Nom : Maxime Dehan – Âge : 25 ans – Ecole : CPE Lyon – Cursus : 4ème année, spécialité Imagerie, Modélisation et Informatique

 

L’ingénierie et l’Histoire de France, des cultures totalement incompatibles ? Pas pour Maxime Dehan ! Ancien président de l’association Histoire et Patrimoine de Caluire et Cuire, ce jeune homme s’implique corps et âme dans la recherche et l’écriture en parallèle de ses études à CPE Lyon. Du savoir scientifique à la connaissance historique, retour sur le parcours d’un étudiant hors-norme !

Maxime Dehan

Maxime Dehan

L’Histoire au quotidien
L’appétence de Maxime pour l’histoire de sa région l’entraine dans de nombreux projets. « Cette curiosité pour les événements et les personnages historiques me vient de mon grand-père, lui aussi passionné d’histoire régionale et nationale. Elle m’a poussé à écrire des ouvrages sur des figures comme le maréchal de Castellane, gouverneur de Lyon au XIXème siècle. » Proactif, il rythme son quotidien de conférences, visites guidées lors des journées du patrimoine et publie même des ouvrages pour cultiver sa passion et transmettre un savoir. « J’ai participé à des conférences sur l’histoire de la Salle Gayet ou sur Didier Petit de Meurville, légitimiste français auquel j’ai consacré un ouvrage publié en 2013. »

 

Un manager ingénieur
Étudiant à CPE Lyon en spécialité Imagerie, Modélisation et Informatique, Maxime doit organiser son emploi du temps avec rigueur s’il souhaite conjuguer sa formation d’ingénieur et ses recherches. « Je ne voulais pas suivre un cursus aménagé car je me consacre prioritairement à mes études. Ce qui ne m’empêche pas de conserver quelques heures n’envisage pas de consacrer sa carrière à l’Histoire, cet ingénieur en devenir loue la richesse intellectuelle que cette passion lui apporte. « Outre les rencontres stimulantes avec d’autres passionnés, mon implication m’a amené à présider le conseil d’administration de l’association Histoire et Patrimoine de Caluire et Cuire et d’exercer mon leadership. Des compétences essentielles que je peux valoriser auprès d’un recruteur, car au-delà de son expertise technique, un ingénieur doit savoir manager une équipe ! »

 

Laisser le temps au temps
Aujourd’hui, Maxime travaille chez DotRiver, entreprise créatrice de supports web permettant le partage de données et s’inspirant du système du « Cloud ». Une profession qui nécessite la maîtrise d’outils informatiques variés. « La création d’interfaces web passe par la connaissance de langages de programmation comme Java, Perl ou encore C++. » Cette expertise et cette rigueur nécessaires à l’exécution de sa mission conviennent parfaitement à Maxime. « Suite à un concours européen, DotRiver a reçu une subvention de 100 000 € pour porter ses projets. C’est une entreprise d’avenir dans laquelle je me verrais bien rester ! » Tout en se laissant le temps de construire son parcours.
« On ne sait jamais de quoi l’avenir sera fait. Je n’avais pas prévu de devenir membre de la Société d’histoire de Lyon, l’une des plus vieilles sociétés savantes françaises fondée en 1807, et pourtant c’est arrivé ! Je souhaite me laisser le temps de la réflexion pour construire ma carrière et vivre au jour le jour. »

 

QUI ES-TU ?
Trois mots qui te caractérisent : je suis patient, curieux et ouvert aux autres
Une époque : le XIXème siècle, que j’ai beaucoup étudié
Un ouvrage : une encyclopédie, pour tout connaître de A à Z
Une invention : l’écriture, une trace qui traverse le temps
Une figure historique : Napoléon. Un personnage illustre affirmant qu’impossible n’est pas français

 

Jean Baptiste Najman