L’incroyable performance de MMA (Groupe Covéa), ferait presque oublier l’environnement commercial et règlementaire de plus en plus complexe dans lequel évolue la compagnie d’assurance. Sa Direction Juridique essaye de participer activement à sa manière à la chaine de création de valeur. A sa tête, Alain Curtet (DESS Droit des NTIC Paris XII , DEA Droit communau taire Lyon III ), promoteur d’un juriste du 21ème siècle conjuguant excellence, créativité et ouverture.

 

Alain Curtet (DESS Droit des NTIC Paris XII, DEA Droit communautaire Lyon III), Responsable Direction Juridique Groupe MMA (Groupe Covéa)

Alain Curtet (DESS Droit des NTIC Paris XII, DEA Droit communautaire Lyon III), Responsable Direction Juridique Groupe MMA (Groupe Covéa)

Quel est le rôle du juriste chez MMA ?
Il accompagne le business pour qu’il se réalise dans des conditions de sécurité adaptées. Il ne fait pas du dans une prise de risques mesurée et il essaye de trouver une ou des solutions pour permettre de faire du business. Dans un contexte règlementaire très fort et fluctuant, il donne sa position face au droit et imagine quelles pourront être ses évolutions. Il maîtrise suffisamment bien les règles de droit pour pouvoir jouer avec et en faire un outil au service de la stratégie.

 

C’est donc un business partner ?
Absolument. Toujours au plus haut niveau de son expertise, le juriste d’entreprise sait faire preuve de pédagogie pour la rendre compréhensible des opérationnels. Il ne doit plus être perçu comme « un mal nécessaire » (pour certains, on allait chez comme un bien indispensable. Pour cela, il a du faire de gros efforts didactiques pour expliquer simplement des concepts complexes avec pédagogie et innovation. En interne, nous devons plus que le droit à nos clients, nous leur devons des solutions. Cela passe par un contact régulier avec le terrain, encouragé par ce que j’aime appeler la Règle des 4 C (cantine, couloir, café, cigarette) : c’est en favorisant les contacts informels hors de leurs bureaux que les juristes peuvent nourrir cette culture de la proximité indispensable à leurs missions et surtout comprendre les enjeux business.

 

“ En interne, nous devons plus que le droit à nos clients, nous leur devons des solutions. ”

Juriste dans l’assurance : un job créatif ?
La réglementation et les risques associés nous contraignent à être plus innovants et proactifs qu’auparavant. Toujours pertinents dans notre expertise juridique, nous sommes désormais ingénieux et des solutions différenciantes. A la fois curieux, pédagogue, disponible et super expert, le juriste est devenu un  » Monsieur Plus  » capable de donner une nouvelle impulsion à des projets ambitieux. C’est un métier exigeant mais passionnant !

 

Qu’est-ce qui vous challenge le plus au quotidien ?
J’évolue dans un Groupe qui se porte bien, qui génère plein de questions juridiques pointues dont les réponses aident les opérationnels à faire du business. Le plus beau compliment que j’ai reçu m’est venu d’une Directrice Marketing qui, parlant business avec moi a complètement oublié que j’étais juriste. Etre reconnu comme un business partner, voilà ma plus belle récompense.

 

Juriste et avocat : la synergie parfaite de deux visions du droit ?
Sans aucun doute. Dans le but de confronter nos points de vue de la façon la plus constructive possible, je travaille avec de grands cabinets parisiens comme August & Debouzy dont l’excellence des avocats, dans tous les domaines du droit des affaires, est cruciale lors de certains deals, mais aussi avec des cabinets de niche, comme Da Ros et Associés, un cabinet spécialisé en droit de l’assurance, extrêmement pointu, réactif et disponible. Agissant eux aussi en business partners, ils poursuivent notre objectif : aider le Groupe dans son développement.

 

Les PETITS + DES DIPLÔMÉS DES UNIVERSITÉS ?
Notre expertise juridique issue d’une formation excellente et sans équivalent. J’en veux pour preuve cette remarque de mon premier boss :  » Vous les juristes, dès lors qu’on vous pose une question, vous savez chercher et trouver la réponse.  » Mais derrière cette force indéniable, je vois un axe d’amélioration : la curiosité et la culture générale. Il est indispensable au juriste d’aujourd’hui de s’intéresser à la stratégie de son entreprise et au secteur dans lequel elle évolue : de là dépend sa capacité à être innovant, créatif et pertinent au-delà de son savoir juridique stricto sensu.

 

CW.

 

Contact : alain.curtet@groupe-mma.fr