L’alternance : un modèle gagnant-gagnant
La formation en alternance de l’ESSEC offre une combinaison gagnante à l’étudiant et à l’entreprise. Pour l’étudiant, elle permet l’acquisition d’une expérience professionnelle significative (durée de 2 ans), la mise en pratique des concepts théoriques appris dans le cadre de sa scolarité, et une aide financière importante via la prise en charge des coûts de la formation par l’entreprise signataire et une rémunération mensuelle perçue tout au long de la durée de son contrat de travail. Pour l’entreprise, elle offre la possibilité de former un futur collaborateur / manager, de lui confier des missions utiles pour l’entreprise et d’entretenir une relation enrichissante avec l’ESSEC afin d’avoir accès à un vivier d’excellents candidats.

 

Deux règles d’or à respecter
Indépendamment du domaine de spécialisation, il existe deux règles d’or en matière d’alternance. Premièrement, le choix de ce cursus doit se faire sur la base d’un projet professionnel réfléchi car il vise d’abord l’acquisition des compétences liées à un métier. Un contrat d’alternance est l’expression d’une relation de confiance et d’une entente d’engagement mutuel entre l’étudiant et l’entreprise. L’étudiant doit donc s’assurer que les fonctions qu’il occupera dans le cadre de son alternance correspondent à ses attentes. Deuxièmement, l’entreprise doit évaluer la progression du travail de l’étudiant au cours de sa période d’alternance lui permettant d’acquérir savoir, attitudes et comportements de la profession. Cette progression peut se faire au sein d’un même service ou dans différents services ou métiers au sein de l’entreprise afin d’assurer cette évolution dans le travail de l’étudiant et l’atteinte d’objectifs clairement définis dès le début de la mission, l’étudiant apprenti bénéficie du double encadrement d’un maître d’apprentissage de l’entreprise et d’un tuteur de l’école.

 

Quels métiers de la finance en alternance ?
La formation en alternance concerne tous les domaines de spécialisation enseignés à l’ESSEC et à fortiori la finance. Elle peut se faire en entreprise, et plus particulièrement dans des grands groupes, ou au sein d’institutions financières. Dans le premier cas, le travail du stagiaire va porter sur des métiers correspondant plus aux besoins opérationnels d’une entreprise, tels la comptabilité, la gestion de trésorerie, la croissance interne via des investissements, la croissance externe via des activités de fusions et acquisitions et le financement des investissements par l’émission de titres. Dans le deuxième cas, dans les banques ou organismes financiers, il existe un large éventail de fonctions pouvant être exercés par un apprenti. Du côté de la finance d’entreprise, les métiers les plus attractifs sont ceux d’analyste en fusions & acquisitions, analyse financière, financement de projets, financements structurés, equity capital market (ECM) et debt capital market (DCM). Les missions orientées vers la finance de marché couvrent essentiellement celles liées au trading, à la vente (sales) et au marketing de produits financiers ainsi que la gestion d’actifs et de portefeuille. Finalement, les métiers de la gestion des risques sont en pleine croissance et complètent ce tableau.

 

En conclusion, la formation en alternance de l’ESSEC permet aux étudiants d’accéder à tous les métiers classiques de la finance d’entreprise et de marché. Cette combinaison d’études et d’expériences professionnelles permet une intégration rapide sur le marché de l’emploi et à coup sûr, le début d’une carrière prometteuse.

 

Par Jocelyn Martel,
Directeur du département Finance
ESSEC Business School