A l’EMD on ne plaisante pas avec l’éthique et l’humain. L’école de management de Marseille a été créée par des chefs d’entreprise désireux de former une nouvelle génération de responsables pour faire évoluer le monde des affaires. Fondamentaux en sciences de gestion et management, large culture générale et approfondissement de la réflexion éthique forment le triptyque de l’EMD comme nous l’explique son directeur Xavier Palou.

 

L’EMD est une jeune école née en 2007, quelle est son histoire ?

L’EMD est une association à but non lucratif créée par des chefs d’entreprises. Ils sont soudés par leur ambition d’agir contre les manquements éthiques dans le monde des affaires. Leur ambition était de former de futurs décideurs dans l’excellence, et surtout mus par une forte éthique, dotés des critères d’action et de décision pour penser librement. Ils ont consulté leurs écoles d’origine, et ont constaté qu’ils voulaient aller encore plus loin que ce qui y était proposé. La solution a donc été de créer une école répondant à l’ensemble de leurs critères et ambitions. En un an l’EMD était née ! Aujourd’hui, 176 patrons sont membres de l’association et soutiennent l’école, y donnant des cours pour certains.

« A certains égards, l’EMD est à mi-chemin entre un IEP et une école de management »

Quelle originalité du cursus ?

Xavier Palou, directeur de l'EMD

Xavier Palou, directeur de l’EMD ©EMD

Son originalité est de mixer les disciplines et approches. A commencer par les fondamentaux de la gestion et du management, ossature de la professionnalisation de nos étudiants. Mais aussi, et c’est là que l’EMD se démarque, au travers d’un solide corpus de culture générale : en histoire de l’art, en culture musicale, avec des ateliers d’écriture, du théâtre mais aussi une ouverture à la géopolitique, à l’esthétique. A certains égards, l’EMD est à mi-chemin entre un IEP et une école de management. Pour vivre les changements rapides du monde, les anticiper, les appréhender, nous dotons nos étudiants de la capacité à apprendre et réapprendre. Ils développent une richesse intellectuelle, la faculté de jugement et d’action.

« L’EMD prépare de futurs responsables intégrant les dimensions éthiques et humaines dans leurs décisions »

Et pour l’éthique ?

Nous offrons une formation très structurante en philosophie, en anthropologie. L’enjeu : développer sa conception de l’être humain en tant que futur manager. Nous les faisons aussi travailler la rhétorique, l’art de l’argumentation, du raisonnement. Nous développons des cas sur des thématiques de déontologie en entreprise. Nos étudiants se questionnent en tant que futurs décideurs sur des problématiques variées comme : qu’est-ce qu’un salaire juste, qu’est-ce qu’une publicité vraie, le manque de transparence financière ou commerciale, les produits toxiques, les discriminations, la déshumanisation du monde du travail, etc. L’EMD prépare de futurs responsables intégrant les dimensions éthiques et humaines dans leurs décisions. Notre philosophie : manager c’est servir. Nous préparons nos élèves à être efficients, à générer du profit en faisant le bien.

Etre une école post-bac a aussi un lien avec cette ambition ?

En effet, nous considérons qu’il faut 5 ans pour fonder un tel profil. Que les choses soient bien ancrées. Le cursus est très dense et complet. Nos élèves ont beaucoup d’heures de cours, 860 en 1ère année puis 700 par an. C’est presque comme s’ils suivaient un double cursus : en management et en culture générale et éthique. Nos diplômes sont inscrits au RNCP. Nous offrons une filière en alternance à partir de la 3ème année.

Des coûts et des aides

Frais de scolarité de la 1e à la 3e année : 6 200 €/an
4e année : 7 800 €
5e année : 8 600 €
Outre les bourses Crous, 36 % des élèves perçoivent des bourses allouées par les chefs d’entreprise membres de l’association
Près de 50 % d’étudiants en alternance
L’EMD offre des bourses de solidarité
Et 6 Fondation d’entreprises allouent des bourses au mérite, par exemple celle de la Caisse d’Epargne de Provence offre 50 000€/an

Ce programme trouve un écho très positif auprès des jeunes ?

Nous avons débuté avec 11 élèves il y a 11 ans. Ils sont 500 aujourd’hui et la croissance des effectifs s’établit à 15/20 % par an. Nous limiterons cette expansion à la capacité de nos bâtiments (1 000 élèves) mais surtout car notre modèle pédagogique est fondé sur un encadrement et un accompagnement personnalisés. Nous accueillons également des étudiants en admission parallèle en 4ème année. Nous n’avons pas d’actionnaires, pas de pression. Nous développons l’EMD à notre rythme et en privilégiant l’excellence et la qualité.

Deux jeunes diplômés de l’EMD, Maryam Karkach et Thibault Delamain témoignent de leur vision de l’entreprise et du recrutement : c’est à lire ici et ici

A quel type de profil et d’attentes répondez-vous ?

Nos étudiants nous choisissent car ils partagent nos valeurs ou parce qu’ils veulent se former dans cet esprit, et sur les aspects d’éthique. Ils ont envie de travailler et de s’investir, car le cursus est dense. Nous leur demandons d’avoir un engagement social ou solidaire durant leurs études, un engagement évalué. Ainsi l’EMD a des accords avec les Restos du cœur, le don du sang, des associations de soutien scolaire à des enfants défavorisés.

« Le point commun de nos enseignants et vacataires est de vouloir changer le monde. Ils adhèrent à notre vision »

Qui sont vos enseignants ?

Nous avons aujourd’hui 9 professeurs permanents en éthique, anthropologie, RH, sciences économiques, finance… . Des vacataires praticiens partageant notre vision complètent ce panel et transmettent leur expertise et expérience avec nos élèves. C’est le cas du DRH de Colis Privé de la branche logistique Amazon, du directeur du développement social du groupe LVMH ou du responsable de cabinet RH de Hays. Des cadres des entreprises des patrons membres de notre association interviennent également dans nos classes. Leur point commun est de vouloir changer le monde, de changer les choses dans les entreprises.

Notre CA est composé de chefs d’entreprise qui nous remontent des éléments très précieux pour faire évoluer nos formations en réponse à leurs enjeux et besoins en compétences.

Vous venez de monter une deuxième école, EMD école du numérique ?

En effet, des chefs d’entreprises (comme Digitik, Voyage Privé ou Allo Pneu) nous ont fait remonter une grande difficulté à recruter des développeurs. Nous avons lancé en septembre 2018 un cursus en 5 ans porteur des mêmes valeurs et donnant une large part à la culture générale et à l’éthique. L’algorithmie et la gestion des données posent notamment de nombreuses questions éthiques.