Être recruté par son professeur, c’est possible ! La plupart des collaborateurs de SETEC TPI, société spécialisée dans la maîtrise d’œuvre en génie civil, enseignent dans les plus grandes écoles d’ingénieurs, véritables viviers de talents. Gregory Viel (X96, Ecole des Ponts ParisTech 2001), son DG, a lui-même rejoint l’entreprise en tant que stagiaire !

 

Un rêve d’enfant

« J’ai su très tôt que je deviendrais ingénieur génie civil pour avoir la satisfaction de réaliser un travail concret. Partir d’une page blanche et construire pour la communauté, avec cet œil de concepteur mais aussi d’usager. » Une détermination qui permet à Grégory Viel d’emprunter la voie royale de l’X et des Ponts et Chaussées, avant d’intégrer SETEC TPI. Il débute en tant que calculateur sur le  Viaduc de la Grande Ravine à la Réunion, la terre de son grand-père. Y consacrant 8 ans, il apprend le métier et termine chef de projet. « J’ai eu la chance d’être impliqué sur l’île de mes ancêtres dans un projet qui a désenclavé une partie du territoire. Mais quel que soit l’ouvrage, on y trouve facilement du sens ! »

Un pont école-entreprise

Pourquoi SETEC TPI ? « Ne vous moquez pas, mais j’ai été sensible à la poésie que dégageait mon prof de béton armé lorsqu’il nous parlait d’une tour qu’il construisait à La Défense. Je l’ai rejoint chez SETEC TPI pour un stage. » Sous le charme au bout de quelques mois, il n’hésite pas quand le DG lui demande simplement : « Alors, on continue ? » 2 ans après avoir pris ses fonctions, Grégory Viel commence à enseigner comme la majorité des collaborateurs. « Nous avons tout intérêt à participer à la formation des futurs talents. Il n’existe pas de meilleur moyen de recruter et de nous perfectionner en permanence. »

Une fidélité à toute épreuve

« Je passe pour un extraterrestre dans une génération qui change de société tous les 3 ans, mais ici c’est le cas pour la majorité d’entre nous. » Cet attachement profond à l’entreprise naît de sa philosophie et de la multiplicité des disciplines et des projets qu’elle propose. « Actuellement nous  gérons 350 projets actifs, de l’ouvrage d’art aux infrastructures urbaines en passant par des centrales nucléaires… En fonction de leurs affinités, les équipes à taille humaine suivent les projets de A à Z en autonomie. Avec cette organisation horizontale, on n’enferme personne dans des cases. » Confiance, responsabilité, indépendance, voilà ce qui booste les collaborateurs. Un état d’esprit alimenté par le fait que l’actionnariat soit 100 % salarié. « Nous travaillons pour nous et cela change tout ! »

o Grand Paris Express Ligne 15 Sud – Gare IGR (Institut Gustave Roussy) – © Anne-Claude Barbier

Encourager les initiatives personnelles

Dans un environnement aussi propice à l’esprit entrepreneur, les idées fusent. Et la société donne les moyens à ses employés de les développer. « Une collaboratrice a souhaité transmettre son expérience sur la construction du Palais de Justice de Paris en créant une plateforme digitale pédagogique. » Le DG l’a bien sûr soutenue, au même titre que l’idée de thèse d’une stagiaire sur le réemploi. « Il s’agit d’anticiper la manière dont sera exploité un bâtiment dans sa deuxième vie. Il est conçu de façon à ce qu’on n’ait pas à détruire et recycler le matériau mais à le réemployer. » Et pour des projets de plus grande envergure, Grégory et ses collaborateurs peuvent compter sur SETEC INNOVATION, une structure du groupe spécialement dévolue à l’intrapreneuriat !

Les DG cassent les codes ! Et vous ? En promouvant l’intelligence collective. Et en gardant un pied dans le vif du sujet ! Chaque lundi matin, la direction rencontre une équipe qui présente ses projets. On ne parle pas budget, ni gestion. Et ça fait du bien !

Un défouloir ? La course, le vélo, la nage, je pense à me mettre au triathlon

Une personne inspirante ? Le Corbusier !

Si vous aviez une baguette magique ? Je redonnerais le pouvoir à la bienveillance

Un conseil aux jeunes ? Souriez, soyez confiants et responsables

 » Issu de la promotion interne, je connais chacun des 300 collaborateurs. Un atout puisqu’en tant que DG mon rôle consiste à les mettre en situation pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. »

Contact : recrutement@tpi.setec.fr

 

Service civique : le bon plan insoupçonné

Engagement, alternative au stage, accomplissement personnel, expérience professionnelle… Toutes les raisons sont bonnes de tenter un service civique.

Les campus en mode « mission immersion »

Les campus immersifs sont un phénomène de plus en plus massif. Ils permettent aux étudiants de se plonger directement dans le monde professionnel.

Ecologie : on se met à la page !

Livres, podcasts, films mais aussi chiffres clés et prochains événements à l’agenda… Une page d’actu 100 % green à découvrir pour être incollable sur le sujet

Faites la paix économique, pas la guerre !

La paix économique : autre regard sur le monde du business. Mais quel rôle les top managers ont-ils à jouer dans la diffusion de ce nouvel avenir économique ?

Le management interculturel en questions

Alors que l’interculturalité est devenu un must-have pour la quasi-totalité des entreprises, comment le management interculturel peut-il s’adapter dans le monde d’après.

Managers intermédiaires : alliés ou challengers du DG ?

Entre top managers et collaborateurs, entre reporting et animation d’équipe, les managers intermédiaires sont entre le marteau et l’enclume. Comment redorer la fonction ?

L’holacratie c’est la vie ?

L’heure est à la prise de décision collective. Mais les top managers sont-ils prêts à partager le pouvoir ? Et leurs collaborateurs, sont-ils partants pour y prendre part ?

Le manager résilient : le meilleur boss du monde d’après ?

La résilience ou l’art de résister aux chocs. Un must-have pour les managers au plein cœur du post-Covid. Mais comment muter en quelques mois en dirigeant résilient ?

Manager la transition, telle est votre mission !

Transitions économique, écologique et managériale sont au cœur des enjeux des entreprises pour faire face au « monde d’après ». Mais comment manager la transition avec succès ?

Manager au bureau ou à distance, même combat ?

Parmi les transitions mises en lumière par le confinement : l’explosion du télétravail. Si 73 % des télétravailleurs en sont satisfait, qu’en est-il de leurs managers ?