Dans le tertiaire, le recrutement est tiré par quelques secteurs poids lourds dont l’aide à la personne, l’hôtellerie et la restauration, la banque et l’assurance, la distribution. Les Bac +2 y sont appréciés pour leurs qualités opérationnelles et leurs formations professionnalisantes.

Bibliothèque de l’IUT Paris-Descartes.

Bibliothèque de l’IUT Paris-Descartes.

Co-président de Meteojob, Philippe Deljurie observe une forte corrélation entre les spécialités de BTS et les secteurs qui les recrutent du fait de leur finalité professionnelle plus marquée que pour d’autres formations de Bac +2. « Le lien avec le marché du travail est direct durant la formation, via des stages, des cours donnés par des professionnels. Les étudiants abordent donc leur formation via le prisme du marché du travail. C’est évidemment un atout pour se placer rapidement. »

 

Il existe plus de 500 BTS.
Les plus recherchés couvrent des domaines variés :
• Banque,
• Comptabilité, gestion,
• Assurance,
• Hôtellerie, restauration,
• Commerce,
• Sanitaire et social,
• Santé et paramédical,
• Tourisme et loisirs.

 

Les IUT délivrent aussi des DUT prisés dans les domaines tertiaires : Techniques de commercialisation (TC), Carrières sociales (CS), Carrières juridiques (CJ), Gestion administrative et commerciale (GACO), Gestion des entreprises et des administrations (GEA), etc… « Parmi les jeunes qui s’insèrent après un DUT, les plus nombreux sont issus de TC (21,6 %) et de GEA (15,8 %), note Christophe Viton, Directeur de l’IUT Lyon 1 et VP de l’ADIUT. Cela est très significatif. Car depuis la réforme LMD, la moitié de nos étudiants font le choix de poursuivre leurs études en Licence Pro. »

 

Des secteurs aux recrutements volumétriques
Les secteurs ayant des besoins de main d’oeuvre opérationnelle volumétriques se tournent volontiers vers les diplômés Bac+2 qu’ils savent bien formés pour prendre immédiatement un poste de terrain. C’est typiquement le cas pour
5 secteurs qui cette année encore vont chercher à les embaucher.
• Le secteur de l’aide aux personnes, également porté par le développement de la silver économie liée au vieillissement de la population. Il concerne notamment les diplômés de BTS en économie sociale et solidaire, en services et prestations des secteurs sanitaires et sociaux. Les postes sont à pourvoir dans le public et le privé, chez les acteurs de la retraite et de la santé, de l’aide aux personnes.
• L’assurance pour des postes opérationnels de gestion de contrat, de gestion de sinistres, notamment en centres d’appel ou en agences. Cela intéresse les BTS assurances mais aussi Négociation et relation client (NRC), MUC pour des postes de commerciaux ou chargés de clientèle.
• Philippe Deljurie observe aussi de nombreuses offres dans les métiers de la distribution spécialisée, du commerce b to c, des enseignes en réseaux, de la grande distribution « pour des profils de chefs de rayon, de vendeurs ou responsables adjoints de boutiques. »
• Autre poids lourd du recrutement : l’hôtellerie et de la restauration, chez les indépendants comme les grandes chaines.
• A l’EUM-IAE de Clermont Ferrand, un DU témoigne d’un autre secteur porteur : la banque. 70 % des diplômés qui ne poursuivent pas en Licence Pro entrent dans la banque, 30 % l’assurance. « Ils exercent le premier métier de la banque, attaché commercial (guichetier), précise Rodolphe Jonvaux, directeur des études de l’EUM-IAE et responsable du DUST banque. Nous travaillons avec toutes les banques qui connaissent bien notre formation. Nos diplômés bénéficient donc d’un excellent placement dans le secteur. »

 

A. D-F