« Les enseignants-chercheurs de nos universités sont la clé de l’innovation ! » – L’interview d’Alain Bui, président de l’UVSQ

Interview alain bui uvsq
Crédit Quentin Clauzon

20 000 étudiants en formation initiale et continue, 200 formations diplômantes, 1 000 chercheurs/enseignants-chercheurs, 480 doctorants – dont 40 % d’internationaux – 8 platefomes technologiques et 37 structures de recherche : l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) a toutes les cartes en mains pour pousser l’innovation à l’excellence ! Son président, Alain Bui, nous explique comment.

Comment définiriez-vous la différence UVSQ ?

C’est une université de taille humaine – un point important dans un paysage où se développent de très grandes universités – et une université pluridisciplinaire où il est quasiment possible de tout faire ! De l’histoire contemporaine au spatial en passant par la santé et ce, de la licence au doctorat. L’UVSQ s’adresse à la fois à un public de mentions très bien sur des formations sélectives, et à un public plus large de jeunes aux résultats plus modestes qui pourront trouver leur voie à l’Université et ainsi s’ouvrir à de très belles carrières. Et ce en s’épanouissant dans une vie associative riche et sur de très beaux campus !

L’UVSQ est membre fondateur de Paris-Saclay. Qu’est-ce que cela implique concrètement ?

Paris Saclay est un projet collectif, un écosystème d’établissements et d’organismes de recherche qui se nourrissent de leurs synergies et de leurs complémentarités. Ses 17 graduate schools sont d’ailleurs les objets les plus représentatifs de ces synergies. L’UVSQ en dirige trois pleinement (Humanités-sciences du patrimoine/Sociologie et science politique/Géosciences, climat, environnement, planètes) et en co-pilote trois (Chimie/Droit/Santé publique). Au niveau de la recherche, Paris Saclay nous permet d’être plus forts et plus visibles sur les scènes française et internationale et d’y être perçus comme une université intensive de recherche.

Sur la recherche justement, quelles dernières innovations ont fait la fierté de l’Université cette année ?

N’en retenir que quelques-unes va faire beaucoup de déçus, tant les sources de fierté de l’Université sont nombreuses ! Je citerais d’abord ce projet qui a transformé l’UVSQ en agence spatiale. Deux ans après le lancement d’UVSQ-SAT – premier nanosatellite d’étude du climat envoyé dans l’espace par une université française-INSPIRE-Sat 7, le second nanosatellite du Laboratoire Atmosphères, Observations spatiales (LATMOS-Sorbonne Université/UVSQ/CNRS) rattaché à l’Observatoire de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (OVSQ) et à l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL), a été lancé le 15 avril dernier depuis une base californienne. A ce jour, nous sommes la seule université à avoir lancé des satellites en orbite et un troisième lancement est prévu dans deux ans. Du côté de la santé, une collaboration entre SQY Therapeutics et l’unité de recherche UMR1179 Inserm-UVSQ dirigée par Luis Garcia à l’UFR Simone Veil – Santé de l’UVSQ, a permis de développer un formidable projet qui a débouché sur le lancement d’un essai clinique inédit chez les patients pédiatriques et adultes touchés par la myopathie de Duchenne.

Deux chercheurs de l’UVSQ ont également reçu une bourse ERC Advanced ?

Nous avons en effet eu deux lauréats (sur les 26 bourses obtenues par la France cette année), ce qui est très rare. Ces bourses ont été attribuées à Nathalie Carrasco – enseignante-chercheure à l’UVSQ en sciences planétaires au Laboratoire LATMOS – pour son projet OxyPlanets, et à Jean-Paul Vanderlinden – professeur d’économie écologique et d’études de l’environnement à l’UVSQ et directeur du Laboratoire CEARC – pour son projet PREFER. Ces distinctions s’adressent à « des leaders exceptionnels en termes d’originalité et d’importance de leurs contributions à la recherche » et permettent d’obtenir plusieurs millions d’euros pour financer leurs recherches pendant cinq ans.

Université terre d’innovation

L’Université est une terre d’innovation parce que la recherche se fait à l’Université ! Il ne faut pas oublier par exemple que les laboratoires du CNRS et du CEA sont dans des Unités Mixtes de Recherche

Intégrées aux universités. Nous formons pour et par la recherche. Nos professeurs sont des enseignants-chercheurs, ils ont cette capacité à créer, chercher et diffuser leurs travaux auprès des étudiants et c’est ça qui fait l’identité et la force de l’université. Pour moi, la clé de l’innovation est là.

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter