« ÊTRE ET DEVENIR » MARIE-THÉRÈSE BESSON, GRANDE MAÎTRESSE DE LA GRANDE LOGE FÉMININE DE FRANCE

 

MARIE-THÉRÈSE BESSON, GRANDE MAÎTRESSE DE LA GRANDE LOGE FÉMININE DE FRANCE © BD

MARIE-THÉRÈSE BESSON, GRANDE MAÎTRESSE DE LA GRANDE LOGE FÉMININE DE FRANCE © BD

 

Fraîchement élue Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France le 31 mai 2015, quelles sont vos priorités stratégiques ?
Je rappelle en préambule que nous sommes une société initiatique, c’est à dire qui implique un travail sur soi et une évolution individuelle dans une quête de sens. Ceci étant, il est important de faire rayonner la Grande Loge Féminine de France par l’affirmation de nos valeurs (liberté, égalité, fraternité et laïcité), aussi bien dans l’Hexagone que dans le monde. Grande Maîtresse venant de province, je pense apporter un regard différent et j’essaie d’impliquer plus fortement nos soeurs éloignées (pays de l’Est, Afrique, Pacifique) qui témoignent de ce que nous sommes. Je souhaite favoriser un fonctionnement harmonieux en interne et aussi en lien avec toutes les autres obédiences maçonniques. Je m’efforce d’améliorer le recrutement, car un effectif étoffé permet de mieux faire valoir nos idéaux dans la société.

 

Pensez-vous que l’application des lois consacrant la parité soit effective ou existe-t-il encore des domaines où des évolutions vous paraissent nécessaires ?
La constitution et la loi favorisent un égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux, aux fonctions électives ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales. A ce titre, nous ne demandons pas une faveur mais l’application stricte de nos droits. Des évolutions s’avèrent nécessaires, les femmes étant encore défavorisées en matière de mixité dans l’enseignement professionnel, de taux d’emploi, d’accès à des postes de cadre supérieur et de dirigeant, de niveau de salaire, de pourcentage de représentation dans les assemblées politiques et de taux d’activité des mères de famille. Il reste à opérer une mutation profonde des mentalités et des modalités pratiques à laquelle nous participons activement.

 

Quelles réponses peut apporter la franc-maçonnerie féminine à l’instabilité du monde d’aujourd’hui ?
Dans ce monde instable où les femmes sont les premières victimes, la franc-maçonnerie féminine doit apprendre aux femmes à réfléchir, à s’ouvrir à d’autres horizons. Elle leur offre un temps privilégié pendant lequel elles vont étudier des aspects philosophiques et symboliques qui apportent une véritable éducation de l’esprit. Elles trouveront alors la force de lutter paix universelle peuvent passer par l’élévation de la prise de conscience des femmes au cours de travaux effectués dans nos loges. C’est l’éducation des femmes et des hommes qui permet d’instaurer la démocratie et la laïcité. Les femmes vont pouvoir porter hors de nos loges cette parole, fruit de leur évolution, dans la perspective de construire un monde libre et plus éclairé.

 

L’entrée à la Grand Loge Féminine de France de jeunes étudiantes peut-elle les aider à donner un sens à leur vie et à leur carrière professionnelle ?
La franc-maçonnerie est une éducation de l’esprit, une école de la découverte de soi-même et d’enrichissement personnel qui permet de prendre conscience d’une part de ce que l’on est, de ses qualités, mais aussi de ses responsabilités envers la société. Cela donne du sens à la carrière professionnelle des femmes, notamment lorsqu’elles accèdent à des postes à responsabilité. De plus, habituées à rassembler leurs idées, à les synthétiser et à prendre la parole, elles participent plus activement à la réflexion au sein des organisations. La Grande Loge Féminine de France est un levier puissant de connaissance de soi et de ses potentialités qui va permettre aux jeunes étudiantes de trouver leur juste place dans la société.

 

Message / invitation aux étudiants
Nous devons participer à l’évolution du monde chaotique dans lequel nous vivons par notre réflexion collective. Pour cela, il me paraît important de se battre pour la laïcité et pour les droits des femmes. Nous devons être garants de la liberté de conscience d’une société menacée et attaquée par les extrémismes de toutes sortes. Il faut aider la jeunesse à retrouver confiance en l’avenir et à lui donner du sens.

 

Patrick Simon