Habité par la passion du cinéma, Charles Nemes se battra avec ses parents pour faire accepter sa vocation. Il tracera ensuite son chemin vers la réalisation de films et séries, mais aussi l’écriture de romans, porté par un désir permanent de création, une forme d’urgence mais aussi d’impudence.

 

3 séries, 20 films, 6,2 millions d’entrée au cinéma, le réalisateur, scénariste et auteur Charles Nemes a attrapé le virus du cinéma au cinéclub de son lycée. Il y visionne tout le cinéma classique et d’art et d’essai, et s’absorbe dans les débats qui suivent les projections. « La culture cela se travaille. Et pour faire du cinéma, j’estime qu’il faut une solide culture cinématographique. On ne peut être orphelin de la destinée du cinéma pour en faire partie. » Aujourd’hui, sa filmothèque comprend près de 1 000 films. « Dont un grand nombre reçu en coffrets car je fais partie depuis 15 ans de l’Académie des César. »

Se cultiver jusqu’à plus soif

Observer ses pairs, des mentors, se cultiver jusqu’à plus soif, c’est ainsi que Charles Nemes trouvera son style. « Les gens retiennent plutôt la partie comédie de ma filmographie (La Tour Montparnasse infernale, Hôtel Normandy, la série H), mais j’ai fait des choses plus acides comme les Maigret. » Il explorera aussi d’autres facettes de la création avec l’écriture de 8 romans déjà, et la réalisation d’une soirée Primo Levi sur Arte.

Tracer son chemin

Pour tracer son chemin, Charles Nemes dit avoir « mené une interminable guerre avec mon père. J’ai organisé mon échec scolaire pour dévier d’un chemin tout tracé. Je voulais faire du cinéma et rien d’autre ! » Depuis le métier est devenu « acceptable » à en considérer la « flopée d’enfants d’amis qui souhaite faire du cinéma » et vient lui demander conseil. Le réalisateur donne aussi des cours, notamment au Conservatoire européen d’écriture audiovisuelle (Ceea).

« On apprend toujours ce dont on a besoin »

Etre « inéduqué » est presque une revendication pour Charles Nemes. « On apprend toujours ce dont on a besoin pour faire ce qui nous anime, quels que soient ses élans. Je suis un autodidacte mais j’ai de la culture ! » Il apprend ainsi la technique, se laissant porter par ses aspirations artistiques. Il dit aussi que certaines choses ne s’apprennent pas comme « les qualités relationnelles, la réactivité. Mais surtout on n’apprend pas ce qui est en soi, cette forme d’urgence faite de désir et de douleur, d’impudence de celui qui veut être poète et pense être aussi bon que Rimbaud ».

Charles Nemes avoue qu’il a confiance en ce qu’il peut faire et dire, mais du mal à le « vendre », « dans cette forme de séduction qu’il faut instaurer devant un producteur pour faire financer son projet ».

Raconter des histoires

L’auteur a toujours mis un grand soin à la rédaction de ses scenarii et synopsis. Il aime raconter des histoires et se lance, transformant un scenario en roman. « Je n’ai pas pris de cours d’écriture, qui ont tendance à normaliser l’expression. J’ai surtout beaucoup appris en lisant les autres. » Au début d’un projet de livre, Charles Nemes connaît le début et la fin « mais jamais le milieu du récit. Mes idées naissent lorsque je me mets à écrire. D’une certaine manière je ne fais que consigner un ressenti ». Il est étonné, et même émerveillé d’avoir publié si rapidement ces dernières années, un ouvrage par an. Son dernier roman, Une si brève arrière-saison, est paru aux éditions HC en août 2018.

Avec AKKA Technologies, passez le cap du handicap

AKKA Technologies a fêté en 2019 les 10 ans de sa politique d’inclusion des personnes en situation de handicap. Bilan.

La Banque Postale : les bons comptes font les belles réussites !

Pour Perrine Kaltwasser, Directeur des risques groupe, la finance est un secteur riche en opportunités pour les jeunes diplômés. A vous de les saisir !

Avec Bouygues Energies et Services : demain se construit aujourd’hui

Penser l’industrie de demain, voilà le quotidien de Carolle Foissaud, DG du Pôle Industrie de Bouygues Energies et Services.

Biscuits Bouvard : Initiales BB

Comme l’explique son DG Pierre Josselin, Biscuits Bouvard doit autant son succès à l’innovation qu’à son intelligence relationnelle interne…

ENGIE, 30 ans de politique handicap et toujours aussi innovant

Rachel Compain, directrice du développement social et diversité d’ENGIE nos explique comment le groupe réinvente et booste sa politique en faveur de l’inclusion du handicap en 2020

Air Liquide : « Nous voulons poursuivre et dynamiser notre politique de recrutement des personnes en situation de handicap. »

Comme l’explique sa Responsable de la mission handicap et inclusion Bérengère Lefort, une entreprise a beaucoup à gagner à être handi-accueillante…

Carrefour : grand consommateur de jeunes talents

La grande distribution fait sa grande mutation ! Tel est le défi d’Amélie Oudea-Castera, Head of e-commerce, data & digital de Carrefour.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.

Jeune dip’ – Septodont : un binôme qui ne manque pas de mordant

Digitalisation, robotisation, intelligence artificielle… La dentisterie fait elle aussi sa mue technologique à l’image de Septodont.

Spurgin Léonhart, une PME en béton !

Rencontre avec Pierre Bollard (Arts et Métiers 84) DG de Spurgin Léonhart industriel français spécialiste des murs préfabriqués doté des usines les plus modernes d’Europe du secteur