PARMI LES 18 000 JEUNES EN SITUATION DE HANDICAP QUI DE BAC +1 À BAC +8 SONT EN ÉTUDES SUPÉRIEURES, 90 % D’ENTRE EUX ONT FAIT LE CHOIX DE L’UNIVERSITÉ. COMMENT ENCOURAGER UN PLUS GRAND NOMBRE À POURSUIVRE LEURS FORMATIONS ET COMMENT AIDER GRANDES ÉCOLES ET UNIVERSITÉS À LES ACCOMPAGNER VERS LA RÉUSSITE ? ELÉMENTS DE RÉPONSES AVEC CHRISTIAN GRAPIN, DIRECTEUR DE TREMPLIN ÉTUDES-HANDICAP-ENTREPRISES.

CHRISTIAN GRAPIN, DIRECTEUR DE TREMPLIN ÉTUDES-HANDICAP-ENTREPRISES

CHRISTIAN GRAPIN, DIRECTEUR DE TREMPLIN ÉTUDES-HANDICAP-ENTREPRISES

POURQUOI L’UNIVERSITÉ EST-ELLE PRIVILÉGIÉE PAR LES JEUNES EN SITUATION DE HANDICAP ?
Parce que se tourner vers une grande école, c’est d’abord généralement se tourner vers une prépa. Or, ces jeunes soit s’autocensurent, soit sont peu encouragés par leur entourage familial ou académique à faire ce choix catalogué encore trop souvent comme « pas fait pour eux. » C’est ainsi que les universités ont été confrontées plutôt et en plus grand nombre que les grandes écoles aux étudiants en situation de handicap, et se sont emparées en conséquence plus rapidement du sujet pour être en capacité de les accueillir et de les former. Il ne faut pas non plus oublier la part significative de celles et ceux qui privilégient l’alternance ou le BTS, des options qui répondent bien à leur approche prudente et pragmatique des études supérieures.

 

QUEL RÔLE TREMPLIN JOUE-T-IL AUX CÔTÉS DES GRANDES ÉCOLES ET DES UNIVERSITÉS ?
Nous nous positionnons d’abord comme une ressource mobilisable pour leurs étudiants en situation de handicap dans la préparation de leur insertion professionnelle (stage, job, mémoire de recherche, alternance…). Nous les accompagnons aussi dans leur ouverture au handicap en soutenant ou intervenant dans leurs actions d’inclusion auprès des collégiens et lycéens notamment. Nous soutenons enfin toutes les initiatives étudiantes qui veulent s’ouvrir au handicap dans une dynamique inclusive. C’est le cas notamment du Raid ESSEC qui accueille depuis 2 ans des étudiants en situation de handicap, ou dernièrement le cas de l’école Centrale Nantes qui a organisé auprès de ses étudiants une conférence sur le handicap et une sortie en mer avec des étudiants accompagnés par TREMPLIN et trois de nos entreprises partenaires, DCNS, Groupe ERAM et Schneider Electric.

 

Il faut avant tout lutter contre toutes les inégalités territoriales, sociales et scolaires pour montrer aux lycéens handicapés ou non qu’ils ont tous le droit d’avoir l’ambition de poursuivre des études supérieures.

LE HANDICAP EST AU COEUR DE PLUS EN PLUS DE PROJETS ÉTUDIANTS : PRISE DE CONSCIENCE OU BEAU SYMBOLE ?
Les deux ! C’est d’ailleurs pour cela que TREMPLIN est partenaire depuis 4 ans du Défi H créé par Sogeti, une autre de nos entreprises partenaires. C’est un concours technologique qui mobilise pendant leurs études les élèves ingénieurs en les mettant au défi de développer des solutions innovantes au bénéfice de l’insertion professionnelle ou de la vie quotidienne des personnes handicapées. C’est aussi l’optique de notre concours vidéo handicap Tous HanScène® qui s’appuie sur le regard des étudiants pour changer celui que la société porte sur le handicap. Ces projets ont en commun d’engager les jeunes d’aujourd’hui qui seront les professionnels de demain sur des actions qu’ils mènent par eux-mêmes et dont ils se souviendront durablement : une des meilleures façons de semer pour l’avenir.

 

QUELLES DOIVENT ÊTRE LES PRIORITÉS DES ÉTABLISSEMENTS SUPÉRIEURS EN MATIÈRE DE HANDICAP AUJOURD’HUI ?
Tout d’abord, s’engager dans la lutte contre toutes les inégalités. Car bien souvent les jeunes en situation de handicap sont plus que les autres touchés par les inégalités sociales, scolaires ou territoriales qui s’agrègent. Dans un second temps, mieux faire connaitre leurs actions et leur implication dans le champ du handicap. C’est aussi l’objectif de TREMPLIN au quotidien et de Tous HanScène® : mettre en avant l’engagement, aussi minime soit-il des établissements. Enfin, contribuber à casser les stéréotypes et les préjugés que les jeunes handicapés ont sur leur avenir en mobilisant notamment des salariés en situation de handicap pour créer des points de repère, voire des modèles. C’est comme cela que les jeunes en situation de handicap pourront s’ouvrir à des perspectives qu’ils n’imaginent même pas. Car il ne suffit pas de leur montrer qu’ils peuvent ouvrir des portes, il faut aussi leur montrer qu’elles existent.

 

ET DU CÔTÉ DES ENTREPRISES ?
Les entreprises agissent depuis 1987 pour répondre à leur obligation d’emploi. Si pour des raisons économiques, ou de profils, les recrutements ne sont pas aussi nombreux qu’on le souhaiterait – n’oublions pas que le taux de chômage des personnes handicapées est deux fois plus important que la moyenne de la population active – oeuvrent aussi pour maintenir dans l’emploi des salariés qui deviennent handicapés, elles sensibilisent, elles forment. Sur ce dernier point, les choses auront vraiment évolué lorsqu’existera un cursus de formation intitulé « Comment travailler avec un manager handicapé ? ». Aujourd’hui on ne parle que de « Comment manager un collaborateur handicapé ? » Comme quoi, des progrès restent à faire.

 

CW

 

Contact :
contact@tremplin-handicap.frwww.tremplin-handicap.frwww.toushanscene.fr
www.youtube.com/tremplinhandicap • Tel. : 01.41.09.79.10