« Si le sport est un moyen d’intégrer l’étudiant à l’université, notamment lors de la ‘‘ Welcome Week ‘‘ au cours de laquelle chaque composante de l’université présente ce qu’elle fait, les activités sportives constituent également un cadre original pour l’acquisition de compétences transversales comme le travail en groupe ou l’organisation de projets. », David Izidore, Directeur du département des Activités Physiques et Sportives à l’UPMC

Elèves de l’UPMC au CDMGEU

Elèves de l’UPMC au CDMGEU

Que pensez-vous de l’enseignement de l’athlétisme dans l’enseignement supérieur ?
Très pratiquée à l’UPMC depuis de nombreuses années, c’est une activité en mutation avec notamment l’apparition de la course sur route qui attire beaucoup d’étudiants car on y trouve une dimension collective dans la préparation ; de plus, cette discipline ne pose pas de problèmes de lieu, d’installation ou de contraintes techniques.
« A l’UPMC, nous proposons plusieurs formes de pratiques »
La première, intégrée au cursus universitaire de l’étudiant, se pratique sur les horaires d’enseignement et débouche sur une validation sous forme de crédits ECTS.
Notre grille de notation contient une partie pratique et une partie théorique. Une deuxième forme de pratique, appelée « sport pour tous », donne à l’étudiant l’occasion de découvrir une activité, de se perfectionner ou de rencontrer d’autres personnes. En mixant étudiants, enseignants et personnels, regroupés autour d’un projet sportif, nous cherchons à développer l’appartenance à l’université et à créer une communauté universitaire. Ces 35 activités différentes se pratiquent principalement entre midi et 2 heures ou en soirée. Enfin, la compétition, via l’association sportive, amène les étudiants à se confronter à d’autres élèves tous les le jeudi aprèsmidi ou à participer à différentes formes de compétitions comme le Challenge du « monde des Grandes Écoles et Universités ».

 

Une forte tradition d’accueil des sportifs de haut niveau
Chaque année une trentaine de sportifs, inscrits sur liste ministérielle, et une vingtaine de sportifs du niveau des championnats de France Universitaires, suivent des cursus aménagés par l’UPMC qui s’adapte aux contraintes des étudiants. L’étalement des études entraîne un allongement des études d’environ deux ans pour des parcours à Bac +5. L’escrime, le judo et la natation synchronisée constituent les trois fédérations avec lesquelles nous travaillons beaucoup, sans oublier l’INSEP avec lequel nous organisons le déplacement de certains cours sur leur campus. Nous comptons ainsi 2 champions olympiques (Ulrich Robeiri en 2008 et Brice Guyart en 2004 tous les deux en escrime, diplômés de l’école d’ingénieurs Polytech’Paris UPMC)

 

« A l’UPMC, toute pratique sportive est entièrement gratuite. »

Nous disposons de 4000 mètres carrés d’installations sur le campus, ce qui constitue une chance énorme pour les pratiquants (étudiants et personnels). Nous nous rendons à l’extérieur uniquement pour utiliser la piste d’athlétisme, les piscines et les grands terrains. Sur les 30 000 étudiants de l’UPMC, nous accueillons 4 000 pratiquants, les deux sexes étant quasiment représentés à part égales. Nous sommes confrontés à une forte demande sur les sports d’entretien (la préparation physique, la musculation et le stretching), l’escalade et les sports collectifs dont certains favorisent la mixité (volley). On trouve d’autres sports plus originaux comme la plongée car l’UPMC bénéficie de bases marines en Provence où les étudiants effectuent des stages à moindre frais.

 

Le CDMGEU en perspective
Le Challenge du « monde des Grandes Ecoles et Universités » constitue une occasion ou se rencontrent sportifs de haut niveau et débutants, car il ne s’agit pas une compétition élitiste. L’organisation de l’événement nécessite un effectif important où chacun trouve sa place. A l’occasion de l’ « Atrium des métiers » et de certains forums, nous présentons le CDMGEU aux étudiants car il leur permet de rencontrer de futurs employeurs.

 

Patrick Simon