Le mardi 26 septembre 2017, soit un peu plus de quatre mois après l’élection présidentielle, L’Agora, tribune étudiante de l’EDHEC Business School, recevra Jean Lassalle pour une conférence intitulée « un berger parmi les loups ».

 

Jean Lassalle, un outsider de la politique ?

Issu d’une famille de bergers et technicien agricole de formation, Jean Lassalle n’en demeure pas moins un pilier de la vie publique et politique française de ces dernières années. Il a été maire de sa commune natale, Lourdios-Ichères, pendant près de 40 ans, est député depuis 15 ans et a également été vice-président du Modem jusqu’à la création de son parti Résistons ! en mars 2016. Septième à l’élection présidentielle en mai dernier, Jean Lassalle et son parti Résistons ! auront tout de même totalisé 1,21% des suffrages, un score honorable au regard des moyens engagés.

 

Résistons !

« Résistons ! pour faire revivre chaque parcelle de notre territoire » est le message délivré par ce candidat d’un genre inédit, proche de la terre et du peuple. L’agrarisme, le ruralisme, le souverainisme ou encore l’humanisme sont les concepts et réalités défendus par son mouvement. Le candidat défait prône un « nouveau contrat social entre les peuples et ses représentants » et souhaite remettre au cœur des débats les milieux ruraux délaissés par la mondialisation. Son discours empreint de franchise, d’honnêteté et de modestie se veut fédérateur, positif et doit avant tout « permettre à l’Homme de retrouver l’Homme ».

 

Un homme de convictions

Durant son long mandat en tant que maire, Jean Lassalle va A la rencontre des Français, comme l’indique le titre de son ouvrage publié en 2015, fait la grève de la faim afin d’éviter la délocalisation d’une usine située dans sa circonscription, et candidate à la présidentielle de 2017. Aujourd’hui, les enjeux sont grands pour cet outsider de la politique, seul représentant de son mouvement à l’Assemblée Nationale : comment porter le message humaniste prôné par son mouvement malgré une représentation si faible à l’Assemblée ? Le « phénomène » Lassalle va-t-il être suffisant à insuffler le vent du changement ?

 

Pour un avant-goût de la conférence :