Yanis Lammari et Jim Pasquet, deux étudiants de Toulouse Business School (TBS), ont fait le choix d’un parcours atypique pour leur année de césure. Ils ont tout simplement décidé de réaliser un tour du monde pour ouvrir le débat sur la place et l’intégration de la jeunesse dans nos sociétés. Une grande aventure loin d’être finie étant donnés les signes alarmants qu’ils ont mis en avant. 

 

Une jeunesse peu intégrée aux décisions …

Rentrons directement dans le vif du sujet : les jeunes n’ont pas actuellement la place qu’ils devraient avoir dans notre société. Difficile de le contester quand on regarde la composition de l’Assemblée Nationale qui comptait, il y a quelques mois encore,  80,5% de députés âgés de 50 à 90 ans… Un problème majeur qui ne limite pas à la politique : il est partout ! C’est pour cela que nous avons créé le projet Youth ID (intégrer le lien www.youthid.net) durant notre année de césure. Car si les crises récentes ont poussé de plus en plus d’acteurs à mettre en avant le dynamisme, la créativité, l’optimisme, la capacité d’adaptation et d’innovation de la jeunesse, dans les faits, très peu de jeunes de moins de 35 ans ont un pouvoir décisionnel au sein de leurs organisations. Parce la jeunesse est le futur, nous voulons aussi qu’elle soit le présent. C’est pour cela que Youth ID collecte des portraits de jeunes décideurs / décideuses actuels qui ont réussi(e)s là où tant de jeunes restent bloqués.

 

… qui en a pourtant les capacités

Ainsi notre projet se construit-il dans une démarche positive et intergénérationnelle face à ce constat bel et bien négatif. Partant du principe que « la valeur n’attend pas le nombre des années », nous voulons mettre en lumière l’esprit d’initiative et d’entreprise des jeunes, ainsi que leur sens des responsabilités et leur créativité. Youth ID poursuit donc un double objectif : redonner confiance à la jeunesse sur leur futur professionnel ET convaincre les décideurs d’intégrer à leurs côtés des jeunes dans la prise de décision et dans la mise en œuvre de leurs projets.

 

Grandes écoles ou pas…

Notre partenariat avec le Journal des Grandes Ecoles et Université nous aide d’ailleurs à atteindre ce double objectif. En France on parle souvent des grandes écoles car elles sont censées former les managers de demain. Est-ce là la garantie d’un grand futur pour ces étudiants ? Peut-être que oui, peut-être que non. Mais ce qui semble sûr c’est que ce grand futur nous est souvent promis dans les grandes écoles. Tant mieux si cela crée de l’ambition (en conservant la modestie dans l’idéal) mais ne peut-on pas dès maintenant rêver à un grand présent (en oubliant la modestie !) ?

 

… les jeunes sont le présent !

La question est légitime : pourquoi dois-je attendre d’avoir plus de 50 ans – et être un homme de type caucasien comme les statistiques le montrent – pour espérer avoir un véritable impact sur les décisions de mon organisation ? Car ne nous leurrons pas, le modèle type du décideur en France reste très et trop souvent collé à cette image.

 

Plus de jeunes, plus de diversité, même combat ! 

Ne serait-il pas bon d’introduire davantage de diversité et de voir des jeunes décideurs, hommes et femmes, avec des profils plus internationaux et des parcours plus atypiques ? La jeunesse est une véritable porte d’entrée vers la diversité. Accepter et intégrer les jeunes aux tables de décisions permettrait en effet d’avoir une réelle vision long-terme. Si nous voulons un grand futur il va falloir dès maintenant participer à le co-construire ! La jeunesse est prête à jouer ce rôle, ne reste plus qu’à le prouver et faire notre place. Si vous doutez de nos capacités en tant que jeunes, retrouvez toutes nos vidéos sur notre site !

Pour suivre les aventures de Youth ID youthidtour@gmail.com et http://www.youthid.net/fr/