En 2018, plus d’un million de dollars de bourses Fulbright a été attribué à des étudiants et chercheurs français pour mener un projet Outre-Atlantique. Parmi eux, Djénéba Gory (INSEEC Bachelor, MS® Audit et Conseil ESCP Europe). Cette bourse lui permet de préparer un Master in Public Administration à la Harvard Kennedy School. Tout lui réussit, et elle a une technique bien personnelle pour se donner les moyens de ses ambitions.

 

Vous êtes plus que déterminée lorsque vous avez un projet ?

A partir du moment où j’ai une idée en tête, cela devient comme une obsession. Je me renseigne, je contacte des personnes, j’ose ! Je m’implique toujours de manière très intense. Notre mère nous a élevés ainsi, nous poussant, nous encourageant à donner corps à nos rêves. Elle nous a appris que si nous avions la motivation, nous réussirions.

Harvard, il faut oser postuler non ?

Après avoir travaillé 8 ans dans l’audit chez KPMG, en France, en Afrique de l’Ouest et en Suisse, j’ai souhaité changer de voie. J’avais mené des missions pour le compte d’ONG internationales et fait du mécénat de compétences. Je me suis dit, c’est le moment de me recentrer, d’allier mon engagement pour l’éducation et l’émancipation des femmes et ma vie professionnelle. Pour cela je voulais me former au meilleur niveau et en anglais. Quoi  de mieux qu’Harvard ! Un camarade de l’INSEEC a étudié à Harvard et il m’a inspirée. Je me suis dit, c’est possible ! Au départ, je n’avais postulé qu’à Harvard, et par raison j’ai ajouté 3 autres universités. Au final, j’ai été admise partout !

Alors Harvard, c’est comment ?

Vraiment formidable ! J’ai la possibilité de construire un parcours à la carte, ciblé sur mes souhaits pour le futur. Nous assistons à des conférences données par des personnalités de rang mondial. Les opportunités sont très nombreuses et le soutien constant. J’ai été sélectionnée pour un programme de training dédié à aider les femmes à accéder à des positions politiques. C’est très motivant d’être ici !

Comment avez-vous postulé à la bourse Fulbright ?

Une fois que je suis lancée, je suis à fond. Lorsque je me suis renseignée sur Harvard, je me suis abonnée à tous leurs blogs et newsletters, j’ai épluché le site, j’ai contacté des personnes pour connaître les financements. J’ai ainsi découvert la bourse Fulbright. J’ai vérifié que j’étais éligible, et j’ai préparé mon dossier avec grand soin. Le taux d’admission est de 7 %. J’ai donné le maximum comme d’habitude pour n‘avoir aucun regret. C’est une bourse très prestigieuse pour des parcours d’excellence, c’est donc un grand honneur de l’avoir décrochée.

Vous n’avez pas décroché une, mais quatre bourses !

Lorsque j’ai postulé pour la bourse Fulbright, il était possible de présenter le même dossier à deux autres bourses (Arthur Sachs et George Lurcy). J’ai naturellement postulé, et j’ai été reçue ! J’ai aussi découvert la bourse PEO d’une organisation américaine pour des femmes qui souhaitent travailler dans l’éducation et l’émancipation des femmes. J’ai postulé, car il n’y a rien à perdre à tenter et j’ai été reçue. Ces bourses couvrent le M1, je commence mes recherches pour l’année prochaine ! La personne du service des aides financières à Harvard m’a d’ailleurs demandé de créer un blog. Je veux que les gens sachent et cessent de se mettre des barrières. Oui, il y a une sélection, c’est très compétitif et il faut s’investir, mais il faut oser et y croire !

 

https://fulbright-france.org/

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.