11h30. Mardi 23 septembre 2014, dans les Salons de l’Aéroclub de France (Paris 16ème). C’est devant un petit comité de journalistes que le nouveau Directeur Général de l’ISAE – Oliver Lesbre – prend la parole en cette matinée afin d’expliquer les grandes innovations de la rentrée 2014/2015. Après 6 ans de présidence de Mr Fourure, la nouvelle direction affirme d’emblée sa volonté de poursuivre « une dynamique de croissance et de progrès ». La création d’une formation unique ISAE-SUPAERO dès 2015 sera le fer de lance de cette ambition. Explications.

 

Un pôle de Recherche de l’aérospatial mondial

Face à la mondialisation du marché de la formation et de la Recherche, l’enjeu pour chaque institution est d’attirer les meilleurs étudiants nationaux et étrangers. L’ISAE – crée en 2007 – n’échappe pas à la règle. Formation d’excellence avec un recrutement majoritaire des ses étudiants sur le concours Mines-Ponts, l’ISAE a pour « objectif de participer à la réussite de l’industrie française en Europe et dans le monde » souligne Mr Lesbre.

La nouvelle formation « ISAE-SUPAERO » c’est :
Rentrée officielle en 2015
Un campus unique à Toulouse (SUPAERO)
Budget : 100 millions €
+ 15 000 m² de bâtiments consacrés à l’enseignement
+ 25 000 m² de laboratoires dédiés à la recherche aérospatiale
+ 1 000 chambres étudiantes
Une Maison des élèves et une vie associative enrichie

 

Des étudiants « acteurs » de leur formation

Ce projet de regroupement géographique du campus ENSICA vers le campus SUPAERO est « une réponse aux besoins des employeurs » déclare Caroline Berard, directrice des formations à l’ISAE. Un socle commun sera désormais proposé à tous les étudiants avec trois champs d’études : Scientifique, Humanités, Ingénierie et Entreprise (cours de gestion de projet, rentabilité etc.). « Nul besoin de deux lieux avec deux formations distinctes, la mise en œuvre d’un programme unique permettra une plus grande variété des profils individuels et une visibilité plus grande à l’international de notre institution » déclare O. Lesbre.

Une approche pédagogique évolutive :
1ère année : Créativité (en dehors du domaine des sciences) ET Innovation
2ème année : Innovation ET Recherche (comprendre l’idée de « recherche » / expérience dans un laboratoire pour TOUS les étudiants)
3ème année : Ingénierie (appliquer une idée de recherche dans une logique industrielle) ET Entrepreneuriat

 

Les étudiants pourront profiter d’une formation personnalisée avec « des parcours renforcés » dans le domaine de la Recherche, à l’international ou dans l’Entrepreneuriat en fonction de leurs profils et projets professionnels. Commun à toutes les grandes écoles de commerce et d’ingénieurs, les doubles diplômes deviennent également des « incontournables ». Citons en trois propre à l’ISAE :
– Management (HEC Paris – Chaire Safran)
– Droit (Université Paris 11)
– Innovation et Entrepreneuriat (Ecole Polytechnique)
Caroline Berard n’omet toutefois pas de rappeler : « Nous formons des ingénieurs avant tout, qui répondent à l’évolution actuelle du monde. Nous ne sommes pas une école de management. »

 

« Il était temps d’évoluer pour continuer à se développer » (L. de la Sayette)

Lionel de la Sayette – président du Conseil d’Administration de l’ISAE – rappelle à son tour la connexion forte entre la pédagogie de l’ISEA et le monde industriel. « Sur nos 1800 enseignants, 900 viennent du monde de l’industrie. Les étudiants sont en contact permanent avec des « seniors », via un système de parrainage. Nous couvrons un large spectre de disciplines techniques et mettons la rigueur au cœur de notre enseignement. On ne peut pas tricher avec les équations de la Physique ! Ce programme innovant est une formidable opportunité de développement technique et humain. Nous faisons appel au GBS : grand bon sens ! Nous devons suivre de près les habitudes de la nouvelle génération 2.0 afin d’éviter tout risque de dispersion. »

« Un cursus unique ne ferme pas à la diversité des parcours » (P. Lugherini)

Philippe Lugherini, président de l’Amicale des anciens élèves de l’ISAE, conclut en soulignant « une adhésion totale au cursus unique de la part des Anciens ». Il précise : « les anciens diplômés sont des gens d’entreprise, les deux parcours n’ont pas à vocation à exister d’autant que notre cible est unique. Quand à l’association de ISAE (Institut Supérieur) et de SUPAERO (connu à l’étranger et inscrite dans le paysage de l’enseigmenent supérieur depuis des années), elle est parfaitement en accord avec le positionnement de l’école . »

 

Audrey Froitier