L’étude des données des admissions 2015 confirment l’attractivité de Sciences Po avec une augmentation constante des candidatures tant au Collège universitaire qu’en Masters. En outre, la diversité des profils des candidats se développe.

 

Sciences Po bénéficie d’une hausse continue du nombre de candidats à ses cycles  du Collège universitaire et Masters depuis 2009.  © Martin Argyroglo - Sciences Po

Sciences Po bénéficie d’une hausse continue du nombre de candidats à ses cycles du Collège universitaire et Masters depuis 2009. © Martin Argyroglo - Sciences Po

« La rentrée 2015 est marquée par un double mouvement d’augmentation du nombre des candidatures à nos formations et de l’extension géographique de nos bassins de recrutement », souligne la directrice des études et de la scolarité, Cornelia Woll.

51 % de candidats supplémentaires au Collège universitaire depuis 2009
Le nombre des candidats au Collège universitaire a augmenté de 4 % par rapport à l’an dernier avec 8 672 candidats lycéens (toutes procédures confondues). Cette croissance témoigne d’une tendance de long terme. Depuis 2009, les candidatures au Collège ont crû de 51 %. « En revanche, notre sélectivité reste stable à 20 % avec 1 734 admis en premier cycle », précise Cornelia Woll.

151 nationalités à Sciences Po
L’attractivité internationale du cursus se confirme elle aussi avec 319 candidats supplémentaires en procédure internationale. Au total, 47 % des étudiants de Sciences Po sont des internationaux et 151 nationalités y sont représentées.
La diversité croissante des profils résulte aussi d’un plus grand nombre de lycées différents représentés parmi les candidats. « Cette année, les admis au Collège proviennent de 878 lycées différents, se félicite la directrice. Nous élargissons chaque année nos campagnes de promotion auprès de lycées et sur des salons. » Les flux d’élèves en CEP restent quant à eux stables avec 1 000 candidats.

La filière d’origine n’a pas d’impact sur la réussite au concours
Autre élément de stabilité, comme l’an dernier, un candidat sur deux est issu de série ES, 34 % de S et 12 % de L. « On retrouve la même répartition chez les admis, note Cornelia Woll. La filière d’origine n’a donc pas d’impact dans la réussite aux épreuves d’admission. »

Près de 6 200 candidats en Master pour 1 734 places
Les candidatures pour une admission en Master ont également augmenté de 15 % avec 6 183 candidats. « L’attractivité est encore plus marquée que pour le Collège, observe Cornelia Woll. Depuis 2009 le nombre des candidatures a augmenté de 62 % ! » Comme pour le Collège, l’institution veille à maintenir l’exigence de niveau et d’excellence. En Master le taux de sélection s’établit à 29 %.
Les élèves issus du Collège universitaire poursuivent dans leur très large majorité en cycle Master. Au final, les promotions de Master comptent 2 400 élèves dont 44 % d’élèves en 1ère année qui ne sont pas issus du Collège. Ils entrent en Master dotés d’un diplôme français, international ou via un parcours de double diplôme.

Des scientifiques intègrent un Master chaque année
Sciences Po a l’ambition d’intégrer en cycle Master des profils variés et pas uniquement venus d’un 1er cycle en sciences sociales. « Nous avons noué 28 conventions avec des établissements scientifiques (écoles d’ingénieurs, écoles normales et universités) dans ce but », précise Cornelia Woll. Depuis 2008, Sciences Po a admis 818 personnes via ces conventions.
« Nous sommes attentifs aussi à recruter des profils divers à l’entrée de l’école de droit et pas seulement issus de formations initiales en droit. » Des ingénieurs, des historiens, des économètres viennent ainsi se forger un profil avec une double compétence à Sciences Po.

La diversité est aussi sociale
Si Sciences Po est très attachée à la sélectivité, ce n’est pas au détriment de l’ouverture sociale. En 1ère année, le taux de boursier s’établit à 27 %. Ils étaient 6 % en 2000. « Les droits de scolarité sont dégressifs, ajoute Cornelia Woll, nos élèves les plus modestes en sont ainsi exonérés. » Pour l’année scolaire 2015-2016, un tiers des admis n’ont pas payé de droits de scolarité. Par ailleurs, Sciences Po complète la bourse du Crous à hauteur de 75 % du montant versé. « Cette année, l’institution consacre 10,4 M€ aux bourses et à l’aide  sociale, c’est 5,6 % de plus que l’an dernier. »

A.D-F