Le goût de la technique, la conduite du changement et le plaisir de transformer. Tels sont les principaux moteurs qui animent Frédéric Delorme (X79, ENPC 84), Directeur de l’Ingénierie chez SNCF.

 

Frédéric Delorme (X79, ENPC 84), Directeur de l’Ingénierie chez SNCF

Frédéric Delorme (X79, ENPC 84), Directeur de l’Ingénierie chez SNCF

« A la différence de la majorité des ingénieries privées concurrentielles essentiellement concentrées sur la partie ingénierie de projets, l’ingénierie permanente du réseau ferré va de l’émergence des produits, jusqu’à leur mise en œuvre, l’élaboration des référentiels techniques, le suivi de leur évolution en maintenance durant toute leur durée de vie, précise Frédéric Delorme, Directeur de l’Ingénierie à la SNCF. Notre autre spécificité est d’être ingénierie de systèmes, au sens sol-bord et interface entre le véhicule et l’infrastructure. Cela est dû à la particularité du ferroviaire, à son mode guidé, mobile sur des rails, qui capte le courant sur des caténaires et reçoit des informations à bord pour la signalisation. Les transmissions de données entre le sol et le bord, c’est notre spécialité ! Avec le rapprochement Réseau Ferré de France-SNCF Infra, nous allons devenir le service intégré d’expertise permanent du gérant d’infrastructure unifié, et par là donneur d’ordres aux côtés des acteurs actuel de RFF Notre rôle, c’est aussi de susciter l’innovation et de faire émerger les idées du futur, auprès du futur centre d’essais et de recherche européen Railenium par exemple. »

 

« Le développement durable et la qualité des relations humaines sont au cœur de notre façon d’être tout autant que l’excellence technique »

Globalement, les quelques 3 600 collaborateurs de la Direction de l’Ingénierie travaillent à 80 % directement ou indirectement pour RFF, mais aussi pour la SNCF, les industriels, des gérants d’infrastructures et les collectivités locales. Côté organisation, la Direction Technique basée Plaine Saint-Denis (93) comprend 800 personnes spécialisées dans le génie civil, le génie électrique, la signalisation, les télécoms, la voie ferrée, les systèmes. La Direction Technique comprend aussi un laboratoire et des engins de mesure, notamment la rame Iris 320 qui permet de tester à bord les systèmes de demain en circulant à 320 km/h. Cette rame exceptionnelle de type TGV comprenant 8 voitures surveille et mesure les caractéristiques de l’infrastructure ferroviaire, en temps réel et à grande vitesse et vérifie chaque année plus de 200 000 km de voies. Enfin, en ce qui concerne le domaine concurrentiel et l’international, nous travaillons pour Systra, la société co-créée par la SNCF et la RATP, numéro deux mondial de l’ingénierie des infrastructures ferroviaires à l’étranger.

Un secteur ferroviaire en plein développement

Pour relever les grands défis induits par développement inéluctable des transports collectifs dans les agglomérations et les zones périurbaines comme la maitrise des coûts de maintenance et des coûts énergétiques, la circulation des rames à haut débit sur les zones à fort trafic ou la question environnementale, la Direction de l’Ingénierie offre différents types de métiers aux jeunes ingénieurs diplômés et en recrute une centaine chaque année. « On peut par exemple se spécialiser dans les ouvrages d’art ou la signalisation ferroviaire, faire de la recherche, prendre la responsabilité de projets de construction ou de modification d’une ligne, manager un bureau d’études ou un centre d’ingénierie régional. Il y a beaucoup de passerelles avec l’infrastructure, Systra ou d’autres branches du Groupe… » Cela a été le cas pour Frédéric Delorme, à la SNCF depuis 20 ans, qui a débuté comme responsable du département des ouvrages d’art avant de devenir quelques années plus tard patron de l’ingénierie. Avant d’occuper sa fonction actuelle de façon globale et transversale, il a été deux fois Directeur et exploitant de Région et également Directeur commercial et Responsable du marketing et du plan de transport pour l’activité Fret ! « Nous sommes autant attachés à la maitrise technique qu’au comportemental dans le travail, insiste Frédéric Delorme qui rappelle les six valeurs clefs pour évoluer à la SNCF que sont l’initiative, la responsabilisation et la confiance, le soutien, le dialogue vrai, la transversalité et l’ouverture. »

 

B. B.

 

Contact
www.emploi.sncf.com