ANCRÉE EN BRETAGNE, LE GROUPE AGRICOLE ET AGRO-ALIMENTAIRE TRISKALIA REPRÉSENTE 18 000 ADHÉRENTS, SOIT UN AGRICULTEUR SUR DEUX DANS LA RÉGION. SON STATUT DE COOPÉRATIVE LUI DONNE CE SUPPLÉMENT D’ÂME INHÉRENT AUX SOCIÉTÉS QUI PLACENT LES HOMMES AU COEUR DE LEUR STRATÉGIE. DOMINIQUE CICCONE, DIRECTEUR GÉNÉRAL, REVIENT SUR LES GRANDS PRINCIPES QUI RÉGISSENT CETTE ÉCONOMIE MUTUALISTE ET RESPONSABLE.

 

DOMINIQUE CICCONE, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE TRISKALIA © Simon COHEN

DOMINIQUE CICCONE, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE TRISKALIA © Simon COHEN

 

 

UNE GOUVERNANCE COOPÉRATIVE
En charge de pérenniser et développer l’activité et la rentabilité des exploitations agricoles sur son territoire, Triskalia fonctionne sur le modèle de la coopérative. Un agriculteur adhère en s’engageant pour son activité, soit en achetant, soit en livrant sa production à la coopérative. Il est également associé puisqu’il détient du capital social. De ce fait, les membres sont parties prenantes de l’activité de l’entreprise ; ils élisent un Conseil d’Administration pour les représenter. Conseil d’Administration qui nommera lui-même un Directeur Général qui constitue son Comité Exécutif composé de cadres dirigeants. Rappelons que cette gouvernance est régie par le principe de la démocratie : un homme = une voix, quelle que soit la taille de son exploitation. Au cours d’Assemblées Générales, le Comité Exécutif présente l’activité du groupe aux adhérents et salariés ainsi qu’aux partenaires, banques, etc dans la transparence la plus totale. Main dans la main le CA composé d’agriculteurs et le Comité Exécutif, Dominique Ciccone à sa tête depuis 2009, orientent le groupe dans une démarche de création et de partage de la valeur.

 

LA PLACE DU DG DANS LA COOPÉRATIVE
Dans une coopérative d’une telle envergure, le Directeur Général et le Président doivent travailler ensemble et s’équilibrer en évitant de créer une dyarchie. Pour Dominique Ciccone le secret réside dans l’établissement d’un dialogue au quotidien, ce qui lui a permis de créer une véritable synergie avec son Président. En face de ce dernier, qui siège au Conseil d’Administration pour définir les stratégies de la coopérative, le DG lui, gère l’aspect managérial, financier et marketing avec ses équipes à la fonction support. Son rôle, en tant que DG consiste à insuffler du réalisme économique lorsqu’il n’y en a pas assez. Son objectif ? « L’amélioration des fonds propres, la diminution de l’endettement, le développement de la part de marché et le recrutement de compétences pour maintenir un niveau d’intelligence important dans l’entreprise. »

 

« Triskalia,
une entreprise responsable ! »

LA POLYVALENCE : UN CHOIX STRATÉGIQUE
A l’image des agriculteurs qui la composent, Triskalia s’illustre par la polyvalence et la complémentarité de ses activités. Présente sur trois grands métiers : l’agriculture (culture et élevage), l’agro alimentaire (légumes surgelés avec Bonduelle, volailles avec Ronsard, lait avec Laïta, abattage de porcs et viandes bovines avec Bigard Charal) et la distribution(chaîne de jardineries professionnelles et grand public), la coopérative se positionne en tout sur une douzaine de secteurs. Cette diversité comporte un atout majeur : lorsqu’un secteur est en difficulté pour x raisons, la bonne santé des autres activités permet d’équilibrer l’ensemble. « Ce qui ne veut pas dire que nous finançons indéfiniment des activités à perte, par d’autres plus rentables. A termes, si un secteur cesse d’être porteur, nous engageons une restructuration » précise Dominique Ciccone. « Il ne faut pas oublier que nous sommes dans un logique de marché. L’économie sociale et solidaire, c’est de l’économie malgré tout ! » Le Directeur Général nuance cette polyvalence en rappelant que celle-ci n’est bénéfique que si elle est maîtrisée et raisonnée. « On ne peut pas être bon dans tous les domaines en même temps, il faut savoir faire des choix. »

 

PLANÈTE POSITIVE
« Raisonné » : c’est un terme qui convient également au type d’agriculture vers lequel tend Triskalia : une agriculture « écologiquement intensive ». Demande des clients, impératifs environnementaux, évolution des mentalités des agriculteurs qui ont besoin de solutions adaptées aux particularités de leurs terres… autant de facteurs qui ont amené le groupe à adopter des règlementations et des pratiques respectueuses de l’écologie, sans malgré tout oublier le pan économique. Toutes ces démarches sont identifiées par le logo « Planète Positive… Produire pour les Hommes ». En plus de l’aspect développement durable dans le fonctionnement de la société, qui passe par un bilan carbone, la favorisation du covoiturage, des conf call, etc. Triskalia se positionne sur une agriculture moderne, qui s’appuie sur de nouvelles technologies afin d’optimiser les techniques de cultures plus responsables et efficientes. par les agriculteurs pour repérer les parcelles en mauvaise santé afin de les traiter de manière ciblée plutôt que de traiter tout le champ. Il existe également des robots désherbants programmés de manière à enlever seulement les herbes nocives pour une culture donnée. En ce qui concerne l’élevage, de nombreuses expérimentations sont menées par les vétérinaires dans le but d’améliorer l’alimentation des porcs charcutiers par exemple, améliorations qui conduisent à un équilibre économique et environnemental. Le porc est moins mais mieux nourri, il produit moins de déjections, la qualité est au rendez-vous. Au final le producteur y gagne tout en étant plus respectueux de l’environnement.

 

RÉCONCILIER SOCIÉTÉ ET AGRICULTURE
« Cette recherche d’excellence dans la qualité de nos produits, c’est la clé de voûte de notre stratégie ! » Dominique Ciccone a initié une démarche de communication à destination du grand public afin de « réconcilier la société avec l’agriculture et l’image qu’elle véhicule, soit désuète, soit diabolisée utilisant pesticides à outrance. » Lors des journées « Planète Positive », les enfants de la région et leurs parents et enseignants sont conviés à venir visiter les exploitations, découvrir le visage d’une agriculture moderne et tournée vers l’avenir. Un avenir qui a besoin de jeunes talents pour avancer. Le financement de nombreuses thèses de recherche dans les sciences de l’agronomie, les partenariats avec les universités et écoles de la région font également partie de cette volonté de faire savoir que le secteur de l’agriculture et de l’agro-alimentaire a de beaux jours devant lui.

 

DES MÉTIERS RICHES ET DIVERSIFIÉS
On est souvent loin d’imaginer toutes les opportunités de métiers proposés dans une coopérative agricole et agroalimentaire.
Voici quelques exemples chez Triskalia qui ont besoin de jeunes talents pour reprendre le flambeau :
• L’accompagnement des agriculteurs : des ingénieurs experts en zootechnie ou en agronomie capables de conseiller les agriculteurs (culture, agro-environnement, porc, volaille) afin d’améliorer la rentabilité, l’efficacité des exploitations dans le respect des process éco-responsables.
• L’industrie : des managers experts en outils industriels dont la mission est de développer une chaine de production pour de nouveaux produits et leur conditionnement.
• La distribution : des commerciaux, capables de développer les marchés à l’international

 

UNE SOCIÉTÉ ATTRACTIVE
• Triskalia, c’est une culture et une identité forte avec un véritable ancrage territorial.
• La prise d’initiative et la créativité y sont valorisées, et la décentralisation de sa hiérarchie donne la possibilité aux personnes compétentes d’être autonome et dans l’action.
• La grande diversité des métiers proposés et les opportunités d’évolution fait qu’on ne peut s’y ennuyer ! Le faible turn over observé en est la preuve tangible.

 

AM

 

Contact :
dominique.ciccone@triskalia.fr
Recrutement : frederic.soudon@triskalia.fr