LE LEADERSHIP EST UN CONCEPT VIEUX COMME LE MONDE : IL Y A TOUJOURS EU DES LEADERS. MAIS SON INTRODUCTION DANS LES ORGANISATIONS EST RELATIVEMENT RÉCENTE (MILIEU DU XXÈ SIÈCLE). CETTE VOLONTÉ D’UTILISER ET DE DÉVELOPPER LE LEADERSHIP RÉPOND À UNE RÉELLE NÉCESSITÉ DES ORGANISATIONS. LA FORME DE POUVOIR QU’EST L’AUTORITÉ MANAGÉRIALE NE CONVIENT PLUS DANS DES CONTEXTES CHANGEANTS, INFORMELS ET TRANSVERSES, AVEC NOTAMMENT DES JEUNES ISSUS DE LA GÉNÉRATION Y… LE DÉVELOPPEMENT DU LEADERSHIP EST AINSI DEVENU LA PRINCIPALE PRÉOCCUPATION DES ENTREPRISES EN TERMES DE RESSOURCES HUMAINES AU NIVEAU MONDIAL (GLOBAL HUMAN TRENDS 2014).

© Fotolia

© Fotolia

Qu’est ce que le leadership ?
Reste à savoir ce que l’on entend précisément par leadership. Si plusieurs approches et modèles coexistent plus ou moins harmonieusement, on peut le définir comme étant la « capacité de traduire une vision dans la réalité » (Warren Bennis). Les entreprises ont besoin de leaders, mais quels types de leaders ? Si pour Bill Gates, les leaders sont ceux qui parviennent à impliquer les autres, le profil attendu peut être différent selon les organisations, chacune ayant sa propre culture et ses valeurs. Dans ce contexte en pleine évolution, leur intégration représente à la fois un risque et une opportunité pour ces jeunes.

 

Un risque de non adaptation à la culture de l’entreprise
Il est difficile pour un jeune de comprendre une culture et de s’y intégrer. Cet apprentissage prend souvent du temps et suppose une volonté de s’adapter. La réussite d’une intégration dépendra de cette capacité à développer des comportements en adéquation aux valeurs de l’entreprise. Les comportements attendus chez Google (« on peut être sérieux sans porter de cravate » et « mieux vaut faire une seule chose et la faire bien ») sont par exemple très différents d’une culture comme celle de Xerox, adepte de « l’excellence » et du « meilleur retour sur investissement ». Il est donc important de s’assurer que le leadership attendu dans une entreprise correspond à l’individu. Chez Google, certains comportements sont ainsi considérés comme « googley » et d’autres ne sont en revanche « pas googley ».

 

Une opportunité de faire la différence
D’un autre côté, la capacité d’un jeune à se positionner comme leader est une vraie opportunité pour l’individu et l’organisation. Chacun peut être leader car cette capacité n’est pas uniquement innée, elle peut s’acquérir.
Trois éléments contribuent notamment au succès d’un collaborateur :
• D’abord, oser rêver (viser haut et loin) – Walt Disney avait coutume de dire : « si vous pouvez le rêver, vous pouvez le faire ! »
• Développer des comportements qui sont reconnus dans l’organisation
• Dire ce que vous faites et faire ce que vous dites
Les jeunes représentent bien sûr l’avenir des organisations, mais leur intégration et leur engagement représentent à la fois un défi et une opportunité. Pour aider ces jeunes, l’entreprise doit clarifier ses attentes en termes de comportements et de valeurs, et également accompagner le développement du leadership. De leur côté, ces derniers devront influencer leur environnement grâce à une vision et adopter les bons comportements.

 

Par Xavier Martin
enseignant-chercheur en Stratégie et Management à Novancia Business School Paris