Nouveau record. Avec une augmentation de plus de 8 % du nombre de licenciés, 2013 s’illustre comme la cinquième année consécutive de croissance pour la Fédération Française d’Athlétisme (FFA). Alors comment expliquer ce plébiscite à l’aube des prochains Championnats d’Europe qui augurent les meilleurs espoirs de podiums ? Eléments de réponse avec son Président, Bernard Amsalem.

Comment expliquez-vous cet engouement des Français pour l’athlétisme ?
Il est le fruit des réformes successives de la politique sportive de la FFA mises en oeuvre depuis 5 ans. Nous avons en effet passé en 2013 le cap historique des 250 000 licenciés grâce à la mise en place de nombreux projets tournés vers un public plus axé loisir et vers un athlétisme plus ludique à destination des moins de 12 ans. Nous avons également accompagné l’intérêt croissant que les Français portent aux courses hors stade, le trail notamment, une discipline pour laquelle nous sommes passés de 50 à 3 000 compétitions par an en 5 ans.

 

Pouvez-vous revenir sur les évènements marquants de 2013 ?
La première image que je retiens est évidemment celle des 4 médailles des Championnats du Monde de Moscou, dont l’or de Teddy Tamgho au triplesaut. 2013 a également été l’année des premiers Championnats de France de trail, un évènement dont le succès a permis à Annecy de remporter l’organisation des Championnats du Monde de cette discipline en 2015. La réussite de l’Ekiden de Paris est également à retenir. Pour sa première édition, ce marathon en relai a réuni 250 équipes de 6 coureurs et nous espérons déjà rassembler près de 500 équipes en 2014. 30 équipes issues des grandes écoles et des universités y étaient, et nous réfléchissons à l’organisation d’une compétition interne, pour celles qui rejoindront cette belle épreuve cette année.

 

Quels sont les rendez-vous à ne pas manquer en 2014 ?
Les Championnats d’Europe de Zurich en août prochain bien sûr, où nous avons pour ambition de battre nos records historiques d’Helsinki et de Barcelone (15 et 18 médailles). Pour cela, nous pourrons compter sur de jeunes athlètes prometteurs, comme Kenya Meyer au décathlon, Pierre-Ambroise Bosse au 800m ou Stella Akakpo au 100m. Mais aussi sur des athlètes plus confirmés comme Renaud Lavillenie à la perche et les deux sprinters Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut.

 

Athlétisme et handisport : une évidence ?
La FFA a signé depuis de nombreuses années des conventions de partenariat avec la Fédération Française Handisport et la Fédération Française du Sport Adapté. Elles travaillent donc ensemble sur la formation et la préparation des athlètes, dans des clubs communs et avec des entraineurs de la FFA. Intégrer le handisport et le sport adapté est aujourd’hui complètement entré dans les habitudes de la FFA, comme en témoigne par exemple le palmarès d’Assia El Announi, athlète malvoyante.

 

FFA et CDMGEU, une belle histoire ?
Indéniablement. Elle est née d’une rencontre et d’une envie commune de rendre au Stade de Charlety son passé estudiantin : je rêvais d’un évènement sportif réservé aux étudiants dans ce stade, le CDMGEU l’a fait ! Depuis 6 ans, cette compétition ne cesse de confirmer son succès grandissant. A la fois sérieuse et festive, elle mêle l’emploi à la rigueur et la technique sportive, le tout dans une ambiance incroyable lancée par le public, les fanfares et les pompom girls ! Je suis heureux et fier que la FFA participe à la réussite de l’aventure du CDMGEU, le plus grand rassemblement étudiant d’athlétisme en Europe.

 

CW

 

Pour en savoir plus sur la FFA
rendez-vous sur www.athle.fr et sur les réseaux sociaux (Cf. pictogrammes Facebook et Tweeter)