Conjuguer vie de famille et carrière est possible. C’est ce qu’a réussi Valérie Blandeau, avocate associée responsable du département social au sein du cabinet Gowling WLG, qu’elle codirige avec un autre associé. Ce qui caractérise le parcours de cette titulaire d’une maîtrise de sciences criminelles et carrière judiciaire (Nanterre 94), CAPA Paris 97, Barreau de Paris 98, certificat de spécialisation en droit social, c’est son goût de l’effort et sa capacité à ne pas reculer devant l’adversité.

 

De ses années de lycée au Prytanée Militaire de La Flèche, un environnement fermé où l’on est condamné à réussir si l’on accepte les règles du jeu, Valérie Blandeau a gardé le goût de l’effort et la capacité à ne pas reculer devant l’adversité, à se défendre. « Ces années ont probablement contribué en partie à forger mon caractère. J’y ai appris à évoluer dans des univers masculins ». Cet environnement clos, à la discipline militaire, où le sport représente une grande partie de la formation, développe un certain nombre de valeurs éducatives et morales, la rigueur, la persévérance, la camaraderie, l’esprit d’équipe, un vrai esprit d’appartenance.

Après 3 années en treillis et brodequins, Valérie change d’univers, découvre l’ambiance de la fac – antithèse de l‘univers dans lequel elle a baigné pendant 3 ans -, et les couleurs. Pendant ses études, elle apprend l’anglais en travaillant deux fois 4 mois dans un restaurant en Angleterre. Elle enchaîne licence de droit, maîtrise, réussit le concours d’avocat et entre dans la vie active en 1996. En 2005, elle obtient le certificat de spécialisation en droit social. Forte d’une solide expérience en matière de temps de travail et de restructurations, elle rejoint le cabinet Gowling WLG en avril 2011 pour y créer l’équipe droit social avec deux collaboratrices.

 

Une double casquette

« Axés sur notre monde, partenaires de vos ambitions, investis dans votre succès ». Ces 3 principes guident les actions de Gowling WLG, cabinet d’avocats international, issu du rapprochement du cabinet anglo-saxon Wragge Lawrence Graham & Co (WLG) et de Gowlings, cabinet canadien de premier plan. Gowling WLG comprend plus de 1 400 professionnels du droit (associés, collaborateurs et juristes) avec une présence internationale avec des bureaux dans 19 villes à travers le monde, 10 pays et sur 3 continents. La nouvelle firme propose une expertise juridique internationale, et dispose d’une expertise multisectorielle forte.

Associée, spécialiste de tous les aspects contentieux et non contentieux du droit du travail, Valérie Blandeau dirige le département droit social. Discipline qui comprend l’ensemble des relations collectives et individuelles liées au contrat de travail. Le département déploie ses activités majoritairement auprès de PME ou TPE qu’il conseille pour des opérations de restructurations, externalisation, regroupements, etc. « La capacité à appréhender les différences culturelles, marque de fabrique du département social lui permet d’aider les entreprises dont la maison mère est à l’étranger à appréhender les spécificités d’un droit du travail français pouvant apparaître comme effrayant et en perpétuel renouvellement. »

Co-managing partner, Valérie partage la responsabilité du bureau parisien – une petite entreprise de 55 personnes dont 17 salariés non avocats -, avec un autre associé. Un rôle administratif d’encadrement, d’animation, de supervision et de gestion. « Un rôle de management à géométrie variable qui consiste à insuffler du lien et un fil conducteur à l’ensemble du cabinet en termes de stratégie, à faire que le bureau fonctionne, que l’on puisse délivrer de manière rentable dans un environnement où tout le monde se sente bien. » Les deux associés co-managing partners assurent également la visibilité du bureau parisien, sa représentation sur le marché parisien et au sein de la firme. Valérie est le point de contact avec la maison mère en Angleterre et plus généralement avec l’ensemble des autres bureaux.

 

Gowling WLG, « Great Place to Work »

Gowling WLG attache une grande importance aux valeurs humaines, à l’entraide, à la bienveillance, au bien vivre ensemble et figure depuis une dizaine d’années au Palmarès « Great Place to Work ». Le bureau de Paris qui compte trois femmes parmi les 13 associés, déploie des efforts concrets pour maintenir une ambiance de travail agréable, dans le respect, entretenir le lien social, favoriser la diversité et l’inclusion dans ses lieux de travail. Les anglais sont très en avance en matière de télétravail, de flexibilité des horaires. Les jeunes mamans ont la possibilité d’aménager leurs horaires, de travailler chez elles. « A Paris, nous essayons de nous appliquer à appliquer les même principes. Nos dirigeants attachent beaucoup d’importance aux connections et nous disposons de plages de temps libres pour rencontrer nos collègues d’Angleterre, du Canada dans des endroits agréables chaque année, ce qui permet de créer du lien entre nous. »

« Les jeunes talents doivent montrer que l’égalité femmes / hommes est un critère déterminant dans le choix de leur employeur »

« Classe Affaire – Femmes d’Exception », réseau network féminin

Dans son précédent cabinet, Valérie Blandeau, avait créé en 2009 le réseau « Classe Affaire », un espace pour fédérer les directrices juridiques et leur permettre d’échanger sur leurs problématiques, de partager des « best practice ». Le réseau s’est progressivement élargi et a fusionné avec le réseau « Femmes d’exception ». Le nouveau réseau continue à réunir régulièrement des femmes directrices générales, juridiques ou financières. « Nous essayons d’animer ce réseau autour des problématiques que peuvent rencontrer les femmes qui exercent un métier à fortes responsabilités, autour de différents thèmes comme l’articulation vie privée/vie professionnelle, etc. ». « Classe Affaires – Femmes d’Exception » offre à ses 400 adhérentes un environnement convivial et un espace d’échange privilégié.

 

Réussir au féminin, « yes we can »

Pour Valérie Blandeau, partisane de la culture de l’effort, « le renoncement a priori n’est pas une option si l’on veut réussir. Conjuguer vie de famille et carrière est possible. C’est un projet à deux ». Pour qu’une femme réussisse à mener de front une vie personnelle et une vie professionnelle satisfaisantes, son partenaire doit être partie prenante du projet. Il faut la conjonction d’une volonté, d’une organisation sans failles, d’une entreprise ouverte à la diversité, ce qui permet d’avoir l’esprit totalement libre. « J’ai la chance d’avoir depuis 13 ans une nounou formidable qui est là tous les matins à 8h30, un mari associé dans un cabinet d’audit, qui est également un soutien ». En bref, une organisation qui fonctionne. « J’essaie de passer beaucoup de temps avec mes enfants pendant le week-end et m’autorise à passer 4 semaines avec eux pendant l’été, même si mon iPhone n’est jamais très loin. »

 

Avoir envie, ne pas renoncer par avance et continuer

Pour réussir son parcours professionnel, prendre des responsabilités et les assumer pleinement, il faut en avoir envie, avancer et ne pas renoncer par avance. La culture de l’effort est un élément important, il faut se donner les moyens, se dépasser. « A ce stade, je souhaite pouvoir continuer à me lancer de nouveaux défis pour continuer à avancer. Maintenir une qualité de relations humaines au sein du Cabinet tout en lui permettant une évolution plus globale est un des objectifs que je me suis fixé pour le futur. »

 

Chiffres clés : + de 1 400 professionnels du droit dont 160 associés & 700 collaborateurs / 19 bureaux dans le monde / Bureau de Paris :  55 personnes dont 13 associés

 

contactez directement Valérie Blandeau

3 + 9 =