Chaque année, le secteur de l’audit recrute plus de 8 000 collaborateurs. Que vous soyez diplômés d’écoles de commerce ou d’universités, la profession vous est désormais accessible. Votre formation et vos compétences pluridisciplinaires sont autant d’atouts pour exercer ce métier.

L’audit , un métier pour tous
Le métier d’auditeur légal ou de commissaire aux comptes se pratique en France dans des entités multiples et variées. Il a pour objet d’assurer, en toute indépendance, la fiabilité et la transparence de l’information économique et financière au profit de la société française. De la plus petite à la plus grande entreprise, dans le secteur associatif, dans le domaine public et parapublic, la certification des comptes est devenue le moteur essentiel de la confiance et une chance de retour à la croissance. C’est un métier qui s’exerce dans des petits ou grands cabinets, en exercice libéral ou en salariat. On compte aujourd’hui 4 000 cabinets en France, du réseau international jusqu’au cabinet de proximité. Chacun peut ainsi trouver le mode d’exercice professionnel qu’il souhaite et le faire évoluer au cours de sa carrière. Chacun peut aussi peut créer son propre cabinet faisant ainsi écho à 75 % des jeunes qui souhaitent devenir leur « propre patron ».

 

L’audit : un métier épanouissant et varié
Un métier, des réalités :
• Vous interviendrez dans des secteurs d’activité variés, en relation avec les dirigeants ou les directeurs financiers. Vous créerez avec ces interlocuteurs des relations de confiance, en sachant que 9 dirigeants sur 10 estiment que la certification de leurs comptes est un atout de développement et une chance de reconnaissance avec leur environnement.
• Vous gérerez des problématiques nouvelles et complexes qui enrichiront vos compétences et vos missions seront adaptées à la diversité de vos interventions.
• Dans les cabinets, petits et grands, vous évoluerez rapidement vers le management d’une équipe et vers le développement de nouvelles responsabilités.
• Ce secteur d’activité est performant en termes d’embauche, d’opportunité de carrière et de gestion des rémunérations.

Un métier, un développement :
• Vous vous enrichirez d’une formation pluridisciplinaire, dans des secteurs nouveaux et multiples. Vos interventions se dérouleront dans de nombreuses entreprises régionales, nationales ou internationales, de toutes tailles ou dans des entités très spécifiques comme les clubs sportifs, les universités, les syndicats, les hôpitaux, les établissements de crédits ou associations, et peut être demain les collectivités locales. L’audit légal est ainsi au service de la société française.

 

L’audit : 1er recruteur de cadre en France
Depuis la réforme de 2013, deux filières s’offrent à vous. La voie classique de l’expertise comptable : DCG, DSCG, DEC et la voie du CAFCAC (Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Commissaires aux comptes). Depuis la réforme de mars 2013, ce CAFCAC est ouvert aux titulaires d’un master reconnu par l’Etat conférant 4 des 7 épreuves du DSCG et ayant accompli un stage de trois ans de commissaire aux comptes. Pour les titulaires du master ne dispensant pas au moins 4 épreuves, l’entrée en stage est précédée de l’obtention du certificat préparatoire aux fonctions de commissaire aux comptes (CPFCAC). Par ailleurs, la réforme de ce diplôme a instauré une passerelle vers le Diplôme d’Expertise Comptable (DEC), les titulaires du nouveau CAFCAC peuvent désormais s’inscrire automatiquement aux épreuves du DEC.

 

Tous modes d’exercice confondus, la profession recherchera 10 000 professionnels dans les 10 ans. Elle embauche aussi 8 000 collaborateurs par an. Que vous soyez diplômés d’écoles de commerce ou d’universités, la profession vous est désormais accessible. Votre formation et vos compétences, vision globale de l’entreprise, ouverture à l’international, capacités d’analyse, d’anticipation et d’adaptation, constituent autant d’atouts pour exercer ce métier, qui s’ouvre sur de nouveaux périmètres. Cet apport de nouvelles compétences au métier d’auditeur est vital pour la filière, les missions d’audit étant de plus en plus corrélées avec des secteurs d’activité complexes des entreprises et leurs spécificités sectorielles. Le CAFCAC va également permettre de développer l’attractivité de la profession de commissaire aux comptes.

 

Par Emmanuel Cordier,
Président de la Commission jeunes et attractivité de la profession de la CNCC
Plus d’informations sur : www.devenirauditeurlegal.fr