Les associations d’éloquences qui fleurissent dans les grandes écoles françaises s’en rendent compte lorsqu’elles s’affrontent lors de la finale de la fédération etudiante d’eloquence (la fée) : chacun a sa propre idée de ce qui fait un bon discours. devant ce constat, omas Herth, président d’escp’ression, se permet un avis personnel sur la question.

Nos nouveaux membres !

Nos nouveaux membres !

Problèmes de définition
Une parole éloquente n’est pas toujours une parole correcte. Parfois, l’éloquence c’est de dire « c’est quoi ?», plutôt que « qu’est-ce que ? », parce que cela sonne mieux. Où sont les limites de ce que l’on peut ou ne peut pas se permettre dans le contexte d’un concours d’art oratoire ? Bientôt 5 ans après la fondat ion d’ESCP’ression, je me pose toujours la question. En apparence, la formule d’un match d’éloquence est tout ce qu’il y a de plus simple : 2 candidats, un sujet sur lequel ils s’affrontent et un jury qui les reprend pour déterminer un vainqueur. Mais cette simplicité apparente dissimule une question fondamentale : sur quels critères objectifs seront départagés réellement les 2 candidats ? Qu’est-ce qu’un bon discours ? En tant que membre d’ESCP’ression depuis sa fondation, puis en tant que président, j’ai été souvent candidat, plus rarement jury, j’ai participé à des concours dans mon école et ailleurs, organisé des ateliers et rencontré les représentants de nombreuses associations de la Fée. J’y ai constaté les talents de plusieurs orateurs phénoménaux, souvent parmi les jurys, parfois parmi les candidats. J’ai donc vu de bons discours. Pour autant je n’ai pas de réponse claire à cette question.

 

escp’ression existe depuis 5 ans, regroupe une quarantaine
de membres et gère un budget annuel d’environ 3 000 €

 

Changements de contexte
Ma situation est paradoxale : j’assiste à de bons discours, je les reconnais, mais je ne saurais définir précisément ce qui les rend bons. Jusqu’à peu, cette connaissance intuitive m’a d’ailleurs suffi, comme elle semble avoir suffi aux membres de l’association : elle nous a permis d’organiser nos matchs, d’y prendre du plaisir et de progresser. Mais avec le temps, le besoin d’une réponse claire se fait ressentir. Les choses changent : l’éloquence est à la mode et de nouvelles associations naissent dans les grandes écoles, pendant que les plus anciennes arrivent à maturité et pérennisent leurs structures. Cette maturité à ESCP’ression se traduit par la disparition progressive des membres fondateurs, qui sont nombreux à être déjà diplômés, et remplacés par de nouvelles équipes à qui il faut transmettre les acquis des premières années. Parallèlement, nos jurys n’entretiennent plus le même genre de rapports avec nous. Plus ils nous font l’honneur de venir nous voir, plus ils deviennent – à raison – exigeants. Les côtés un peu faciles ou potaches de nos discours, qu’ils toléraient au début de notre association, et qui contrastaient fortement avec l’aspect sérieux des facultés de droit, semblent les amuser de moins en moins. Et nous aussi, nous commençons à nous lasser de ces facilités. Enfin, plus la Fée grandit, plus les écarts ente les conceptions de l’éloquence  des différentes associations deviennent nets.

 

Vous êtes une entreprise cherchant à promouvoir ses services ou ses produits au sein de ESCP Europe par le sponsoring associatif ? N’hésitez pas à contacter ESCP’ression !

 

Et donc ?
C’est une chose de poser la question, c’en est une autre de trouver des réponses. Ou du moins, de discerner la bonne, parmi toutes celles que l’on reçoit. Que ce soit chez les jurys où chez nos associations partenaires, on entend sur chaque point, une chose et son contraire : certains pensent qu’un discours doit être écrit, l’autre être l’expression de la spontanéité de l’orateur, certains pensent qu’il doit convaincre, d’autres qu’ils doit toucher, certains qu’il peut s’affranchir des normes strictes du registre soutenu, d’autres qu’il doit être l’un des derniers bastion du bon français à l’ère de son appauvrissement par le bavardage électronique et médiatique. Mais peut-être n’est ce pas une si mauvaise chose ? Au moins une chose est certaine, même après 5 ans, il nous reste énormément à apprendre.

 

escp’ression sur
www.youtube.com/user/escpression

 

Contact :
escp’ression – L’association d’éloquence escp europe
79 avenue de la république 75011 paris
escpression@gmail.com