Ce matin (mardi 22 mai), Hôtel de Crillon Paris 8e.
C’est devant un petit comité de journalistes que s’est tenue la conférence de presse de lancement de France Business School, sous l’égide de Mr Isidore Fataria, président du conseil d’administration de FBS et président de la CCI du Puy-de-Dôme, et de Mr Francois Duvergé, président du conseil d’administration du groupe ESCEM Tours-Poitiers.

 

 

A l’occasion de cette première prise de parole officielle, la volonté est de rassurer. Malgré le départ de l’ESC Pau à quelques jours du lancement, et l’absence de Mr Patrick Molle durant cette matinée, futur directeur général de FBS et actuel directeur de EMLYON Business School dont le mandat court jusqu’à fin août, « le projet FBS est bien une réalité » assure Mr Fataria d’un ton solennel. FBS se constitue donc officiellement de 4 ESC : ESC Amiens, ESC Brest, ESC Clermont et ESC Tours-Poitiers.

Opérationnelle au 1er janvier 2013

Créée en tout juste un an, France Business School a de quoi surprendre. « Chaque école a réussi à s’asseoir sur ses ambitions personnelles au profit du collectif » défend Mr Fataria souriant. « Dans un contexte de concurrence nationale (fusions BEM/Euromed – RMS/RBS etc.) et internationale, le Business Model des grandes écoles a atteint ses limites » précise Mr Duvergé. Il ajoute : « Si on ne fait rien, la conséquence est le risque de sortie des écoles. France Business School est résolument innovante en réinventant le modèle pédagogique ‘Grande Ecole’. Elle sera opérationnelle à compter de janvier 2013, et nous réfléchissons à l’heure actuelle à notre positionnement pour les banques d’épreuves. »

 

« Une seule école multi-campus, et non un réseau d’écoles »

 

Un projet à 3 ans

Dirigée sur le principe de la co-construction avec une gouvernance à parité, FBS a pour objectif de s’associer à 3/4 autres écoles en vue d’atteindre 100 millions d’€ de budget en 2016. Les négociations sont d’ailleurs d’ores et déjà en cours, avec dans l’idée également de devenir un moteur à l’international par l’ouverture éventuelle de campus propres à l’étranger (Chine, Inde).

 

Et si François Duvergé reste « prudent » quant au recrutement des étudiants de classe prépa lors du concours 2012, qu’en sera-t-il pour les années à venir ? Les étudiants vont-ils s’y retrouver à l’heure où les classements et les accréditations prévalent ? Verdict d’ici quelques mois !

 

Quelques chiffres de FBS :

 

  • Budget : 65 M°€
  • 600 collaborateurs, dont 170 professeurs
  • 7000 élèves
  • 1 programme Grande Ecole unique
  • 300 partenariats internationaux dans 57 pays
  • 81 accords double-diplôme

 

AF