Pour la 3e édition de sa Journée de l’innovation, Télécom ParisTech s’est attelée à perpétuer sa devise : « innover et entreprendre dans un monde numérique », tant du côté de ses étudiants et startups incubées, que de celui du jury trié sur le volet.

100 % anglais

Pour cela une mesure était de mise : l’anglais ! Des présentations aux questions, tout se déroulait dans la langue de Shakespeare. À la clé pour le groupe étudiant gagnant : un chèque de 2 500 € et pour la startup gagnante, 10 000 €.

THE jury 

Bravant les intempéries et grèves, tous les membres du jury sont finalement arrivés à bon port. Parmi eux, Michel Paulin, Directeur Général de SFR, Jean-Luc Vaillant, Co-fondateur de LinkedIn, ou encore Jacques Veyrat, Président d’Impala ; et Ian Rodgers, Directeur Digital de LVMH, dont le groupe organisait la Journée de l’innovation aux côtés de la Chaire Entrepreneuriat Numérique Etudiant de Télécom ParisTech…

Apple n’a qu’à bien se tenir

@Télécom ParisTech Le groupe étudiant Energysquare

@Télécom ParisTech
Le groupe étudiant-entrepreneur Energysquare

« Que ceux qui ont leur téléphone posé sur la table et presque vidé de sa batterie en ce milieu d’après-midi lèvent la main ». Les étudiants et étudiants-entrepreneurs fraichement diplômés, tels de futurs Steve Jobs, ont redoublé d’efforts pour offrir à leur audience des démonstrations de leurs inventions toutes aussi divertissantes qu’impressionnantes. William, un membre de l’école qui assiste à cette journée depuis ses débuts en 2013, trouve même que  « les présentations étudiantes sont de plus en plus professionnelles et arrivent à un niveau équivalent voire supérieur à celui des startups. »

Des projets pour tous les goûts

Des applications qui font de n’importe qui un compositeur de musique (Whistle Pro, La Scratcheuse) au groupe qui transforme toute surface plane en chargeur de téléphone, en passant par ceux qui veulent nous faire éviter les bouchons sur les pistes de ski (Ski Traffic Manager) ou dans Paris sur leurs scooters « eco-friendly » (Felix) et celui qui ne veut plus qu’un camion sur quatre roule vide (Truckfly), les mots d’ordres sont : accessibilité et optimisation.

Une optimisation du temps et de l’espace mais aussi du profit des entreprises qui, comme l’a exploité l’un des groupes (Supermood), passe par le bien-être de ses salariés. Le divertissement était aussi de la partie notamment grâce à l’application de « flirt virtuel » qui s’adresse à la génération « Snapchat » (Yellow) et un jeu vidéo où seule l’ouïe compte (A Sound World) ou encore un autre dans lequel nos actions dans la vie réelle ont des conséquences sur le jeu (Hunter Games).

Et les startups ?

Les startups ont, quant à elles, proposé un démonstrateur robotisé destiné à rendre les produits des magasins plus attractifs pour Key Infuser, un robot « assistant personnel » du côté d’Immersive Robotics, un antivol de haute compétition par Watchdog System, une technologie qui transforme chaque objet (même en mouvement) en écrans par Smart Pixels et enfin un service qui permet d’enrichir le contenu de vidéo avec Pulpix.

L’avis d’une startup : Key Infuser 

@Télécom ParisTech Domitille Esnard-Domerego, PDG de Key Infuser

@Télécom ParisTech
Domitille Esnard-Domerego, PDG de Key Infuser

Votre projet en une phrase ? Accélérer la vente des objets connectés

Pourquoi participer à cette journée quand on est une start-up ? C’est toujours intéressant de se confronter à l’avis et aux questions de professionnels, surtout avec le jury de cette année. Mais il faut d’abord être sélectionné par l’incubateur.

Qu’avez-vous pensé des étudiants ? Leurs projets sont extrêmement avancés et leurs présentations plus « punchy » c’est sympa !

Quelle est la prochaine étape pour vous ? La pré-industrialisation ! C’est une grosse étape remplie de challenges.

Les grands gagnants 

@Télécom ParisTech Smart Pixels, le jury, Yves Poilane et le chèque

@Télécom ParisTech
Smart Pixels, le jury, Yves Poilane et le chèque

Le chèque de 10 000 euros a été remporté par Smart Pixels et ses technologies de réalité augmenté. Du côté des étudiants c’est Energysquare et ses chargeurs « nouvelle génération » qui ont triomphé. Le groupe a lancé une collecte de fonds il y a peu, espérant atteindre 30 000 €, au final c’est plus de 58 000€ qui ont été récoltés. Donc nous n’avons pas fini d’entendre parler d’Energysquare !

@Télécom ParisTech Energysquare, le jury, Yves Poilane et le chèque.

@Télécom ParisTech
Energysquare, le jury, Yves Poilane et le chèque.

 

Tête à tête avec Energysquare

Votre projet en une phrase: Une nouvelle génération de chargeur qui permet de faire de toutes surfaces une prise.

Votre plus grande difficulté ? L’industrialisation. Parce que parfois ça marche, parfois plus mais on a adoré passer des nuits blanches dessus !

Un conseil pour de futurs participants ? C’est une incroyable opportunité. ll faut juste avoir confiance car il n’y a pas qu’Apple qui peut bouger les choses ! Aussi, je recommanderais de commencer étudiant car ce statut aide bien, on a le temps et il y a toute une communauté autour de nous.