Currently set to Index
Currently set to Follow
POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

L’insertion professionnelle, LA mission n°1 de Dauphine ! L’interview d’El Mouhoub Mouhoud

Interview El Mouhoub Mouhoud Dauphine
© Cabinet GPAA

La force de Dauphine ? Une remarquable alliance entre recherche de haut niveau et insertion professionnelle. Une force qui permet à l’université d’innover, même pendant la tempête. On fait le point dans l’interview d’El Mouhoub Mouhoud, président de l’Université Paris Dauphine – PSL.

La rentrée en présentiel à Dauphine c’est possible car… ?

© Henrike Stahl / Les Cyclistes

Nous avons anticipé les choses bien avant l’été. Nous avons notamment travaillé avec un de nos enseignants- chercheurs en mathématiques, sur un process de régulation du public, par un comptage anonyme du nombre de présents dans l’université, permettant de grader et de mesurer le « taux de dangerosité épidémique » de chaque espace et ainsi, de mettre en place des indicateurs d’alerte en fonction des taux d’incidence. Tout au long des derniers mois, nous nous sommes, les équipes et moi-même, mobilisés pour le présentiel et je garde espoir que le retour à 100 % soit possible. En tout cas, ces mécanismes de régulation sont prêts.

Les trois dossiers qui ne quitteront pas votre bureau cette année ?

Le nouveau campus bien sûr. J’ai créé une Vice-présidence immobilière pour gérer notamment les implications pédagogiques et pour les laboratoires de recherche de ce grand chantier de travaux sur site, dont la première pierre devrait être posée en décembre 2021. Et parce que je ne veux pas que le distanciel soit une marge d’ajustement aux éventuelles problématiques liées aux travaux, un système d’exploration de sites de délestage est en train d’être organisé.

Les doubles-diplômes sont aussi un élément central de la politique que je veux mettre en place. Pas « parce que ça fait bien » mais parce que cela répond à deux objectifs majeurs. D’abord, répondre aux aspirations étudiantes liées à la réforme du bac, via par exemple, une double licence Sciences des données et Sciences des organisations qui concernera une trentaine d’étudiants en 2022, ou encore une double licence Sciences et arts avec  les établissements de PSL. Ensuite, former des jeunes qui répondent aux attentes du monde socio-économique Aujourd’hui, plus que jamais, les entreprises ont besoin de collaborateurs qui savent s’adapter. Or, il nous semble que maîtriser deux compétences clés permet de mieux anticiper les chocs et leurs effets. Nous allons ensuite lancer un Master International IA et Sciences de la Société de très haut niveau et discutons avec un autre établissement de PSL, MINES ParisTech sur un double diplôme Ingénieur – Manager en 3 ans, par exemple.

Sans oublier l’international : cartographier et remettre à plat nos échanges internationaux, déployer l’attractivité des étudiants internationaux, asiatiques en particulier, sur notre campus de Londres et développer la mobilité régionale sur le site de Tunis. 

>>>> Pour aller plus loin – Discret mais efficace, le groupe Ramsay a opéré en 2020 près d’un Français sur 8 et accueilli 15 000 patients Covid. Rejoindre un acteur qui place la coordination et l’écoute au cœur du parcours de soins, c’est ce que vous propose Pascal Roché (Université Paris Dauphine-PSL 85, HEC Paris 84), Directeur général de Ramsay Santé.

En quoi votre nouveau campus sera-t-il particulièrement propice à l’innovation ?

La motivation principale de notre nouveau campus est de favoriser les contacts, l’interaction et donc, l’innovation. Les bibliothèques d’étude et de recherche vont ainsi être fusionnées dans un learning center intégrant également notre incubateur, une zone de brainstorming et un espace d’accueil pour les entreprises. Un endroit unique situé au dernier étage (un des plus beaux emplacements de l’université !) qui favorise une collaboration conviviale, inspirante et productrice d’échanges.

>>>> Pour aller plus loin – Le booster différenciant du Magistère Finances Paris Dauphine selon Thomas Guittet (Université Paris Dauphine, Magistère Banque Finance Assurance 96), Directeur adjoint des Risques du Groupe La Banque Postale ? « Nous avons plus d’heures de cours que les autres sur les trois dernières années, soit 35 heures par semaine contre 20 en général en masters ! Plus sérieusement, la densité et la qualité de cet enseignement spécialisé sur la banque/finance/assurance, associée à des stages nombreux (près de 18 mois), nous préparent bien au métier et à l’intégration dans l’entreprise. »

La proximité avec le monde économique : le meilleur atout de Dauphine pour innover ?

C’est en tout cas un de nos meilleurs atouts pour garantir l’une de nos missions fondamentales : l’insertion de nos étudiants sur le marché du travail. Si notre taux d’insertion a si bien résisté pendant la crise, c’est grâce à nos relations avec les entreprises. Une résilience également indissociable de la qualité de notre recherche. Dauphine est un modèle complexe : une université publique dont la recherche de haut niveau est totalement imbriquée avec la professionnalisation de ses étudiants. Un écosystème où la recherche nourrit l’enseignement et l’innovation, qui ruisselle ensuite sur les entreprises.

>>>> Pour aller plus loin – La force d’un cursus de Dauphine face aux défis de l’innovation ? « Son réseau et tous les événements organisés au sein de l’université. Quand il y a de l’innovation, il y a fort à parier que des professeurs assez éminents de Dauphine aient travaillé le sujet. On peut alors s’appuyer sur ce corpus lorsqu’on est confrontés à ces changements. » Découvrez l’interview de Pascal Marnay (DEA Finances Université Paris Dauphine-PSL 03), Directeur des Risques financiers et des Performances chez Groupama Asset Management.

La pépite que les autres universités vont vous envier ? Notre programme Dauphine Numérique qui allie les problématiques de l’IA avec celles des Sciences de la société. Un ambitieux programme dauphinois pluridisciplinaire, unique en France. Son objectif ? Développer une approche réflexive sur les modalités, les usages et les effets de l’IA. Un programme qui contribue via PSL  au projet PRAIRIE labellisé 3IA (Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle) par le gouvernement. Une pépite qui attire des doctorants de haut niveau international, crée une vraie dynamique de recherche pluridisciplinaire et donne lieu à un schéma original de mécénat recherche.

>>>> Pour aller plus loin – Pour Olivier Osty (Université Paris Dauphine – PSL 90) Responsable de l’activité Global Markets de Corporate & Institutional Banking (CIB) de BNP Paribas, il n’y a aucun doute : travailler dans une banque permet d’avoir un impact fort sur le monde. « BNP Paribas est une des premières banques à avoir intégré les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG). La finance est indéniablement motrice dans la transition écologique. Nous nous engageons aux côtés de nos clients en faveur d’une économie plus respectueuse de l’environnement et plus inclusive. Et pour reprendre le titre du fameux livre « La finance peut-elle sauver le monde ? » je considère qu’elle peut en tout cas largement y contribuer ».

>>>> A lire aussi : L’Université Paris Dauphine – PSL et la Fondation Dauphine : ensemble pour construire l’université de demain

Partager sur print
Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter