Fiche d’identité : Thomas Guérin-Calmettes, 21 ans, Paris, CentraleSupélec, 2A

 

DÈS SON ARRIVÉE À L’ECOLE CENTRALE PARIS, THOMAS DÉPLOIE SON ÉNERGIE DANS DES PROJETS QUI LUI TIENNENT À COEUR. MENÉ PAR SON GOÛT DE LA DÉCOUVERTE DE L’AUTRE ET SA FASCINATION POUR LES PAYS ÉMERGENTS, IL CRÉE L’ASSOCIATION RECUBE AVEC UN AMI. PORTRAIT D’UN ÉTUDIANT CURIEUX ET PASSIONNÉ.

 

THOMAS GUÉRIN-CALMETTES (À GAUCHE) ET ANTOINE WALCKENAER, PORTEURS DU PROJET RECUBE © ReCube

THOMAS GUÉRIN-CALMETTES (À GAUCHE) ET ANTOINE WALCKENAER, PORTEURS DU PROJET RECUBE © ReCube

 

« Mon père est passionné de photographie. Très jeune, il m’a transmis l’envie de découvrir le monde sous un angle nouveau. » Après une prépa PC au Lycée Ste Geneviève, Thomas intègre l’Ecole centrale Paris et saisit l’opportunité de s’épanouir dans ses projets. Il s’implique dans le Club voile de l’école et fonde l’association Centrale scaphandre. Il devient vice-président de l’association Kampouchea Souriya et organise avec son équipe une mission de solidarité internationale de 6 semaines au Cambodge à l’été 2014. Ce voyage est l’occasion de découvrir une culture et des pratiques en rupture totale avec ce qui se fait en France. Dans le cadre de son travail avec l’ONG Caritas Cambodia, il rencontre un docteur indien ayant conçu une aire de jeux pour enfants handicapés à partir de matériaux recyclés. Cette façon simple et frugale de concevoir le fascine.

 

L’économie circulaire pour réinventer l’entreprise de demain
De retour en France, Thomas suit un MOOC Développement Durable. Ce cours est l’occasion de découvrir le concept de l’économie circulaire qui fait écho à ses découvertes estivales. Cette nouvelle économie encourage à repenser les business models classiques des entreprises pour éliminer la notion de déchet et optimiser la consommation de matières premières. Cette économie se développe dans de nombreux secteurs d’activité. Blablacar (covoiturage), JC Decaux (vélos en libre-service) ou encore Renault (recyclage / réemploi de pièces de voiture) ont saisi l’importance de ce concept pour renforcer leur compétitivité. « L’économie circulaire, c’est faire plus et mieux avec moins » affirme Thomas. En France, le concept reste difficile à appréhender et évaluer. C’est pour répondre à ce problème que le jeune homme s’est lancé un défi avec son camarade Antoine : développer ReCube, une méthodologie qui permette à un entrepreneur de l’économie circulaire de s’autoévaluer. Il y consacre son année de césure et travaille avec des entrepreneurs en Amérique du Sud, Afrique et Inde où l’économie circulaire se développe naturellement : « la démarche relève du bon sens économique avant toute considération environnementale. » Les deux amis travaillent en partenariat avec le laboratoire Génie Industriel CentraleSupélec et le réseau d’entrepreneurs de l’ONG Future of Waste.

 

ReCube : un outil open source destiné à des entrepreneurs de l’économie circulaire
Le départ en Amérique latine est prévu pour septembre 2015 où de nombreuses initiatives inspirantes ont déjà été repérées. A l’issue de ces 2 années de travail, Thomas et Antoine souhaitent mettre leur méthodologie à disposition d’entrepreneurs désireux de s’auto-évaluer, en France ou à l’étranger. Il souhaite ainsi mettre sa formation d’ingénieur au service d’un concept auquel il croit.

 

PORTRAIT CHINOIS :
Une personnalité que tu admires : Ravi Nadjou, auteur du livre Jugaad Innovation. Il met en lumière des exemples d’innovation frugale dans les pays émergents et la manière dont cela peut inspirer les pays occidentaux.
Un livre : Terre des hommes de Saint Exupéry
Un credo : Chacun est responsable de tous
Un péché mignon : Les crustacés

 

Dimitri Pleplé,
Président de Centrale scaphandre

 

Contact : www.recube.fr