Pour lutter contre les fake news liées au Covid-19, l’Union francophone et la revue INfluencia ont lancé un challenge aux jeunes talents francophones : réaliser des campagnes publicitaires de sensibilisation sur le sujet. Défi relevé par Jules Aziz, étudiant à Audencia SciencesCom et son équipe ! 

 

« Partager, commenter, aimer une infox, c’est y croire ». C’est le slogan qu’ont choisi Jules Aziz et quatre autres étudiants d’Audencia SciencesCom et de l’ECV Nantes pour leur campagne de sensibilisation aux infox liées au Covid-19.

Un concours lancé par l’Union francophone et INfluencia dans lequel ils se sont lancés pour l’Agence de communication Antigel, avec 30 autres étudiants, en avril 2020. Récompense à la clé : quatre prix remis en juillet par un jury de professionnel.

Immersion en agence

Une belle opportunité pour ces étudiants, dans un contexte sanitaire qui a bouleversé leurs plans. « J’étais censé être en stage lorsque le confinement a été annoncé mais il a été annulé, raconte Jules Aziz, 23 ans, étudiant en master 1 à Audencia SciencesCom. Ce projet, c’était une nouvelle expérience qui tombait du ciel ! »

Analyse du marché, des tendances liées aux infox, recherche d’un insight… Pendant trois semaines, Jules Aziz, Matthis Lambert, Matéo Jourdain, Célia Pimienta et Nicolas Le Chesne ont donc travaillé d’arrache-pied sur leur campagne, comme dans une vraie agence.

Après réflexion, les cinq étudiants décident de s’orienter vers le sujet de la banalisation des interactions sur les réseaux sociaux. « Nous devions créer six posts pour Instagram et Facebook afin de sensibiliser les jeunes à la compréhension des infos liées au Covid-19, promouvoir l’usage d’infos plutôt que le relais de fake news et donner les clés pour réussir à les décrypter. »

La force du collectif

La force de leur équipe : des compétences doubles, en communication du côté Audencia SciencesCom et en graphisme avec les étudiants de l’ECV Nantes. Et bien sûr, un suivi professionnel assuré par l’agence Antigel.   « On s’est tous très bien entendus, on a beaucoup ri !, se remémore Jules. Il faut apprendre à travailler avec les autres, se confronter à d’autres méthodes de travail… Je suis très fier de ce que l’on a créé ! »

« C’est toujours un plaisir de travailler en groupe, encore plus avec des étudiants d’écoles et de formations différentes de la nôtre, car chacun peut apporter son expertise dans son domaine de prédilections et développer tous ensemble un projet beaucoup plus concret et professionnalisant », ajoute Nicolas Le Chesne, étudiant à l’ECV Nantes.

Avant même les résultats du concours, l’expérience est à 100 % positive pour les futurs diplômés. « Même si c’était un projet ponctuel, il m’a permis d’avoir une première expérience, comprendre la chaine créative en travaillant avec les designers, acquérir une méthodologie » assure Jules Aziz.

Booster d’expérience

Un projet dans la continuité de ceux proposés par l’école et un premier pas dans le monde du travail. « A Audencia SciencesCom, on a beaucoup de projets professionnalisant, avec de vrais clients et de vraies demandes mais sans être forcément suivis par des personnes qui travaillent en agence », explique Jules Aziz.

Son expérience en tête, le jeune homme a pu débuter en juin un stage dans une agence nantaise. «  J’ai indiqué avoir participé à la campagne sur mon CV, je l’ai partagé sur mes comptes Instagram et LinkedIn, décrit-il.  Au-delà de faire une campagne pour un concours, je veux montrer que j’ai été proactif pendant une période où il était difficile d’avoir une activité. »

L’objectif de Jules ? Travailler dans une agence après son master 2 à Audencia. Un avenir sur les bons rails !