Spécialiste du numérique, Telecom ParisTech est un des membres fondateurs du réseau ParisTech. Aujourd’hui, l’école quitte ce groupement pour rejoindre pleinement l’Institut Polytechnique de Paris. Yves Poilane, Directeur de Telecom ParisTech dresse le bilan sur les forces et les projets menés avec le réseau.

 

« ParisTech, un lieu d’échanges, de partage d’expériences et de coopération entre les très grandes écoles franciliennes, sans réel équivalent »

Mai 2019 signe donc le départ de Telecom ParisTech du réseau pour mener de nouveaux projets avec l’Institut Polytechnique de Paris. Mais en 1999, date de création de ParisTech, l’école a tout de suite été séduite par les ambitions de ce nouveau groupement. « Nous voulions unir des écoles trop petites, sur le plan international, et pas assez pluridisciplinaires pour créer une nouvelle marque afin de rayonner à l’international. Notre objectif était de devenir une Université de sciences et technologies de rang mondial, à l’image du MIT, de VirginiaTech ou CalTech. »

Et si l’objectif était surtout d’accroître la visibilité à l’international, la mise en commun des moyens des écoles du groupe ParisTech a permis à d’autres projets ambitieux de voir le jour : recrutement d’étudiants hors d’Europe, amélioration de la relation avec les entreprises, plus grande ouverture sociale… « Cette alliance nous a permis de franchir un nouveau palier, surtout sur le plan de la diversité. L’ouverture sociale est souvent un point faible au sein des grandes écoles. ParisTech nous a vraiment aidés à nous améliorer sur ce plan. »

Des projets plein la Tech

Chine, Colombie, Brésil, Russie, les étudiants des quatre coins du monde ont ainsi pu s’orienter vers les écoles du réseau ParisTech grâce à la mise en commun des efforts. « ParisTech fut le véritable moteur de recrutement d’élèves internationaux pour notre école. » ParisTech a été le creuset de la création d’une école franco-chinoise, à Shanghai, dont les premiers diplômes ont été décernés fin mars.

Du côté des partenariats avec les entreprises, de beaux projets ont vu le jour grâce à ParisTech et notamment l’Institut du Développement Durable mis en place avec Renault, « pour accompagner l’entreprise dans sa migration vers le tout électrique ». Mais Telecom ParisTech est également très fière de la création de sa Chaire d’entreprise sur les systèmes complexes qui regroupe entre autres l’ENSTA ParisTech, Polytechnique, Thalès, Naval Group, Dassault Aviation…

Cap sur la diversité

Sur le volet ouverture sociale, le réseau ParisTech a permis d’ouvrir Les Cordées de la Réussite aux autres établissements du groupement. Cette initiative a favorisé l’accès des jeunes issus de milieux socioculturels variés aux cours d’autres écoles prestigieuses de ParisTech.

Autre initiative : l’Institut Villebon Georges Charpak, une joint-venture développée avec l’Université Paris-Sud et l’Université Paris Descartes, et rejointe depuis par l’Université de Versailles-Saint-Quentin. Son objectif ? Former en trois ans en licences pluridisciplinaires. « Nous nous sommes inspirés des méthodes de Georges Charpak pour proposer une pédagogie par projets à des étudiants de bac pro. À la suite de leur formation à l’Institut, ils peuvent s’orienter plus facilement vers des filières ingénieurs. »

On retiendra donc une belle expérience de 20 ans, dans laquelle Telecom ParisTech se sera pleinement investie et qui aura beaucoup apporté à l’école.

Ce que Telecom ParisTech retient de son expérience au sein du réseau

« À sa création, le réseau s’imaginait comme le MIT à la française. Mais ses établissements étant épars sur le territoire francilien, cette ambition a pâti de la volonté de l’État de structurer l’enseignement supérieur autour des campus. ParisTech a dû réviser son ambition et su s’en remettre en 2013 et était entré dans une nouvelle ère. Avec notre retrait, on franchit un nouveau cap, mais on peut donc dire que le réseau saura survivre à cette nouvelle évolution ! En effet, et c’est important, ParisTech était un lieu d’échanges, de partage d’expériences et de coopération entre les écoles, sans concurrence. Nous discutions sur nos échecs comme nos réussites. C’était un espace de dialogue sans filtres entre des grandes écoles qui n’est pas commun dans le paysage de l’enseignement supérieur français. Nous avons réussi à créer ce lieu où nous pouvions traiter de tous les sujets : de la mixité, aux innovations pédagogiques, en passant par formation par la recherche ou encore la prise en compte de l’engagement citoyen dans le projet pédagogique… »

Le plus de Telecom ParisTech au sein du réseau ? « Sa capacité à former des ingénieurs généralistes du numérique innovants et entreprenants. Cette force trouve son origine sur le plan académique, avec des enseignants de pointe dans des domaines comme les mathématiques, l’informatique, le physique ou les SHS et leur combinaison inter-disciplinaire. On la retrouve également dans les méthodes pédagogiques innovantes développées au sein de l’école et qui viennent stimuler l’innovation et l’entrepreneuriat de nos élèves. »

 

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.