Vendredi 9 novembre 2018, les membres du Bureau de la CDEFI (Conférence des Directeurs des Ecoles d’Ingénieurs Françaises) ont fait le point sur les cinq sujets chauds qui animeront les écoles d’ingénieurs dans les prochains mois. Retour sur les actus et les perspectives évoquées.

 

Regroupements : non au modèle unique, vive l’agilité !

Objectif des regroupements entre écoles d’ingénieurs et universités : créer des champions français internationaux. Une dynamique impliquant un processus de transformation complète de ces établissements mais « sans faire disparaître ce qui fait leurs forces. Ils donneront naissance à des acteurs plus compétitifs sur la scène internationale sans gommer les spécificités (recherche, agilité…) de nos écoles d’ingénieurs », insiste Marc Renner, Président de la CDEFI.

Second maître-mot de cette dynamique de regroupements : l’expérimentation. « Si nous nous regroupons pour faire ce qui se fait déjà dans les universités, je ne crois pas que nous ferons un pas de géant », insiste Marc Renner. A l’heure de l’hybridation, la CDEFI appelle par ailleurs de ses vœux le développement d’une boite à outils pour les accompagner dans les process législatifs complexes implémentés par ces regroupements.

 

Le bureau de la CDEFI

 

Réforme du Bac : un pas vers la féminisation des études scientifiques ?

Autre point chaud pour les écoles d’ingénieurs : la réforme du Bac. Alors qu’elle impacte les écoles recrutant aux niveaux Bac et Bac+2, elle pose la question de l’accompagnement des élèves et futurs élèves dans le continuum Bac-3 / Bac+8. Tout l’enjeu réside donc dans l’orientation. Mais attention, il ne s’agit pas « d’orienter vers une spécificité, une école ou un concours, mais bien de proposer un schéma de discours pour encourager l’entrée dans des études scientifiques longues. »

Si cette réforme impacte l’ensemble des jeunes, elle pourrait avoir un effet collatéral non négligeable sur la féminisation des études scientifiques. « En renforçant l’information sur les carrières scientifiques, en favorisant le décloisonnement et une approche transverse des disciplines, la réforme pourrait pousser plus de jeunes femmes à connaître et à se lancer dans des carrières scientifiques », indique Marc Renner.

« 25 % d’apprentis en école d’ingé : c’est jouable ! »

Avec un taux de 15 % dans les écoles d’ingénieurs françaises, l’apprentissage s’impose également comme un sujet de préoccupation majeure pour la CDEFI. Alors qu’un peu plus de la moitié d’entre elles proposent des formations en apprentissage sur 3 ans, leur financement reste encore marqué d’un point d’interrogation pour l’avenir, la réforme de l’apprentissage faisant toujours l’objet de débats mouvementés. « Arrêtons de penser qu’on peut financer l’apprentissage sur des coûts marginaux. C’est seulement en le finançant à son vrai coût que nous pourrons atteindre un taux satisfaisant de 25 %. »

Vers une harmonisation des droits d’inscription ?

Autre sujet en proie aux débats : les droits d’inscription. Car si leur augmentation serait « une vraie bouffée d’oxygène pour certains établissements, elle est à même de réduire l’ouverture sociale dans d’autres écoles. Un système de bourses et de compensations devrait donc être mis en place en parallèle. A moyen terme, l’idéal serait un alignement des droits ». Un objectif toujours au stade du vœu pieu à cette heure.

Développement international : les clés de la réussite

Last but not least, la dynamique d’internationalisation des écoles d’ingénieurs s’impose comme un enjeu majeur pour la CDEFI. « Il ne s’agit pas pour ces établissements de s’implanter ex nihilo avec tous leurs moyens, mais plutôt de collaborer avec des sites étrangers pour développer des modèles inédits. » Signes de leur succès les formations et travaux de recherche appuyés par de grands organismes de recherche et l’arrivée d’étudiants français sur ces sites aux quatre coins du monde. « Une école française a vraiment gagné son pari à l’international lorsque ses propres étudiants demandent à faire un semestre sur un de ses campus à l’étranger » conclut Marc Renner.

Partenariat exceptionnel entre l’INMA (Institut National des Métiers d’Art) et l’EM Normandie

Partenariat exceptionnel entre l’INMA et l’EM Normandie : les étudiants du nouveau MSc® Marketing and Digital in Luxury and Lifestyle de l’EM Normandie, accrédité par la Conférence des Grandes Ecoles, bénéficient depuis la rentrée de septembre 2020, de l’expertise précieuse et unique de l’INMA sur les métiers d’art et du patrimoine vivant.

L’ECAM Strasbourg-Europe et l’EM Strasbourg lancent « DEVOOS », une formation d’excellence autour des objets connectés

L’ECAM Strasbourg-Europe, grande école d’ingénieurs généralistes et l’EM Strasbourg, grande école de management, s’associent pour créer le Mastère Spécialisé® « Développement de l’Offre d’Objets connectés et services associés » (DEVOOS)

Paris 1 Panthéon-Sorbonne : l’équipe présidentielle est désormais connue

L’équipe présidentielle est désormais connue : Christine Neau-Leduc, présidente de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a nommé les vice-présidents et chargés de mission qui l’accompagneront durant les quatre prochaines années.

Le Bachelor de l’École Supérieure de Tourisme de Y SCHOOLS visé par l’État

Le Bachelor Tourism Management de l’École Supérieure de Tourisme basée à Paris, Metz et Troyes (Y SCHOOLS) vient d’obtenir le visa Bac + 3 délivré par l’État, niveau VI

PACTEbyexcelia en actions : focus sur l’expérience internationale « at home »

PACTEbyexcelia en actions,  focus sur l’expérience internationale « at home » avec des initiatives mises en place dans le cadre du BBA International et du MGE d’Excelia Business School et du Bachelor Management du Tourisme et de l’Hôtellerie d’Excelia Tourism & Hosiptality School.

Audencia ouvre un Centre de Formation des Apprentis (CFA)

Dès la rentrée 2021, Audencia passe à l’étape supérieure en matière d’apprentissage, et devient Centre de Formation des Apprentis (CFA).

Quoi de neuf à l’ESC Clermont Business School en 2021 ?

L’ESC Clermont Business School démarre 2021 dans une posture positive ! Les bonnes nouvelles qui devraient émailler les prochains mois.

ESIEE Paris lance deux nouveaux programmes post-bac novateurs à la rentrée 2021

ESIEE Paris lance deux nouveaux programmes post-bac à la rentrée 2021 : un premier cycle ingénieur « Option santé » et un Bachelor pluridisciplinaire

Sup de Luxe innove et ouvre son premier MBA en ligne

Sup de Luxe, l’école de luxe appartenant à EDC Paris Business School ouvre un MBA “Luxury management” entièrement en ligne.

Innovation santé : ESCP et l’Institut Pasteur ont signé un protocole d’accord (MoU)

ESCP et l’Institut Pasteur s’associent pour mettre leurs expertises en commun et conjointement accompagner la gestion de l’innovation dans le domaine de la santé