EDHEC Entrepreneurs : Flakon, la startup qui dessine le futur du vin

FLAKON startup EDHEC

Fondée en 2021 par Clément Gavault, tout juste diplômé de l’EDHEC Business School, la startup Flakon bouscule les codes du secteur viticole pour toucher de nouveaux consommateurs plus jeunes, et surtout, moins connaisseurs.

Comment est née la startup Flakon ?

Clément Gavault. Avant d’être une start-up incubée à Station F (Paris), Flakon était d’abord un projet étudiant mené en parallèle de mes études à l’EDHEC. J’étais alors analyste dans le groupe Champagne Louis Roederer à New York, et c’est là-bas que j’ai pu découvrir l’industrie du vin de l’intérieur.

Le sommelier qui m’a formé était séduit par le format « vin en flacon », qu’il voyait comme un excellent moyen pour s’entraîner à la dégustation. Tout de suite, je me suis rendu compte qu’en plus de faciliter la formation, c’était aussi un format très ludique et élégant qui stimule l’imagination.

Par ailleurs, pour faire une dégustation de quelques verres chez soi, l’ouverture de trois ou quatre bouteilles entières est très contraignante. D’où l’intérêt du petit format. C’est comme ça qu’est né Flakon, avec l’idée de proposer des expériences de dégustation ludiques à faire dans son salon avec ses proches.

Pourquoi se lancer dans le secteur du vin ?

Le secteur du vin est très traditionnel et peine à se renouveler. En France, le vin a une place très spéciale, presque schizophrénique, de fierté nationale sacrée alors que les Français sont aussi perdus que leurs voisins au rayon vin du supermarché ou devant la carte du restaurant.

Être initié à l’œnologie est attractif pour beaucoup mais c’est en réalité un privilège réservé à un très petit cercle d’initiés. C’est pourquoi Flakon vient se placer en totale rupture avec cela grâce à son positionnement unique.

Comment avez-vous défini votre positionnement de marque ?

Le marché du vin est un marché très éclaté en France avec plus de 500 sites e-commerce, 87 000 exploitations, et 558 000 acteurs au total dans la filière. Pour tirer notre épingle du jeu avec nos moyens limités, il était donc essentiel d’adopter un positionnement unique et radical.

Pour le trouver, j’ai créé un club d’œnologie à Station F. J’ai pu récolter de nombreuses informations durant ces tests et échanger avec nos premiers bêta-testeurs. J’ai notamment compris que l’essentiel de notre proposition de valeur résidait dans la capacité à intéresser un nouveau public habitué aux soirées Netflix, aux sessions Youtube et TikTok. On a alors décidé, il y a quelques semaines, de complètement changer d’industrie : sortir de celle du vin pour entrer dans celle du divertissement.

C’est-à-dire ?

Partant de ce constat, notre startup Flakon propose aujourd’hui une offre unique : transformer la dégustation de vins en une expérience unique grâce au digital.

Pour cela, nous proposons des coffrets de dégustation à commander sur notre site. Ils contiennent tout ce qu’il faut pour vivre une « soirée Flakon » à plusieurs, chez soi, selon votre niveau de connaissance.

Pour guider la dégustation, une expérience digitale est accessible via un QR Code présent dans la box. Le guide en ligne fournit des explications sur l’art de la dégustation œnologique (sur le goût, la vue et le nez) et sur les vins dégustés (vidéos des vignerons, arômes du vin, accords mets-vin, etc…) Notre expérience offre donc une immersion quasi-totale ! Il est aussi possible de faire des challenges à plusieurs.

Typiquement, notre best-seller de Noël était l’expérience « A Travers les Continents » qui comportait 4 flacons de vins. Tous proviennent de continents différents et non disponibles en France, importés spécialement pour l’occasion. En France, on a souvent tendance à penser qu’il n’y a que chez nous qu’on fait des bons vins. Mais la vérité c’est qu’il y a des vins exceptionnels à l’étranger, et Flakon est aussi là pour casser ces clichés.

Quelle sont vos forces dans ce projet ?

La première force de Flakon repose sur l’utilisation d’un nouveau format utilisé pour contenir le vin : le flacon ! Ce format est tellement central qu’il a donné son nom à notre projet. Pour moi, le flacon symbolise l’entrée dans une nouvelle ère du vin, tout en transparence et en innovation. Il correspond parfaitement à la mission qu’on s’est donné de démocratiser l’accès à l’univers des vins d’exception.

Une fois les premières interrogations sur notre format surmontées, le partage sur les réseaux sociaux est très naturel chez nos clients. Ce qui nous a permis de réaliser 90% de notre acquisition en bouche-à-oreille jusqu’à aujourd’hui. Une vraie force quand on sait que le coût d’acquisition est le principal challenge chez les DNVB (Digital Native Vertical Brand).

Que pense le public du format vin en flacon ?

Au départ, il y a eu beaucoup de réticence. Notre format intrigue beaucoup ceux qui le voient pour la première fois. Et c’est l’effet escompté ! Tout de suite, les questions fusent : « Comment sélectionnez-vous les vins ? », « Quelle quantité contient un flacon de vin ? » ou encore « Les vins se conservent-ils bien avec la capsule à vis ? ».

Nous pouvons alors les rassurer sur ces points. En effet, peu le savent, mais une bonne capsule à vis conserve mieux le vin qu’un bouchon en liège classique. Nos flacons sont méticuleusement conditionnés par notre partenaire industriel basé à Bordeaux qui s’appuie sur une technologie brevetée de mise en flacon sous azote, ce qui permet de les conserver au minimum 3 ans. Et avec 100ml, nos flacons contiennent une quantité de dégustation suffisante jusqu’à quatre personnes.

Quant à la sélection, nous avons une liste de propriétés viticoles qui acceptent déjà de mettre leur vin en tube. L’échantillon de vin s’avère très utile pour promouvoir leur savoir-faire auprès de nouveaux consommateurs qui peuvent désormais goûter avant d’acheter. Flakon sélectionne ensuite avec amour les meilleures références parmi ces propriétés partenaires selon les expériences que l’on cherche à construire.

Quelle place donnez-vous aux défis environnementaux, sociaux et de gouvernance ?

A la fin de mes études à l’EDHEC en 2021, j’ai écrit une thèse sur l’entrepreneuriat responsable. J’ai centré mes recherches sur la manière de transformer les défis environnementaux, sociaux et de gouvernance en véritable opportunité́ de croissance pour les start-ups. Finalement, je suis arrivé à un concept clé : « l’alignement ». Pour le fondateur, aligner son business avec ses valeurs peut devenir un véritable moteur de la création de valeur au sein de son entreprise. De plus en plus d’initiatives d’organisations dites “hybrides” vont dans ce sens.

Cette vision responsable de la performance et de l’innovation est donc au cœur du développement de la startup Flakon, qui sera bientôt inscrite au répertoire des sociétés à mission.

Quelles sont les prochaines étapes de la startup Flakon ?  

Grâce à notre « pivot » dans le divertissement, nous sommes en train de finaliser une nouvelle version de notre produit, pour qu’il soit prêt à rencontrer le grand public. Notre objectif par la suite sera de gagner en visibilité grâce à des partenariats stratégiques et à d’autres canaux de distribution comme différentes marques, hôtels, commerces…

Nous sommes aujourd’hui 4 à travailler sur le projet depuis Station F, et nous allons continuer à recruter de nouvelles personnes dans les prochains mois, en stage, alternance et peut-être CDI. Généralement, je poste toutes les annonces sur mon LinkedIn. Il est donc très facile de m’y contacter pour nous rejoindre !

Pour la suite, nous avons d’abord des ambitions au niveau national, pour faire nos preuves dans le pays du vin avant de partir à l’international. Cette ambition nécessitera forcément des moyens importants. Nous réfléchissons donc à lever des fonds dans les prochains mois pour accélérer notre développement.

Peux-tu nous parler également de ton expérience à Station F et à l’Incubateur EDHEC Entrepreneurs ?

Grâce à l’Incubateur EDHEC Entrepreneurs, nous nous sommes entourés de mentors et de conseillers de renom tels que François-Xavier Desplancke, PDG de Belvédère, anciennement de Moët-Hennessy France, Stéphane Pigout, alumni EDHEC qui dirige TubeBottling, une filiale de conditionnement de la première société de prestations de services viticoles dans la région de Bordeaux ou encore, Mathieu Ecollan, Co-Fondateur de Staycation, dont on s’inspire beaucoup pour tenter de refaire dans le vin ce qu’ils ont réussi à faire dans le secteur de l’hôtellerie grâce au divertissement.

Flakon startup
Crédit : Yasmine Machwate 

Ensuite, le programme d’incubation est très bien fait notamment dans l’accompagnement. Des points de suivi mensuels pour fixer nos objectifs sont organisés avec l’équipe EDHEC Entrepreneurs. Elle nous donne ensuite accès à des ressources gratuites pour les atteindre. Par exemple, nous avons pu récemment faire un point juridique avec un avocat spécialiste en RGPD, un autre avec un expert de la prospection B2B et même un coaching sur le pitch avec une professeur des cours Florent.

C’est très stimulant au quotidien de voir pleins de belles histoires se développer à Station F. On va tout faire pour que Flakon soit la prochaine !


Pour avoir plus d’informations sur Flakon et suivre la startup sur les réseaux sociaux

Site web / Instagram / TikTok / LinkedIn

Contact : clement@flakon.fr

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter