Laurène Defer, 24 ans, étudiante en Master 2 Gestion des Ressources Humaines à l’IAE Caen, est en alternance au sein du Laboratoire COTRAL. Comment mène-t-elle de front son Master 2, son alternance et son mémoire en période de confinement ? Témoignage.

 

Une situation inédite : gérer de front trois activités en confinement

Ma situation demande de l’organisation car ma mission en alternance se poursuit, en plus des cours de l’IAE en continuité pédagogique et enfin je dois également rédiger mon mémoire. Le lundi et mardi, en accord avec ma tutrice, je poursuis mes missions pour le laboratoire Cotral et le reste de la semaine je me concentre donc sur les cours et la rédaction du mémoire. En temps normal, le rythme de l‘alternance se constitue d’une semaine par mois à l’IAE Caen et de trois semaines en entreprise.

Des cours qui se poursuivent

Laurène Defer, étudiante à IAE Caen

Suite à l’annonce du confinement le 13 mars, les cours se sont progressivement organisés à distance. L’IAE Caen fait partie des précurseurs de l’enseignement à distance et possédait déjà de nombreux outils qu’il a juste fallu adapter à la situation. L’enseignement à distance se constitue, par exemple, de cours en visioconférence avec le prof et les autres membres de la classe avec un PowerPoint projeté sur notre écran. Nous avons également des travaux de groupe. La trame des cours a été modifiée pour s’adapter au confinement ; on travaille à 3 ou 4 étudiants avec un livrable en fin de journée. L’IAE Caen a rapidement réagi. En une semaine, ils se sont organisés pour que les cours soient maintenus avec des livrables réguliers. 

L’important c’est de rester motivé !

Je recommande de prendre un peu de recul sur la situation, c’est l‘occasion de profiter de ce moment pour faire des choses que l’on n’aurait pas pu faire. Par exemple, dans mon cas, travailler davantage sur mon mémoire, effectuer mes entretiens, me rapprocher de mes proches. Nous conservons également le lien avec les personnes de ma promo de l’IAE. On se parle tous les jours pour des travaux, mais aussi juste pour prendre des nouvelles. Nous sommes une classe de 25, avec une bonne ambiance et, non seulement nous gardons le lien, mais nous l’enrichissons pendant le confinement !

Mon diplôme constitue une autre motivation ! Savoir que je peux être diplômée dans 3 mois me permet de rester constante et rigoureuse dans mon travail. J’essaie de garder une structure, je continue à me réveiller à 7h30 tous les matins (hormis le week-end). Le fait de rester active dans mon travail me permet d’oublier un peu le confinement et de me détacher de ce qui se passe à l’extérieur en avançant sur mes projets. J’ai la chance d’être confinée en maison, de pouvoir travailler dans un jardin quand il fait beau. Je suis consciente que je bénéficie de conditions très agréables !

Il y aura un avant et un après confinement

Les projets vont changer. Nous vivons une situation inédite, l’avenir est incertain. Je compte, dans tous les cas, arrêter mes études après mon diplôme. Un bac +5 me suffit et je ne souhaite pas me spécialiser en début de carrière, car je suis désireuse de découvrir le maximum sur un poste polyvalent. J’ai eu la chance de bénéficier d’un retour d’expérience positif dans le cadre de mon alternance, je n’avais donc pas d’inquiétude quant à mon entrée dans le monde du travail. Je suis moins confiante à présent, consciente des difficultés engendrées par cette crise, mais je me donne les moyens pour poursuivre au sein du Laboratoire Cotral à la fin de mon contrat d’alternance.

Un conseil : s’organiser !

Mon astuce c’est de fonctionner en bloc temps ! Je me définis un planning organisé en créneaux sur papier ce qui me permet de traiter mes missions et travaux dans les temps impartis. J’ai le labo, le mémoire et les cours mais je me garde tout de même des blocs temps pour moi, pour m’aérer et me changer les idées. C’est également très important !