un étudiant hors du commun

 

29 ans, master II à l‘ESCP Europe et champion de France 2012 du concours général individuel de gymnastique.

 

Championnats de France,  9 et 10 juin 2012.

Championnats de France, 9 et 10 juin 2012.

Sa passion
Pierre-Yves Bény s’est consacré à la gymnastique après son baccalauréat grâce à l’Insep (école nationale du sport de l’expertise et de la performance). « L’avantage c’est que l’on s’entraine tous les jours. J’ai ainsi pu passer un BTS dans cette école et me vouer en grande partie à la gymnastique ». Apres avoir enchainé les performances : 5e aux anneaux à Athènes en 2004, 8e aux anneaux au concours par équipes, 7e par équipes en 2003 aux championnats du monde, et 3e par équipes en 2004 au championnat d’Europe, c’est l’ESCP Europe qui vient le chercher pour participer à son programme master. « Le profil sportif se débrouillant pas trop mal en cours intéressait particulièrement cette école. J’ai donc sauté sur l’occasion. » A partir de ce moment, c’est trois années consécutives que Pierre-Yves Bény va consacrer à son travail et quand il le peut, à la gymnastique ! Pas d’année de césure pour lui, ou en tout cas, pas comme les autres élèves. L’idée c’est de commencer les cours en 2008 pour finir l’école en 2011 et préparer les Jeux Olympiques de Londres. Pour cela il a fallu trouver un rythme équilibré mais intense entre études et entrainements. « Dès que je sortais de l’école j’avais entrainement. La première année fut compliquée car tous les programmes et tous les cours sont imposés. Je suis alors passé de deux entrainements par jour à 1 seul ». La deuxième année fut plus facile à gérer et les cours plus intéressants. De fait, parallèlement à des cours de marketing stratégie, d’ingénierie juridique et financière, Pierre Yves Bény peut continuer à s’entrainer et ainsi parfaire le dicton « un esprit sain dans un corps sain ». Finalement, après une année 2012 ou il finit champion de France du concours général individuel de gymnastique, il est sélectionné comme remplaçant aux JO de Londres ou il finit 8e au concours par équipes.

 

Ses valeurs
« Le sport m’a enseigné beaucoup de principes et je me suis servi de tout ce que j’ai pu apprendre pour améliorer mon travail : la rigueur, se fixer des objectifs, l’organisation, la projection et la planification. De la même façon, le sport de haut niveau et les compétitions m’ont appris à gérer le stress, et à évoluer en équipe. Ce sont finalement des valeurs communes à celles de l’ESCP Europe. C’est un avantage, je pense, d’avoir eu un vécu comme ca pour évoluer dans une ecole de commerce. »
Projet professionnel
« Pourquoi pas trouver un projet professionnel qui me permettrait de garder un pied dans le domaine sportif. J’en serai très content. Mais, Là, tout de suite, j’ai envie de faire autre chose. »
Des conseils ?
« Pour ceux qui font du sport à haut niveau, je leur souhaite d’arriver à trouver un équilibre. Savoir faire coïncider les cours et les entrainements n’est pas une chose facile. J’ai eu de la chance de trouver le mien, mais je sais que l’on est rentré à 4 à l’Escp et les 3 autres ont arrêté le sport avant les jeux. Et pour ceux qui font du sport en école je leur souhaite de continuer et de persévérer. J’aurai aimé aussi faire des sports collectifs comme le rugby par exemple. Donc profitez ! »

 

Jeux Olympiques de Rio 2016 ?
« Non, ca va être vraiment compliqué. En entreprise le travail est plus dense et tu sais, on perd beaucoup après deux semaines sans s’être entrainé. Mais j’y passerai, c’est sûr! »

 

Gabriel Ascione, élève à RMS