« J’aime le Luxe & il me le rend bien ! » Concept très tendance dans les générations des millenials, il n’y a plus de honte à apprécier les belles choses, les expériences somptueuses, et à souhaiter participer à cette joyeuse facture. Pourquoi le secteur Luxe a-t-il le vent en poupe ? Et quel futur peut-il nous offrir aujourd’hui en tant qu’adorateur et fidèle contributeur ? En savoir plus sur l’auteur de cet article, Audrey Kabla, Intervenante « Stratégies des marques de Luxe » à l’ISEFAC Bachelor (campus de Paris) – Groupe IONIS, Fondatrice de l’agence Epykomène et Co-directrice du club Luxe de l’ADETEM, auteure de l’ouvrage Marque & Luxe expliqué à mon boss

 

Le marché du Luxe est un des sujets économiques, culturels & sociologiques majeurs de nos sociétés. Énumérons ensemble les 5 raisons de ce nouveau postulat.

Crédits : Audrey Kabla – les toits de Paris

« Le Luxe ne connaît pas la crise »

… voici la phrase que les puristes du Luxe aiment à répéter. Elle est vraie et applicable en période fastueuse comme dans la crise. Tantôt objet de célébration tantôt valeur refuge, le Luxe se pare d’une croissance en moyenne deux fois plus importante que la croissance économique mondiale.

La France au cœur du Luxe

Parmi les personnalités à qui nous devons ce privilège de prédominance figurent Louis XIV avec l’étiquette, le savoir-vivre ou encore les premières stratégies marketing du Luxe ; Voltaire, fervent défendeur du Luxe qui prône qu’il n’est autre que le moteur de nos sociétés dans Le Mondain. Il fait bon de créer du Luxe en France qui prospère sereinement avec une croissance de 17 % tout domaine d’application confondus entre 2012 et 2017 en France. (sources Statista – Euromonitor)

En route vers l’authenticité, l’éthique & le bonheur humain

« Le Luxe c’est donner envie » impose justement Karl Lagerfeld. Premier de la classe, le secteur du Luxe incarne l’excellence. Artisanat, « made in », matériaux nobles, personnalisation, respect de la nature, rien n’est laissé au hasard. Nos nouvelles générations X & Y s’y intéressent grandement. La croissance impétueuse dans l’économie collaborative du Luxe valide ce changement radicalement millénial : +23,7% entre 2016 et 2017 (sources Bain & Company).

La liberté d’être soi au travail et d’y prendre plaisir

Pour réussir dans le Luxe, il faut aimer ce qu’on fait. Il fait partie de ces domaines où la passion est nécessaire pour avancer parce qu’exigence, attention au détail et dépassement de soi sont clefs. Les Marques prennent conscience que le bonheur des collaborateurs facilite la fidélisation de leur clientèle. Nous comptons également beaucoup de « carrières atypiques » : freelances, entrepreneurs & artistes repeuplent le secteur à l’image de l’esprit libre des millenials.
« Il n’y a pas de plus grand plaisir que celui de la découverte, et il n’y a pas de plus grande déception que celle de la découverte, car une fois que c’est découvert c’est fini. Le plaisir se perçoit progressivement, on découvre les « premières fois ». Plus j’avance dans la vie plus je perçois que le seul vrai plaisir est la connexion. » Sébastien Descours
Extrait du livre « Marque & Luxe » expliqué à mon boss

Là où il y a Luxe, il y a Art

« Dans un monde industrialisé où les produits n’ont pas d’âme, les gens ont besoin de retourner aux vraies valeurs et le savoir-faire est en quelque sorte une valeur rare, que seules peu de personnes possèdent encore. Il y a une admiration pour les travaux de patience, de création et de détails dans un monde où tout va si vite et où personne ne prend le temps. Le fait-main est devenu un Art et l’Art fascine. » Marion Larivière
Extrait du livre « Marque & Luxe » expliqué à mon boss

Le secteur du Luxe quant à lui n’hésite plus à collaborer avec des artistes, à s’installer dans les musées et à imposer certaines de ces créations comme des œuvres d’art. Une grande partie des étudiants des filières Luxe savent qu’ils peuvent plus librement déployer leur talent créatif et s’affirmer en tant qu’artistes.
Se dessinent encore de nombreuses opportunités dans les domaines du marketing à l’ère du digital : production 3D, réalité augmentée, intelligence artificielle, advocacy & influenceurs. Les Maisons de Luxe s’offrent des ambitions véritablement « milléniales ».

 

 

 

La solidarité au bout du clavier

Paul Burrero a participé à une opération avec Emmaüs Connect pour former des personnes aux outils informatiques. Témoignage d’un étudiant solidaire dans une démarche salutaire.

[COVID-19] Top 8 des posts good vibes sur les réseaux sociaux

Au regard de l’actualité, certains ont partagé leurs positive vibes sur les réseaux sociaux. Top 8 des meilleurs posts.

Génération DIY : lancer sa startup

Leader français des Legalstart vous accompagne pour que vous puissiez monter votre entreprise en toute sérénité.

Tu veux être un pro de la data ? Voilà les 4 écoles qu’il te faut !

Geek dans l’âme, tu es un véritable fou de la data ? Voici les 4 écoles qu’il te faut pour te former et travailler dans ce secteur !

IA et commerce, je t’aime moi non plus

Le e-commerce continue sa croissance. Les sites marchands voient l’IA comme l’une des principales solutions innovantes pour valoriser le secteur.

Industrie du futur cherche talents d’aujourd’hui

L’industrie du futur, une nouvelle « révolution industrielle » qui mobilise écoles et universités. Des débouchés attrayants pour les futurs diplômés, en particulier les ingénieurs

Cyber menaces, applications et réseaux sociaux, tous aux abris !

Les cyberattaques se font de plus en plus nombreuses. La solution ? Apprendre à vivre avec de nouvelles règles de sécurité.

Directeur marketing : réussir le virage digital, c’est pas « donnée » !

Pour viser dans le mille, le directeur marketing doit désormais avoir la corde numérique à son arc. Une fonction disruptée pour mieux disrupter le marché.

Gérer une réunion like a boss

Rendez vos réunions d’équipe plus funky avec la méthode du « scrum meeting ». Mode d’emploi.

Directeur des systèmes d’information : c’est pas que pour les geeks !

Le métier de Directeur des systèmes d’information ne peut plus s’appuyer uniquement sur son background technique aujourd’hui. Pourquoi ? Réponse avec Godefroy de Bentzmann.