« Les étudiantes abandonnent toujours l’informatique » titrait un récent article(1) consacré à la question de la féminisation des professions du numérique, ainsi qu’à l’absence de progrès réellement significatif en ce domaine. Ceci étant, l’article faisait utilement état de la parution d’une étude de TechRepublic consacrée à la place qu’occupent les femmes dans les sciences informatiques aux Etats-Unis ; une place toujours trop faible au regard des besoins des entreprises.

 

En effet, Outre-Atlantique, tout comme en France les femmes sont minoritaires dans les professions liées aux nouvelles technologies et seulement 18 % d’entre elles parviennent au niveau Bachelor en computer sciences. Cet état des choses inquiète vivement les leaders de l’industrie technologique ; au point que Tim Cook, CEO d’Apple, ait déclaré que, si ce problème de déséquilibre dans les genres au sein de la Tech Industry tardait à être résolu, l’Amérique en viendrait à perdre sa position de leader technologique dans le monde.

L’étude de TechRepublic(2) souligne ainsi, qu’en dépit des efforts faits par les universités américaines pour favoriser l’accès des jeunes femmes aux filières informatiques, notamment par la création de classes introductives, le résultat reste décevant. La parité est respectée dans les premières années des promotions, mais cesse de l’être dans les niveaux supérieurs des cursus.

Toutefois, cette étude apporte également un éclairage beaucoup plus fin sur les facteurs contribuant à décourager les jeunes femmes. On en retiendra surtout que l’intérêt pour la discipline n’est absolument pas en jeu ; car ce qui pêche véritablement aux yeux des étudiantes et des jeunes professionnelles, ce sont les conditions de la poursuite de leurs études, les carrières et le vécu qui y sont associés. Leurs témoignages sont à ce titre extrêmement instructifs. Tous soulignent les difficultés diverses rencontrées dans une société où la persistance de formes variées de sexisme constitue un frein, si ce n’est l’unique barrière.

 

Des termes bien mal choisis !

Revenons en au fait : l’étude de TechRepublic dit-elle véritablement que les étudiantes abandonnent« toujours » l’informatique » ? Absolument pas ! Aujourd’hui 20 % de femmes occupent des postes dans ce domaine(3). Ce titre malheureux doit nous rappeler combien il est important d’être attentifs au langage employé. Alors même que l’on tente aujourd’hui, au travers de nombreuses actions, d’inciter les jeunes femmes à rejoindre les professions du numérique, il envoie un message fort et contradictoire à celles que l’on souhaite convaincre. En parlant d’abandon systématique (« abandonnent toujours ») on laisse entendre qu’ « aucune femme ne parvient au terme de ses études d’informatique », ou que « l’informatique n’intéresse pas les femmes » et, incidemment, qu’ « elles ne sont pas capables de suivre un cursus en informatique » ; une autre façon de dire… qu’elles n’ont rien à y faire ?

Convaincre les jeunes femmes de l’intérêt des professions qui ont besoin de leur présence n’est pas possible si l’on continue à faire exister, dans le langage, l’idée que leur place n’est pas dans le domaine de l’informatique. Il aurait été plus juste de titrer : « le sexisme chasse les étudiantes en informatique » ou bien « les stéréotypes détournent les étudiantes des études en informatique » voire : « l’état de la société n’invite pas les étudiantes à se consacrer aux études informatiques », etc.

Rappelons que la problématique du secteur du numérique en France comme Outre-Atlantique est sa féminisation. Les entreprises ont compris qu’elles ne pouvaient pas se passer du potentiel que recèle 50% de la population. La crise actuelle de compétences liée à la transformation numérique des organisations devrait inciter l’ensemble de la société à combattre toute forme de dévalorisation. De nombreuses actions pour la féminisation du secteur du numérique sont menées par un grand nombre d’acteurs. Tous ces efforts sont anéantis lorsqu’on s’emploie à présenter la cause comme perdue d’avance. Soyons donc vigilants et ne donnons pas à nos étudiantes l’occasion de douter de la sincérité de nos discours et de nos intentions.

 

 (1) Publié le 2 octobre sur ZD net.fr http://www.zdnet.fr/actualites/les-etudiantes-abandonnent-toujours-l-informatique-39858040.htm

 (2) http://www.techrepublic.com/article/the-state-of-women-in-computer-science-an-investigative-report/

 (3) Source : Syntec Numérique

[L’heure du choix] Une nouvelle formule pour le Master Grande Ecole de BSB

Dès sa rentrée 2020 qui devrait se dérouler en présentiel, BSB proposera à ses élèves un Master Grande Ecole remanié. Le point avec son DG Stéphan Bourcieu

Nomination à Toulouse INP : Catherine XUEREB, nouvelle Présidente

Le 29 juin 2020, Catherine XUEREB, 57 ans, a pris les fonctions de Présidente de Toulouse INP. Elle succède à ce poste à Olivier SIMONIN, qui présidait Toulouse INP depuis 2012.
Chercheuse au CNRS, Catherine XUEREB est depuis 2000 Directrice de Recherche au Laboratoire de Génie Chimique (UMR CNRS/UPS/INPT).
A Toulouse INP, elle a déjà occupé les fonctions de Directrice de la Recherche (2006 à 2007) et de Vice-Présidente Recherche & Valorisation (2012 à 2016).

Marco Clemente : la crème des professeurs enseigne à l’IÉSEG

Marco Clemente, professeur à l’IESEG est entré dans le classement Best 40 under 40 des meilleurs professeurs de MBA de moins de 40 ans.

Entrepreneuriat : 45 étudiants en 1ère année à l’EMLV lancent 28 startups en 1 mois.

Grâce au dispositif « Lance ta startup en 30 jours » crée par le pré-incubateur DeVinci StartUp (DVSU),  45 étudiants en 1ère année de l’EMLV ont sauté le pas. Seul.e ou en s’associant à leurs camarades, les jeunes entrepreneurs en herbe ont profité du confinement pour transformer cette période si particulière en opportunité. Les coachs de DVSU étudient avec eux le lancement potentiel de 28 startups. Les startuppers ont 1 mois pour apprendre toutes les ficelles de la viabilité économique d’un projet.

[L’heure du Choix] NEOMA BS – Reims ou Rouen : deux villes, deux ambiances ? Episode 2

Reims ou Rouen : comment départager les deux campus de NEOMA BS ? Deux étudiants partagent leurs meilleurs spots. Episode 2 à Rouen

Les idées fourmillent à EM Strasbourg

Pendant un semestre, les étudiants du PGE d’EM Strasbourg ont travaillé sur un cas pratique transdisciplinaire : une entreprise fictive de vente d’insectes comestibles.

[L’heure du Choix] NEOMA BS – Reims ou Rouen : deux villes, deux ambiances ? Episode 1

Entre Reims et Rouen mon cœur balance. Comment départager les deux campus de NEOMA BS ? Deux étudiants partagent leurs meilleurs spots.

Audencia et le WWF France : 10 ans de partenariat et un renouvellement pour sensibiliser les décideurs de demain aux questions environnementales

Partenaires depuis 10 ans, Audencia et le WWF France travaillent ensemble pour intégrer le développement durable et la responsabilité sociétale au sein des programmes d’enseignement de l’école, de l’ensemble de ses activités et sur le campus. C’est pour prolonger ces dix années d’efforts dans la formation de la prochaine génération aux enjeux environnementaux que les deux partenaires ont décidé de marquer l’année 2020, année emblématique des 120 ans de l’école, par la reconduction de leur collaboration pour trois ans.

QS Executive MBA 2020 : Audencia intègre le top 100 mondial, et gagne 7 places en Europe

Le 30 juin, QS Rankings a dévoilé son classement mondial et européen des programmes Executive MBA. L’EMBA d’Audencia intègre pour la première fois le prestigieux top 100 mondial. Au niveau européen, le programme gagne 7 places pour se hisser à la 41e place. Le profil de ses participants lui permet même d’obtenir la 6e place mondiale sur ce critère.

IMT Lille Douai annonce l’ouverture des inscriptions de son Mastère Spécialisé en Ingénierie de l’Économie Circulaire au Maroc pour la rentrée 2020

Cette formation, proposée en collaboration avec l’École Nationale Supérieure des Mines de Rabat (ENSMR), vise à former des experts de l’ingénierie environnementale et de l’économie circulaire, capables de répondre aux nouveaux défis écologiques et d’accompagner les entreprises et les collectivités dans la transition vers un modèle vertueux, basé sur l’économie des ressources naturelles et le recyclage.