Les 75 universités françaises délivrent une grande variété de diplômes permettant de répondre aux besoins de compétences des employeurs, à travers les parcours proposés dans les très nombreux domaines qu’ils couvrent, par les sorties professionnalisantes à plusieurs niveaux (DUT, Licence professionnelle, Diplôme d’ingénieurs, Licence, Master, Mastère spécialisé, Doctorat, Diplôme d’Université) et enfin, par les différentes modalités de formation et de validation (formation à temps plein et par apprentissage, formation continue, Validation des Acquis d’Expérience, parcours internationaux validés par des ECTS, thèses CIFRE, …). C’est un formidable vivier auquel les employeurs ont amplement recours et qui les satisfait très largement. En effet, le diplôme, notamment universitaire, reste, en France, le critère premier pour recruter leurs collaborateurs.

Grillenbreit. Vue aerienne du campus © CPU

Grillenbreit. Vue aerienne du campus © CPU

Formation à une discipline, formation à un métier, formation au poste de travail : quel est le rôle de l’Université ?
Certains employeurs regrettent parfois que les diplômés ne soient pas plus opérationnels immédiatement dans leur entreprise. Cela pose la question des rôles respectifs de l’université et de l’entreprise dans la formation d’une personne. Ainsi, le rôle des universités est de transmettre, d’une part, des savoirs dans un domaine disciplinaire qui touche au coeur même des métiers et, d’autre part, des compétences complémentaires, mais aussi des méta compétences. Ces dernières sont structurantes pour l’individu parce qu’à partir de celles-ci, il pourra développer les compétences attendues par l’employeur qui, elles, sont spécifiques à une situation de travail et aux missions confiées. De plus, l’université prépare à gérer la complexité, c’est-à-dire à prendre des décisions en intégrant un nombre important de facteurs, y compris, la nouveauté, l’incertitude outils internes relève nécessairement de la responsabilité de l’employeur en prévoyant un temps d’adaptation en adéquation avec le niveau du poste.
Université et entreprise, chacune doit jouer son rôle dans la formation. Dans une vision plus lointaine, les diplômés universitaires sauront aussi, notamment grâce à ces méta compétences et à la formation tout au long de la vie, construire les nouvelles compétences qui seront nécessaires demain pour s’adapter aux évolutions et aux ruptures technologiques. Ils développent une structure cognitive adaptative qui contribuera également à faire de l’entreprise une organisation apprenante et donc agile et évolutive. C’est l’enjeu de la formation à et par la recherche : en effet, créer et apprendre à créer de nouvelles connaissances sont de l’essence même de l’université.

 

Pour une employabilité durable
Ainsi, au-delà de l’acquisition de savoirs complexes, les diplômés des universités ont également acquis les moyens de les développer et de les faire évoluer, grâce à leur capacité à comprendre et à apprendre et cela dans le but d’une adaptation aux évolutions futures. C’est aussi la condition d’une employabilité durable sur le marché du travail et un facteur de progrès pour les entreprises.

 

Par Christine GANGLOFF-ZIEGLER,
Présidente de
l’Université de Haute-Alsace – Mulhouse

 

Contact : christine.gangloff-ziegler@uha.fr