Lʼécole dʼingénieurs ECAM Lyon, qui fait passer le Certificat Voltaire à ses étudiants depuis trois ans, impose à partir de cette année lʼobtention dʼun score minimal de 400 points au Certificat Voltaire afin de valider le diplôme dʼingénieur.

Lʼorthographe favorise lʼemployabilité et lʼévolution professionnelle

La mission de lʼécole dʼingénieurs ECAM Lyon consiste à former des ingénieurs généralistes dotés de compétences métier et comportementales adaptées aux attentes de lʼentreprise. LʼECAM travaille depuis plusieurs années déjà avec le Projet Voltaire afin de faire passer le Certificat Voltaire à ses étudiants, qui les fait progresser et certifie leur niveau en orthographe. Depuis 2010, 700 étudiants de lʼECAM ont obtenu le Certificat Voltaire. « Nous devons favoriser lʼemployabilité de nos étudiants et lʼorthographe est tant un critère dʼembauche quʼun critère qui facilite lʼévolution professionnelle », explique Sophie Mathé, responsable du pôle formation humaine de lʼECAM.

Anglais et français : une situation paradoxale

Cette décision de lʼECAM répond à une situation paradoxale. Actuellement, lʼobtention du diplôme dʼingénieur est soumise à un score élevé au TOEIC® (certificat de niveau en anglais). Cʼest-à-dire quʼun niveau en anglais est exigé, alors quʼaucun niveau en français nʼest requis. Or les entreprises souffrent des lacunes en orthographe. 82 % des recruteurs se disent sensibles au niveau dʼorthographe des candidats.

Un choix plébiscité par les entreprises partenaires de lʼECAM

Les étudiants ont accès à un dispositif e-learning dʼidentification des difficultés rencontrées et de remise à niveau progressive et ciblée en orthographe : le Projet Voltaire. Encouragée par ses entreprises partenaires, lʼECAM a souhaité aller plus loin cette année : pour obtenir son diplôme dʼingénieur, lʼétudiant devra désormais obtenir un score minimal de 400 points au Certificat Voltaire.

Dʼun point de vue organisationnel, lʼECAM dégage 12 heures de temps dʼautonomie à ses étudiants pour travailler sur le dispositif, et en fin dʼannée, lʼétudiant passe le Certificat Voltaire. Si le score nʼest pas obtenu dans le cadre de sa 1re année, il aura deux ans pour repasser lʼépreuve et atteindre le niveau dʼexigence attendu.

 

A propos du Projet Voltaire :

Le Projet Voltaire a été lancé en 2008 par la jeune société innovante française Woonoz, conceptrice du moteur dʼancrage mémoriel éponyme permettant dʼacquérir des savoirs et des automatismes, en collaboration avec un comité dʼexperts en orthographe piloté par Bruno Dewaele, champion du monde dʼorthographe. Le Projet Voltaire compte plus dʼ1,5 million dʼutilisateurs, dont 1200 établissements (entreprises, universités, écoles dʼingénieurs, IUT, lycées, CCI…). Avec le cabinet Ernst & Young, le magazine LʼExpress vient de classer Woonoz parmi les 100 entreprises françaises les plus prometteuses. Woonoz est lauréate du Deloitte Technologie Fast50 2012 et 2011, distinguant les 50 entreprises technologiques françaises les plus performantes de lʼannée. Elle est NovadʼOr 2008 (prix décerné par la chambre de commerce et dʼindustrie de Lyon à la jeune entreprise innovante de lʼannée) et grand prix national CréʼAcc 2005.

 

Contacts presse :

PLUS2SENS – www.plus2sens.com
Catherine Berger-Chavant / Camille Martins
catherine@plus2sens.comcamille@plus2sens.com
04 37 24 02 58