDEFI. « Il ne s’agit pas pour ces établissements de s’implanter ex nihilo avec tous leurs moyens, mais plutôt de collaborer avec des sites étrangers pour développer des modèles inédits. » Signes de leur succès les formations et travaux de recherche appuyés par de grands organismes de recherche et l’arrivée d’étudiants français sur ces sites aux quatre coins du monde. « Une école française a vraiment gagné son pari à l’international lorsque ses propres étudiants demandent à faire un semestre sur un de ses campus à l’étranger » conclut Marc Renner.

Nomination de Nicolas PEJOUT au Directoire d’emlyon business school, en tant que Directeur de la stratégie et du développement.

emlyon business school poursuit le renouvellement de son équipe de direction pour accélérer le déploiement de la stratégie du groupe early makers. À partir du 1er décembre, Nicolas PEJOUT rejoint l’École comme Directeur de la stratégie et du développement ;  à ce titre, il sera membre du Directoire.

IMT Atlantique ouvre un Master européen commun de gestion et d’ingénierie de l’environnement et de l’énergie + (ME3+) labélisé Erasmus Mundus

Ce programme d’études d’excellence piloté par IMT Atlantique, en partenariat avec quatre universités européennes, a vocation à former les leaders de demain dans les domaines de l’intégration des énergies renouvelables, de l’environnement, de l’économie circulaire, des villes intelligentes et de l’industrie 4.0.

L’EMLV lance le Bachelor hybride Digital & International Business avec l’IIM.

L’EMLV, école de management du Pôle Léonard de Vinci, s’associe à l’IIM, la grande école du digital du groupe, pour créer à la rentrée 2021 un Bachelor Digital & International Business. L’enjeu : former en trois ans des spécialistes des transformations liées au digital et à la data. Pour préparer aux enjeux internationaux, ce nouveau Bachelor proposera une 3e année à l’étranger dans l’une des universités partenaires de l’école et permettra ainsi aux étudiants de ce nouveau programme de décrocher un double diplôme

Réseau ScPo – Concours commun 2021 : date et modalités dévoilées

Le concours d’entrée en 1re année à Sciences Po Aix, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Saint-Germain-en-Laye et Toulouse aura lieu le samedi 24 avril 2021, dans le respect des normes sanitaires en vigueur. L’ensemble de la procédure passera par ParcourSup.

TEMA (NEOMA BS) devient partenaire de l’Ecole Supérieure de Design Nantes Atlantique

Le programme TEMA de NEOMA BS a signé le 14 octobre 2020 un partenariat avec l’Ecole Supérieure de Design Nantes Atlantique

HEC Paris et Le Groupe Bouygues créent ensemble la chaire « Smart city et Bien commun »

Pour contribuer à la réflexion sur les grands défis sociétaux et du monde contemporain, le groupe Bouygues et HEC Paris annoncent la création de la chaire « Smart city et Bien commun ».  

Le concours pour intégrer Audencia en cycle Master évolue

Devant les incertitudes liées à la crise sanitaire actuelle, Audencia fait évoluer, avec l’accord du MESRI, les modalités de son concours d’admissions parallèles pour 2021. Compte tenu des incertitudes liées au contexte sanitaire sur la bonne organisation des centres d’examens écrits pour l’épreuve d’analyse de situation du concours d’admission sur titre (AST) du Master Grande Ecole, l’établissement nantais remplace ses écrits par une sélection sur dossiers et une exigence renforcée de tests. Un choix qui lui permettra notamment une plus grande flexibilité, une meilleure maîtrise du calendrier et du recrutement des étudiants.

[RENTREE 2020] RISE : une nouvelle stratégie pour ESSEC Business School

Avec sa stratégie RISE, l’ESSEC veut « donner du sens au leadership de demain ». le point avec Vincenzo Vinzi, DG de la business school

Nomination : Anne-Ségolène ABSCHEIDT nouvelle Directrice des Etudes de l’EIGSI la Rochelle

Après 14 années passées à l’EIGSI La Rochelle, Olivier PACCAUD passe le flambeau à Anne-Ségolène ABSCHEIDT au poste de Directrice des Etudes.

La Direction Générale par intérim d’HEC Paris est confiée à Eloïc PEYRACHE pour une période de neuf mois

Une réunion extraordinaire du Conseil d’Administration d’HEC Paris s’est tenue sous la direction de son Président Jean-Paul Vermès le 12 octobre 2020, suite à la démission pour raison de santé en date du 30 septembre dernier de Peter TODD, Directeur Général d’HEC Paris.