Outre-Atlantique, la mode est à la création de nouveaux jobs pour susciter le changement dans l’entreprise. Que nous dit le Chief Philosophy Officer de l’époque ?

 

Changer le logiciel de l’entreprise

Consommation désabusée, alerte écologique inédite, remise en cause d’une certaine culture du travail… Les entreprises peinent à convaincre les clients (de rester fidèles) et les talents (de les rejoindre).

Après la grande « fête » des Trente glorieuses, suivie d’un after musclé d’accélération technologique (qui est aussi une accélération sociale), le fameux « toujours plus » a la gueule de bois. Clients et employés (nous sommes les deux à la fois) partagent une même question : quelle est la finalité et sens de l’action de tout cela ?

  • 8 clients sur 10 pourraient voir les marques disparaitre dans une totale indifférence (étude Havas / Meaningful brands)
  • 60 % des français attendent que les entreprises jouent un rôle plus important dans la création d’un avenir meilleur (Observatoire des marques dans la cité)

Notre actualité montre le rejet d’une certaine forme d’économie où l’on ne comprend plus bien à quoi sert la création de valeur, à l’heure du yield management et de la communication twitteresque.

Doit-on alors tous bosser dans une ONG ?

Non, bien sûr mais on (re)découvre que le sens fait vendre… Les buzzwords sont sur toutes les lèvres : raison d’être, RSE, transformation (toujours), impact positif, bienveillance, bien-être, bonheur… Toute entreprise est désormais priée (et c’est salutaire) de repenser son modèle, son système ou pattern. Nombreuses sont celles qui le font activement, et elles ont raison.

Oui, l’entreprise peut contribuer à l’amélioration durable de la société. A condition qu’elle soit pensée de façon authentique comme communauté humaine, d’intérêt et éthique.

C’est là qu’intervient notre Chief Philosophy Officer (ou pas).

La responsabilité humaine des entreprises.

Si la RSE peut être globalement entendue comme l’impact de l’entreprise sur son environnement extérieur direct et indirect, le changement doit d’abord naître de l’intérieur, vécu par chacun. On peut parler ici de RHE, de Responsabilité Humaine des Entreprises.

Et il y a 3 façons d’agir sur les modèles (économique, social, opérationnel) de l’entreprise : les projets, les organigrammes, la culture.

Dans les organigrammes, on voit alors constamment apparaitre de nouvelles job desc : Chief – insérez ici Happiness, Customer Success, Innovation, Digital… – Officer.

Après tout, dans un monde qui change vite, c’est un fait : certains métiers que nous exerçons actuellement auront considérablement changé dans 20 ans. D’autres attendent d’être inventés.

Passons sur la novlangue et tenons pour sincère l’initiative. Ces titres parfois ronflants expriment au moins le besoin d’une nouvelle gouvernance et le souhait d’un capitalisme qui se raisonne (enfin).

Notre Chief Philosophy Officer serait alors chargé ici de la finalité (le travail, le vivre-ensemble, l’impact, ou le code moral). A chacun de juger, mais il y a deux idées derrière fortes :

  1. L’entreprise doit penser son futur bien au-delà de ce qu’elle produit ou délivre de valeur pour ses actionnaires.
  2. La démarche éthique (faire bien ce qui est bien) est stratégique.

Être la meilleure version de soi-même.

Parfois, il faut des catalyseurs, c’est entendu. Mais l’éthique, la philosophie (toute comme l’innovation) ne peuvent pas être l’apanage de certains. C’est l’affaire de tous, et tout changement global commence par un changement individuel.

On préfèrera donc une nouvelle génération de leaders, où chacun est responsable dans son métier, là où il est, de l’éthique, de ce qu’il fait, gère, et de l’impact qu’il génère. Des leaders conscients du monde et des personnes dont ils ont la responsabilité (clients inclus). Des managers ayant… fait leurs humanités en quelque sorte.

C’est ce saut de culture-là qui fera de l’entreprise la meilleure version d’elle-même, et une contribution utile à la société.

Un rêve ? Non, une urgence.

 

Guillaume Anselin Auteur de différents ouvrages sur ces thèmes et conférencier, Guillaume enseigne depuis plus de 10 ans à l’EMD (School of Business pour étudiants engagés), une école de commerce particulièrement centrée sur l’éthique comme pierre d’angle de l’économie et de la société. Il dirige également Flying Cars, un Collectif de stratégie au service des Marques qui améliorent la vie des gens.

[Expert MINES SAINT-ETIENNE ] « Le développement durable et la responsabilité sociétale au cœur de notre stratégie »

Avec le vote en juin de sa stratégie DDRS, Mines Saint-Etienne veut renforcer son engagement historique sur sa reconnaissance internationale.

[#PopTaCulture] Sherlock Holmes et Miss Marple : les experts du “sensemaking”

Miss Marple et Sherlock Holmes : détectives et managers ? Analyse de ces deux célèbres personnages de fiction par un professeur d’IMT Business School.

[Exclu] Les directrices et directeurs RSE, futur-e-s DG ?

Besoin d’une directrice générale ou d’un directeur général pouvant inspirer, piloter et incarner ce changement de modèle.

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

[EXPERT GRENOBLE INP] La crise de la COVID-19 : une révolution numérique dans les pratiques pédagogiques ?

La situation inédite de la période de confinement a amené l’enseignement supérieur à s’adapter en urgence à l’enseignement à distance.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

[EXPERT ESILV] L’apprentissage pour monter rapidement en compétences

L’apprentissage est le fruit d’une longue tradition de formation : en artisanat, restauration, boulangerie, hôtellerie, comme dans tous les métiers de l’industrie