Vendredi 9 novembre 2018, les membres du Bureau de la CDEFI (Conférence des Directeurs des Ecoles d’Ingénieurs Françaises) ont fait le point sur les cinq sujets chauds qui animeront les écoles d’ingénieurs dans les prochains mois. Retour sur les actus et les perspectives évoquées.

 

Regroupements : non au modèle unique, vive l’agilité !

Objectif des regroupements entre écoles d’ingénieurs et universités : créer des champions français internationaux. Une dynamique impliquant un processus de transformation complète de ces établissements mais « sans faire disparaître ce qui fait leurs forces. Ils donneront naissance à des acteurs plus compétitifs sur la scène internationale sans gommer les spécificités (recherche, agilité…) de nos écoles d’ingénieurs », insiste Marc Renner, Président de la CDEFI.

Second maître-mot de cette dynamique de regroupements : l’expérimentation. « Si nous nous regroupons pour faire ce qui se fait déjà dans les universités, je ne crois pas que nous ferons un pas de géant », insiste Marc Renner. A l’heure de l’hybridation, la CDEFI appelle par ailleurs de ses vœux le développement d’une boite à outils pour les accompagner dans les process législatifs complexes implémentés par ces regroupements.

 

Le bureau de la CDEFI

 

Réforme du Bac : un pas vers la féminisation des études scientifiques ?

Autre point chaud pour les écoles d’ingénieurs : la réforme du Bac. Alors qu’elle impacte les écoles recrutant aux niveaux Bac et Bac+2, elle pose la question de l’accompagnement des élèves et futurs élèves dans le continuum Bac-3 / Bac+8. Tout l’enjeu réside donc dans l’orientation. Mais attention, il ne s’agit pas « d’orienter vers une spécificité, une école ou un concours, mais bien de proposer un schéma de discours pour encourager l’entrée dans des études scientifiques longues. »

Si cette réforme impacte l’ensemble des jeunes, elle pourrait avoir un effet collatéral non négligeable sur la féminisation des études scientifiques. « En renforçant l’information sur les carrières scientifiques, en favorisant le décloisonnement et une approche transverse des disciplines, la réforme pourrait pousser plus de jeunes femmes à connaître et à se lancer dans des carrières scientifiques », indique Marc Renner.

« 25 % d’apprentis en école d’ingé : c’est jouable ! »

Avec un taux de 15 % dans les écoles d’ingénieurs françaises, l’apprentissage s’impose également comme un sujet de préoccupation majeure pour la CDEFI. Alors qu’un peu plus de la moitié d’entre elles proposent des formations en apprentissage sur 3 ans, leur financement reste encore marqué d’un point d’interrogation pour l’avenir, la réforme de l’apprentissage faisant toujours l’objet de débats mouvementés. « Arrêtons de penser qu’on peut financer l’apprentissage sur des coûts marginaux. C’est seulement en le finançant à son vrai coût que nous pourrons atteindre un taux satisfaisant de 25 %. »

Vers une harmonisation des droits d’inscription ?

Autre sujet en proie aux débats : les droits d’inscription. Car si leur augmentation serait « une vraie bouffée d’oxygène pour certains établissements, elle est à même de réduire l’ouverture sociale dans d’autres écoles. Un système de bourses et de compensations devrait donc être mis en place en parallèle. A moyen terme, l’idéal serait un alignement des droits ». Un objectif toujours au stade du vœu pieu à cette heure.

Développement international : les clés de la réussite

Last but not least, la dynamique d’internationalisation des écoles d’ingénieurs s’impose comme un enjeu majeur pour la CDEFI. « Il ne s’agit pas pour ces établissements de s’implanter ex nihilo avec tous leurs moyens, mais plutôt de collaborer avec des sites étrangers pour développer des modèles inédits. » Signes de leur succès les formations et travaux de recherche appuyés par de grands organismes de recherche et l’arrivée d’étudiants français sur ces sites aux quatre coins du monde. « Une école française a vraiment gagné son pari à l’international lorsque ses propres étudiants demandent à faire un semestre sur un de ses campus à l’étranger » conclut Marc Renner.

Diplomation de la première promotion du Bachelor of Science de l’École polytechnique

Initié en 2017, le programme Bachelor of Science de l’École polytechnique célèbre ce 17 juillet ses premiers diplômés. Accueillis dans les meilleures universités du monde à l’issue de leur formation, les étudiants du Bachelor de l’X ont bénéficié d’un enseignement hautement sélectif et pluridisciplinaire dispensé exclusivement en anglais. Ces destinations prestigieuses, accordées aux étudiants diplômés du Bachelor, confirment la qualité et l’excellence de ce programme, et attestent de la dimension internationale de ce cycle de formation.

CentraleSupélec & l’ESSEC Business School lancent CAP PREPA

L’ESSEC et CentraleSupélec lancent cette semaine la campagne de recrutement de CAP PRÉPA, une école d’été, qui vise à préparer du 24 au 28 août 2020 soixante-dix bacheliers boursiers brillants à leur entrée en classe préparatoire. Créé en 2009 par l’ESSEC, école pionnière et engagée en faveur de l’égalité des chances, ce programme est réalisé cette année avec CentraleSupélec. Les deux écoles, qui partagent les mêmes valeurs, ont une vision commune de l’ouverture sociale et souhaitent oeuvrer ensemble pour promouvoir l’égalité des chances.

Audencia s’engage avec Toutes Mes Aides auprès de ses étudiants

Consciente de l’impact des derniers mois et de l’incertitude sur l’avenir pour un grand nombre de familles, et attachée depuis toujours à la diversité et à son ouverture sociale, Audencia s’associe à Toutes Mes Aides, le premier simulateur d’aides en ligne. Un outil qui permettra aux étudiants de tester leur éligibilité à plus de 600 aides nationales et locales, et d’être accompagnés tout au long de leurs démarches.

ISC Paris Grande École lance OPPIES.CO, un site dédié aux opportunités de stages et d’alternance

L’ISC Paris Grande École a dévoilé le 20 juillet la version bêta de son site dédié aux opportunitésde stages et d’alternance : Oppies.co. Un site développé et pensé pour les recruteurs et les étudiants.
Dans une nouvelle ère où les étudiants doivent redoubler d’originalité pour faire le buzz et décrocher un stage ou une alternance, à l’initiative du campus orléanais, l’ISC Paris lance lance un site pour les audacieux à la recherche d’une opportunité : Oppies.co.

Thierry Occre nommé Directeur Général d’Yncréa Hauts-de-France !

Nommé officiellement par Amaury Flotat, Président d’Yncréa Hauts-de-France, à l’occasion de la dernière Assemblée Générale, Thierry Occre prendra ses nouvelles fonctions le 9 juillet 2020.

2 MSc de l’EMLV accrédités par la CGE

L’EMLV (Ecole de Management Léonard de Vinci) est heureuse d’annoncer que le MSc International Business et le MSc International Finance sont désormais accrédités CGE. Cette reconnaissance est un nouveau gage de qualité des programmes internationaux de la Business School de Paris la Défense.

L’heure du choix – 5 bonnes raisons de rejoindre EM Normandie à la rentrée 2020

Pourquoi EM Normandie est l’école qu’il vous faut pour la rentrée 2020 ? La preuve par 5 avec Carine Guibbani sa Directrice du Développement Commercial.

L’École polytechnique lance un Science Camp en ligne

Forte de la réussite de son tutorat scolaire en ligne pendant la crise du COVID-19, l’École polytechnique organise du 6 au 31 juillet son premier Science Camp virtuel : le X-Science Camp@home. Pendant près d’un mois, 240 lycéens et lycéennes et 80 préparationnaires issus de l’ensemble des académies bénéficieront d’un mois d’activités en ligne : ouverture culturelle, découverte des métiers, découverte des filières scientifiques et techniques.

Toulouse School of Management : Hervé PENAN réélu Directeur pour 5 ans

Le 2 juillet 2020, Hervé Penan est réélu à la direction de Toulouse School of Management pour un mandat de 5 ans.

[L’heure du choix] Les 3 programmes de Strate Ecole de Design à ne pas rater à la rentrée 2020

Le directeur Dominique Sciamma décrypte pour vous les trois programmes de Strate Ecole de Design à ne pas rater à la rentrée 2020