Au nombre des « moutons à cinq pattes » dont les entreprises rêvent parmi leurs collaborateurs, le designer est-il LE talent à recruter ? Les designers intègrent aujourd’hui plus largement les entreprises, quelles qu’elles soient. Alors, devons-nous tous nous former en dessin et conception d’objets ? Pas forcément. Si l’entreprise adopte une approche « design », chaque collaborateur peut y contribuer. Décryptage par Céline Dubois-Duplan, directrice marketing &  innovation | directrice des ADICODE®

 

 Le design, ce n’est pas que du dessin

La notion de design prête souvent à confusion, en français. Or « to design » en anglais se traduit plutôt par « concevoir ». Et non pas « dessiner ». La perception est alors différente. Si l’approche esthétique fait partie intégrante du design, c’est loin d’en être la seule dimension. L’approche « design »  se raccroche en réalité à une démarche, celle qu’adopterait un designer dans son travail de conception. Dans cette démarche, les étapes et principes suivants sont mis en œuvre : mettre en place une phase d’empathie en observant des usages et des utilisateurs, bien définir la question, avoir recours à la créativité pour générer des idées, prototyper, tester, puis mettre en place… C’est souvent en mentionnant ces principes que l’on définit le design thinking. Qu’il soit envisagé en 5 ou en 9 étapes selon les définitions, cela relève toujours d’un certain état d’esprit, où la prise en compte des usagers et le recours à la créativité et au prototypage sont essentiels. Ajoutons à cela que le design s’applique aussi à l’immatériel (services, innovations sociales, conception de politiques publiques…). Le design peut alors devenir l’affaire de tous.
En somme, le design c’est une attitude, un état d’esprit. Et cela peut concerner l’ensemble des collaborateurs. Alors, tous designers ?

 

ADICODE®

Dans nos écoles, pour former à ces approches et en permettre la diffusion, nous avons depuis quelques années intégré des pratiques de codesign (notion que  l’on peut aussi définir comme co-conception, co-construction, co-élaboration…) et une démarche centrée « usages ». La notion de design est alors appréhendée dans une dimension collective et collaborative. Au sein d’Yncréa Hauts-de-France (l’association qui réunit les 3 écoles d’ingénieur HEI, ISA et ISEN Lille), nous conduisons un programme intitulé ADICODE® (ateliers de l’innovation et du codesign). Les ADICODE ® regroupent les activités pédagogiques, de recherche et d’expertise autour de la co-élaboration d’innovation, du codesign et du management de l’innovation. Cela s’appuie sur la conviction que des projets innovants peuvent émerger en s’appuyant sur la combinaison de différents facteurs : une approche transdisciplinaire, une démarche centrée utilisateur, le recours au prototypage rapide, à la créativité et à l’intelligence collective. Nous avons pu former déjà près de 1000 étudiants en pédagogie par projet. Nous avons accompagné l’émergence d’innovations et la mise en place de démarches collaboratives pour des entreprises, des acteurs économiques et territoriaux.

Les ADICODE® ont été labellisés depuis 2012 dans leur dimension pédagogiques dans le cadre du PIA (plan d’investissement d’avenir), en étant l’un des 37 lauréats du programme IDEFI (initiative d’excellence en formation innovante).

 

 La créativité, le codesign, ça s’apprend ?

Nous avons la conviction que la créativité et le codesign s’expérimentent et s’exercent. Dans la partie pédagogique de notre projet ADICODE, nous réunissons des groupes variés d’étudiant(e)s. Ils travaillent sur des sujets réels d’innovation confiés par des entreprises, AVEC des enseignant(e)s et AVEC des membres de l’entreprise. Nous avons formé des salarié(e)s pour animer des ateliers de créativité au cours desquels une équipe projet peut « phosphorer » ensemble.
Pendant toute la durée du projet, nous prenons le parti de la créativité collective. Dans les aptitudes professionnelles (et personnelles !) à développer, les capacités à s’intégrer dans une équipe créative, à travailler de façon collaborative, nous semblent durablement utiles… Ce sont des compétences qui nous paraissent indispensables pour travailler demain, quel que soit le métier.