Universités et grandes écoles ont-elles la green attitude ? Cas d’école avec l’Université Paris-Nanterre, GEM, l’EFREI Paris et l’ISA Lille.

 

Les mots en disent long sur l’intention en matière de développement durable (DD). Récemment le titre de Stéphane Brette de l’Université Paris-Nanterre a changé. Désormais il est VP patrimoine et transition écologique. Hier il était responsable du patrimoine et du DD. « Parler de transition montre que nous sommes dans l’action. » Une action qui, comme pour les autres établissements, s’inscrit dans une stratégie RSE. « Il est important de montrer qu’agir n’est pas un coût mais bien un bénéfice, notamment financier avec les baisses de consommations énergétiques, en eau… » insiste Stéphane Brette, soutenu depuis le départ par sa présidence.

Vers une approche systémique

L’objectif est double à GEM comme l’explique sa responsable RSE, Jacklin Rosebrook. « Agir pour un impact positif sur notre environnement et pour réduire notre impact en matière écologique et de carbone. » Depuis 2007, GEM est signataire du Global Compact (ONU), qui inclut les Principes pour un Enseignement Responsable du Management. « Cela nous oblige à la transparence et au reporting » confirme Jacklin Rosebrook. Les critères RSE devenus explicites dans les accréditations internationales comme EQUIS, motivent d’autant les écoles.

Exemplarité fait loi

A l’ISA Lille (Yncréa Hauts-de-France) Franck Chauvin, responsable RSE, a décroché la norme environnementale internationale la plus exigeante, ISO 14001. « C’est un symbole fort de notre engagement. Les audits sont annuels, et il y a un lien avec nos actions, notre stratégie d’établissement et notre expertise d’école d’agroNous devons être pionniers et entraîner nos étudiants sur ce terrain en tant que futurs cadres. »

Un engagement collectif

L’EFREI Paris également signataire du Global Compact, est engagé depuis 2012 en matière de DD. « Nous avons d’abord travaillé les axes social et diversité, raconte Andreas Topp, délégué général de Human’IT et the EFREI Paris Fund. Depuis 2017, nous accélérons côté écologie. » Soutenu par la direction, Andreas Topp travaille aussi main dans la main avec les étudiants. « Déployer une stratégie d’établissement et concerner les élèves dans leur formation comme leur vie étudiante fait que nous sommes tous gagnants à la fin. » L’EFREI Paris comme GEM utilisent le référentiel du label DD&RS mis au point par la CGE, la CPU, le REFEDD et les ministères de l’écologie et du supérieur dans la foulée du Grenelle 1 de l’environnement. « Depuis 2015, écoles et universités mènent ensemble leurs réflexions et créent des outils pour la collectivité », se félicite Jacklin Rosebrook.

A quand le DD pilier des stratégies d’institution ?

Observatrice de la prise en main du DD par les établissements, Elisabeth Laville, présidente fondatrice en 2005 de Campus responsables et des Trophées des Campus Responsables note que les choses progressent trop lentement. « Le défaut est de considérer le DD comme un élément à part, alors qu’il est un thème transversal par définition. Il devrait être à la fois intégré dans toutes les dimensions d’un établissement, à commencer par tous les cours, et un pilier de toute stratégie d’institution, avec ressources à l’appui. »

La jeunesse au secours de la planète

« Et un et deux et trois degrés ! C’est un crime contre l’humanité ! » scandaient des étudiants bordelais le 15 mars dernier. D’autres brandissaient des pancartes affirmant que « Si le climat était une banque on l’aurait déjà sauvé ! ». Le 15 mars 2019, la grève mondiale pour le climat réunissait 1,5 million de jeunes dans 125 pays dont 200 000 en France. Les jeunes montent au créneau, « Vos mesures tièdes nous font bouillir ! ». Ils demandent une justice climatique, craignant à juste titre de subir les conséquences de l’inaction face à l’urgence.

Et en quête de sens

En octobre 2018 déjà, des étudiants d’HEC Paris, CentraleSupélec, l’ENS, AgroParisTech et Polytechnique lançaient le Manifeste Etudiant pour un réveil écologique. Début avril, ils avaient récolté 30 500 signatures, dont 27 500 Français issus de plus de 300 établissements. Aujourd’hui, ils sont reçus par des parlementaires, des entreprises, des syndicats. Ils diffusent une boite à outils et un « Kit enseignement et transition écologique » passant ainsi du discours à l’action.

« Il est important que mon école soit engagée »

Geoffrey Agopian, en 2eA à GEM, membre du comité de pilotage RSE, membre d’Impact, association de DD, et signataire du Manifeste Etudiant pour un réveil écologique

« J’ai signé le Manifeste sans hésitation. Il faut que les choses prennent de l’ampleur, et les jeunes ont un rôle à jouer. J’agis aujourd’hui et suis déterminé à continuer demain. D’abord en trouvant un travail qui a du sens, dans une entreprise éthique. C’est aussi pourquoi il est important que mon école soit engagée, et apporte du sens à ma formation. Intégrer Impact relève aussi de cette démarche. Je travaille sur le projet Dynamique RSE, de conseil à des entreprises locales. Ces missions sont très formatrices, montrent les freins et leviers de politiques DD. Impact est membre du REFEDD et à ce titre, je participe à des audits de campus qui postulent au label DD&RS. Je me suis aussi impliqué au sein du Comité de pilotage RSE de l’école avec Jacklin Rosebrook. Il œuvre pour une école plus responsable et plus propre. »

« Je veux être moteur de solutions »

Hugo Butery, en 2eA à l’EFREI Paris, président de Symbioz, association de promotion du DD

« En tant que scout, je suis sensibilisé depuis l’enfance à la préservation de la nature. Un engagement de plus en plus présent dans ma vie. J’ai rejoint l’association de DD en entrant à l’EFREI Paris. Mon idéal est que les jeunes habitent et imprègnent la planète, tels des citoyens engagés et avertis. Nous faisons de la sensibilisation, et nos projets servent les étudiants, l’école et plus largement la société. Participer à des manifestations, signer des pétitions, n’est pas mon type d’action. Je réfléchis à comment agir, à comment notre système est compatible avec le DD, à comment entraîner d’autres avec moi. Je veux être moteur de solutions. La bataille de l’opinion est gagnée. Il faut passer à la prochaine étape dans le pays, dans les entreprises, la formation. Une manière d’y contribuer est de travailler avec le pilote de la démarche DD de notre école, Andreas Topp. »

 

La biodiversité se préserve aussi sur les campus

En 2011, des étudiants naturalistes imaginent un observatoire de la diversité pour le campus de leur université à Montpellier. Ils mobilisent étudiants et personnels pour réaliser cet inventaire. « C’est un travail scientifique, avec des méthodes, des données à collecter et analyser, et bien entendu un objectif : agir sur le campus. Pour cela nous avons aussi sollicité notre président d’université » raconte Guillaume Bagnolini, co-fondateur d’Inventaire Fac. Forts de cette réussite, Inventaire Fac nationalise le dispositif avec l’aide du REFEDD en 2014. Aujourd’hui, 11 campus sont impliqués. « Le principe est le collaboratif, le partage des bonnes pratiques et des résultats. Les données sont scientifiquement validées par un enseignant-chercheur. Nous avons édité un guide et préparons un recueil des bonnes pratiques. »

Green actions

Université Paris-Nanterre : suppression des produits phytosanitaires, plantation d’une prairie pour les abeilles de 12 ruches et comme refuge de la LPO, réutilisation des déchets verts, géothermie et récupération de l’eau de pluie…

GEM : Ecole « zero waste », bilan carbone mené par des étudiants, travail sur la mobilité durable, abonnement électrique 100 % renouvelable…

EFREI Paris : Rénovations pour réduire les consommations électriques et en eau, recyclage des équipements informatiques, introduction d’indicateurs green IT dans la gestion des SI, installation de panneaux solaires…

ISA Lille : Toiture végétalisée, jardin potager, relamping (-37 % des consommations d’électricité), pilotage de la chaudière (-26,5 % de consommation de gaz)…

[L’HEURE DU CHOIX] 8 raisons de rejoindre l’EBI à la rentrée 2020

« Ici on invente la vie » : voilà l’ambition de l’Ecole de Biologie Industrielle (EBI). Agathe Champy et Auriane Henry, élève de première et de quatrième année de l’école chouchou des ingénieurs biologistes vous disent pourquoi l’EBI est l’établissement qu’il vous faut.

Nomination de Sylvie Jean, directrice du Programme Grande Ecole d’emlyon business school

emlyon business school annonce la nomination de Sylvie Jean au poste de directrice du Programme Grande Ecole.

Docteur en Sciences de Gestion, Sylvie Jean est professeur et chercheur en marketing. Elle quitte son poste de directrice du Programme Grande École de NEOMA pour rejoindre emlyon business school début août prochain.

L’expérience apprenante au coeur du Programme Grande Ecole EM Normandie

L’EM Normandie fait évoluer son Programme Grande Ecole (PGE) à la rentrée de septembre 2020. Au cœur du dispositif : l’expérience apprenant. Grâce à ce parti pris différenciant, tout l’apprentissage devient un espace d’expérimentations permanentes, de création et de partage au sein duquel les étudiants sont les premiers acteurs. Nouvelles disciplines, internationalisation renforcée, développement de projets professionnalisants : la Business School élargit le champ des possibles à travers une pédagogie résolument innovante, audacieuse et digitale et affirme sa volonté de former des managers responsables, engagés, autonomes et maîtres de leur avenir.

L’École des Mines de Saint-Étienne intègre pour la 1ère fois le classement international « IMPACT » du Times Higher Education, dédié au Développement Durable

Pionnière en France dans le domaine du développement durable avec ses activités de formation, de recherche, d’innovation, de développement économique, de culture scientifique et industrielle, l’Ecole des Mines de Saint-Etienne obtient une nouvelle consécration internationale en intégrant le jeune classement « IMPACT » du prestigieux magazine anglophone Times Higher Education, dédié au Développement Durable, à la Responsabilité Sociale et Environnementale.

concours AMBITIONS+: ANNONCE DE L’ENTREE D’EDC PARIS BUSINESS SCHOOL AU SEIN DU CONCOURS AMBITIONS+ EN 2020-2021

EDC Paris Business School rejoigne ainsi EBS Paris, ESCE Paris et IPAG BS pour le recrutement de leurs futurs étudiants du Programme Grande École via la banque d’épreuve AMBITONS+, qui permettra aux étudiants titulaires d’un Bac +2 /+3, d’accéder à nouveau à quatre Grandes écoles de management visées et revêtues du grade de Master.

L’heure du choix – 5 bonnes raisons de rejoindre EM Normandie à la rentrée 2020

Pourquoi EM Normandie est l’école qu’il vous faut pour la rentrée 2020 ? La preuve par 5 avec Carine Guibbani sa Directrice du Développement Commercial.

Nomination d’Isabelle Huault à la Présidence du Directoire d’emlyon business school

La gouvernance d’emlyon a décidé de nommer l’actuelle Présidente de l’Université Paris Dauphine-PSL à la tête de l’établissement à compter de la rentrée prochaine. Cette nomination intervient à l’issue d’un processus de sélection mené par un comité de sélection avec l’appui du cabinet HRM, et qui aura mobilisé des représentants de l’ensemble des parties prenantes de l’école.

Chaires : un chemin d’expertise

Une Chaire, c’est le passeport pour entrer du bon pied dans le monde de l’entreprise. Choisissez la vôtre !

L’Urban Trail de Cergy-Pontoise est de retour !

L’Urban Trail de Cergy-Pontoise, organisé par l’association Raid ESSEC, revient pour sa 7e édition le 14 juin 2020.

La rentrée des écoles d’ingénieurs se dessine – Le point de la Cdefi

A quoi va ressembler la rentrée 2020 dans les écoles d’ingénieurs ? Après deux mois de mobilisation des établissements et de leurs communautés, la Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieurs (CDEFI) est revenu le 20 mai 2020 sur la gestion de la crise du Covid-19 par ses écoles membres. Elle lève le voile sur les actions qui seront mises en place dans les prochains mois.