Spécial président(e)s

 

Spécialiste mondial des appareils de voies et aiguillages pour l’ensemble des réseaux ferrés, Vossloh Cogifer est un groupe à l’ADN résolument innovant et international. Portrait de ce recordman de la voie ferrée avec son Président Directeur Général, Yves Antonini (ENSTA 77), un homme d’expérience et d’écoute.

 

Yves Antonini (ENSTA 77)  est Président Directeur Général de Vossloh Cogifer

Yves Antonini (ENSTA 77) est Président Directeur Général de Vossloh Cogifer

L’innovation au service des records
Fort d’un chiffre d’affaires réalisé à 85 % à l’international, Vossloh Cogifer est reconnu à travers le monde pour son leadership technologique dans le domaine des lignes grande vitesse (LGV), des mines et charges lourdes, et du tramway. « Europe, Amérique Latine, Australie, Inde, Asie du Sud-Est,… Vossloh Cogifer fait valoir partout son expertise des voies, de la sécurité et de la signalisation. Parce qu’il travaille sur des métiers où règne une tolérance zéro au risque, il développe des produits extrêmement pointus et investit massivement dans la R&D, comme en témoigne l’actuelle construction de son grand centre technologique. » Ses investissements sont régulièrement couronnés de succès. « Si le record du monde de vitesse sur rail a été battu, c’est notamment grâce aux équipements fournis par Vossloh Cogifer. Le groupe est aujourd’hui fier d’être attributaire des deux premiers contrats PPP des lignes Sud-Est Atlantique et Bretagne Pays de Loire et responsable de la ligne LGV au Maroc. » Pour continuer à se développer, le groupe recrute de nombreux jeunes talents dans ses activités techniques (métallurgie, calcul, électronique, informatique,…) mais aussi dans ses activités commerciales et financières.

 

« Une personnalité
de meneur ne suffit
pas à faire un bon Président, il faut aussi savoir communiquer, écouter et décider »

Le management de l’écoute
Rassemblant 25 sociétés et plus de 30 usines à travers le monde, Vossloh Cogifer se caractérise par la diversité de ses clients et de ses collaborateurs. Pour manager un tel multiculturalisme, Yves Antonini insiste sur l’écoute. « Ingénieur de formation, j’ai profité de mes débuts dans la R&D et de ma rapide expatriation en Afrique pour me nourrir de mon environnement et apprendre aux côtés des techniciens, des commerciaux et des financiers. J’ai peu à peu pris confiance dans tous ces domaines et me suis ainsi naturellement ouvert au management. Car si le leadership est en partie inné, une personnalité de meneur ne suffit pas à faire un bon Président, il faut aussi savoir communiquer. Les jeunes diplômés gagneraient d’ailleurs à écouter l’expérience de leurs ainés pour éviter beaucoup d’erreurs. »

 

Pas de certitude, de l’expérience
Ecouter pour fédérer, tel pourrait donc être le crédo d’Yves Antonini pour qui le Président est, comme le pilote, celui qui donne le cap. « Pour rassembler nos équipes à travers le monde, je multiplie les points de contact. Je vais régulièrement à leur rencontre et les fait venir deux fois par an au siège. Cela permet à nos filiales d’échanger leurs bonnes pratiques dans un même langage et de cultiver un réel sentiment d’appartenance au groupe. En contrepartie, cela m’offre l’occasion d’être une oreille attentive aux besoins de chacun et de donner une direction commune à adapter au niveau local. » Guider cette diversité requiert donc de l’expérience. « Les certitudes sans vécu sont incompatibles avec le leadership car sans une réelle expérience professionnelle et personnelle, on ne peut pas établir de stratégie crédible. Or un Président est sans cesse observé et testé, il doit être convaincu pour être convaincant. »

 

Qui est le Président de demain ?
« A l’écoute de ses équipes, des technologies et des marchés, le Président de demain est profondément international et parle au moins quatre langues (français, anglais, espagnol, portugais, chinois, turc, russe,…). Technicien pointu et pluridisciplinaire, il est également un grand communiquant qui sait se remettre en question. Avec l’intime conviction qu’une carrière ne se définit pas à la sortie de l’école mais se construit au fil des circonstances et des rencontres, il n’a pas suivi un parcours tout tracé. »

 

CW.

 

Contact
yves.antonini@vcsa.vossloh.com