Parce qu’elles constituent le vivier du top management de demain, les business schools doivent impérativement s’ouvrir aux jeunes en situation de handicap, pour que eux aussi soit les managers de demain. Panorama des actions à entreprendre pour renforcer cette dynamique avec Christian Grapin, Directeur de TREMPLIN Études-Handicap-Entreprises.

 

Yolaine Drouilly - Passerelle ESC, Alexandrine Bornier - ESC Dijon et Christian Grapin - Directeur de TREMPLIN Études-Handicap-Entreprises

Yolaine Drouilly - Passerelle ESC, Alexandrine Bornier - ESC Dijon et Christian Grapin - Directeur de TREMPLIN Études-Handicap-Entreprises

 

 

Pourquoi est-ce essentiel que les business schools s’emparent du handicap ?
Si la loi de 2005 les y a évidemment encouragées, la pression des entreprises de 20 salariés et plus qui, depuis 1987, ont l’obligation légale de recruter 6 % de personnes en situation de handicap est pour beaucoup dans leur engagement. Malgré le fort élan de certaines, toutes se heurtent à un problème de sourcing : à la rentrée 2012, on comptait moins de 16 000 étudiants en situation de handicap dans l’enseignement supérieur (sur un total de plus de 2 000 000 étudiants), et la majorité d’entre eux est à l’Université (14 300). Pour pallier ce phénomène, les écoles de commerce agissent de plus en plus auprès des lycéens handicapés pour les encourager à poursuivre leurs études. Les choses avancent mais le chemin est encore long.

 

« Les élèves des écoles de commerce sont les managers de demain. Ceux qui ne sont pas handicapés doivent apprendre à ne pas concevoir le handicap sous le prisme de l’intégration mais sous celui de l’inclusion. Et ceux qui sont en situation de handicap, doivent eux aussi devenir les futurs managers des entreprises. »

Quels axes privilégier pour avancer ?
D’abord l’accessibilité : aux bâtiments bien sûr, mais aussi aux savoirs, à la connaissance, sans oublier l’accès aux concours. Car trop d’étudiants handicapés craignent encore, souvent à tort, d’énoncer clairement leurs besoins spécifiques (temps supplémentaire, documents en gros caractères, lecteur…) pour réussir pleinement aux concours d’entrée. Ensuite, l’incitation à intégrer des écoles de commerce. C’est le rôle des établissements d’encourager les jeunes et leur environnement familial et de leur monter que c’est possible. Un dispositif comme Passerelle Handicap s’inscrit dans cette dynamique en proposant une voie d’admission originale aux lycéens handicapés. C’est d’ailleurs pourquoi TREMPLIN est partenaire de ce dispositif en proposant un accompagnement individualisé à chaque jeune qui s’y inscrit.

 

Comment TREMPLIN accompagne-t-il ces écoles ?
TREMPLIN répond présent à chaque fois qu’une école se mobilise sur le handicap et à chaque fois que nous pouvons porter la thématique du handicap dans un événement généraliste (journée associative, forum emploi, CDMGEU, Conférence…). Nous signons également des conventions avec toutes les écoles qui souhaitent que nous leur apportions un appui opérationnel (comme récemment avec l’ESC Dijon et Ascencia) pour d’une part accompagner leurs étudiants en situation de handicap vers le monde de l’entreprise et d’autre part ouvrir ceux qui ne le sont pas à la question du handicap. Nous soutenons aussi des initiatives comme le programme PHARES (un dispositif de tutorat de lycéens handicapés par des étudiants issus entre autres d’écoles de commerce) ou l’ouverture du Raid ESSEC et celui de Centrale Lyon au handicap.

 

Cela implique donc aussi les élèves ?
Bien sûr car ce sont eux les managers de demain. Ils doivent apprendre à ne pas concevoir le handicap sous le prisme de l’intégration mais sous celui de l’inclusion : c’est à l’environnement de développer des capacités pour accueillir le handicap, pas l’inverse. C’est dans cette logique inclusive que s’inscrit Tous HanScène®, un concours vidéo étudiants autour du handicap qui mobilise tous les étudiants, qu’ils soient ou non handicapés et dont l’édition 2015 récompensera en plus des étudiants des équipes gagnantes, les 3 établissements les plus mobilisés en leur allouant une subvention de 1000 à 2000 € pour mettre en oeuvre des projets ‘handicap’ opérationnels. Cet événement qui mobilise sans faire la morale prouve, comme toutes les actions de TREMPLIN, que handicap rime aussi avec compétence, performance, implication et bonne humeur.

 

Votre message aux business schools ?
Qu’elles continuent à ouvrir leurs portes aux lycéens en situation de handicap, qu’elles intègrent de plus en plus le handicap à leurs cursus académiques (en particulier dans les formations RH) et qu’elles participent à Tous HanScene® ! C’est à ces conditions qu’elles ouvriront le champ des possibles académiques et donc professionnels aux jeunes handicapés et qu’elles leur démontreront, ainsi qu’à leur famille, que la business school c’est aussi fait pour eux.

 

VC

 

Contact :
contact@tremplin-handicap.fr www.tremplin-handicap.fr
www.youtube.com/tremplinhandicap – Tel. : 01.41.09.79.10