Développement durable, écologie, alimentation, bien-être animal, préservation des ressources naturelles… des enjeux de société incontournables aujourd’hui. Des enjeux sur lesquels AgroParisTech, école historiquement spécialiste des sciences du vivant, a un coup d’avance. Quelles nouveautés va-t-elle impulser cette année ? Eléments de réponse avec son directeur, Gilles Trystram.

 

Les meilleurs ambassadeurs du développement durable à la française

AgroParisTech ne surfe pas sur les effets de mode, les sciences du vivant sont intrinsèques à ce qu’est et ce que veut être l’école. « Je ne parle pas de sciences de la vie mais bien de sciences du vivant, un terme qui englobe la biologie bien sûr, mais aussi la chimie, l’écologie, la sociologie, l’anthropologie, les biotechs, la zootechnie… Cela constitue le socle de nos compétences et notre originalité dans les formations d’ingénieurs » insiste Gilles Trystram. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si AgroParisTech présente un taux d’élèves vocationnels de 20 %. « Ils ont choisi le vivant et le développement durable, un sujet dont on parle beaucoup aujourd’hui et qui constitue le cœur historique d’AgroParisTech. »

 

Des métiers qui bougent !

Et qui dit développement durable dit nouvelle économie et nouvelle sociologie. Concevoir et manager de nouveaux dispositifs de production primaire, maîtriser la chaine de valeur associée à la demande agricole alimentaire et bioéconomique et concilier préservation des ressources naturelles et besoins de populations de plus en plus urbanisées : telles seront, demain, les missions des alumni d’AgroParisTech.

Les 3 skills incontournables des AgroParisTech ?

#1 Diagnostiquer une situation dans une compréhension revendiquée systémique

#2 Lier intrinsèquement sciences biotechniques et sciences humaines et sociales

#3 Se projeter sur le temps long dans une démarche systémique et complexe

 

AgroParisTech dans 5 ans ?

« Je vois l’école sur son nouveau campus de Saclay bien sûr… mais pas seulement ! Nous sommes là où l’on parle de notre domaine et pour accompagner le développement des territoires. Concernant notre pédagogie, elle va évoluer bien sûr. Nous souhaitons instaurer plus de connexions entre les étudiants et le terrain et plus de double-diplômes » appelle de ses vœux Gilles Trystram. Une volonté allant de pair avec le développement accru de cursus co-construits avec des partenaires académiques pour répondre à la complexité en intégrant d’autres disciplines.

 

Un avenir pavé de défis que Gilles Trystram envisage avec philosophie. « Je suis totalement serein sur l’avenir de l’école qui saura être dynamique tout en maintenant ses valeurs fondamentales, comme cette façon singulière qu’ont nos diplômés d’allier ambition et humilité. Je crois aussi au maintien de la sélectivité, qui nous permet d’aller chercher l’excellence dans des domaines très variés. »

Les deux projets à suivre

Néolithe. Une startup créée en janvier 2019, par Clément Bénassy (AgroParisTech) et Nicolas Cruaud (X 2016). Leur objectif ? Transformer les déchets non-recyclables en granulats pour l’industrie du BTP. Un peu plus d’un an après son lancement, ce projet promet déjà de réduire de 80 % les émissions de gaz à effet de serre liées au traitement des déchets avec une valorisation à 100 % de la matière. Un projet prometteur incubé au sein de l’X-up (accélérateur de Polytechnique) et qui a récemment reçu le label Entreprendre de la Fondation AgroParisTech.

L’avenir de la crème solaire s’écrit à AgroParisTech ! Florent Allais et Louis Mouterde, respectivement directeur et chercheur de l’Unité de Recherche et Développement Agro-Biotechnologies Industrielles (URD ABI) ont développé une nouvelle génération de filtres solaires respectueuse de l’environnement. En lien avec une équipe de l’Université de Warwick et des industriels, ils explorent les capacités des plantes à se protéger des rayons du soleil grâce à une molécule particulière. Une molécule bio-inspirée qui leur permet aujourd’hui de travailler sur des nouveaux produits de protection solaire mais aussi pour la cosmétologie.

 

Entrez dans la course contre les hackers avec Vade Secure

Vade Secure fait office de véritable exception à la française dans la cyber sécurité. De start-up, elle est devenue leader mondial dans la sécurité prédictive des emails.

Advitam distribution, la distribution autrement : proximité, nature et valeurs sont au cœur de notre entreprise

« Votre dynamisme et votre passion dans une entreprise, ancrée sur son territoire, aux valeurs humaines fortes » assure Mélanie Masse, DRH Advitam distribution.

Avec Michaël Jeremiasz, le handicap monte au filet

Quadruple médaillé paralympique, le tennisman français Michaël Jeremiasz fait de l’inclusion son cheval de bataille. Rencontre avec un champion qui conjugue sensibilisation et action

Allez droit au but avec Direct Assurance !

Comme l’explique son PDG Olivier Mariée, Direct Assurance, née du changement, s’adapte idéalement aux changements grâce à son agilité naturelle…

Notre top 5 des podcasts de l’été

Culture, humour, voyages, interviews… Ecoutez sans modération sur la plage, dans l’herbe ou partout où vous vous sentirez bien cet été, ces 5 podcasts, écoutés et approuvés par la rédaction.

« inwi, l’innovation au service de l’inclusion numérique »

Véritable challenger dans le secteur des télécoms au Maroc, inwi offre un environnement innovant et approprié pour développer les talents à l’ère digitale. Témoignage de Nadia Fassi-Fehri (X 90), Présidente Directrice Générale de inwi.

Le grand témoin – Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées

« En 2020, l’accès à l’emploi reste un de nos plus grands combats ». Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées revient sur les derniers engagements du gouvernement

[#PopTaCulture] Les Enfants loups, Ame et Yuki

Sarah Bousnina, responsable cinéma du Bureau des Arts d’ICN Business School, nous partage sa passion pour les animés et nous présente l’un de ses préférés : Les Enfants loups, Ame et Yuki.

[Sup vs Covid] Communication de crise mode d’emploi

Basculer en 100 % distanciel en moins de deux semaines : les grandes écoles et universités ont relevé le défi que le confinement leur a imposé ! Un défi pédagogique et technique qui n’aurait pas pu être tenu sans une communication de crise ultra efficace....

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.