La campagne pour les Municipales est l’occ asion pour les candidats d’expliciter les missions des élus de la République. En matière d’enseignement supérieur (ES ), si elles relèvent d’un ministère, elles intéressent aussi les élus locaux. L’interaction entre établissements d’ES et développement des territoires est plus que jamais un levier stratégique de l’action des élus.

Les villes et communautés (réunies au sein de 5 associations AdCF, AMGVF, AVUF, ACUF, FNAU) ont présenté fin février leurs travaux de réflexions sur le rôle et l’investissement des collectivités locales dans l’ES.
L’étude souligne que le rôle est structurant en matière de politiques :
• de vie étudiante,
• sur la culture,
• la santé,
• le sport,
• la mobilité.
L’occasion de rappeler qu’elles contribuent aussi en matière de :
• stratégies urbaines pour concevoir les campus de demain,
• rénovation du patrimoine existant,
• production de logements étudiants,
• animation de l’interface entre ES, recherche et développement économique,
• gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

 

Les communes au service de l’avenir du pays
La présidente de l’AVUF (association des villes universitaires de France) et maire de Montpellier Hélène Mandroux, a insisté sur le fait « qu’en aidant les étudiants, les collectivités parient sur l’avenir et participent au rayonnement national et international de nos villes. » Les responsables présents ont conclu sur la nécessité pour les collectivités urbaines de se mobiliser en réseau pour s’emparer des outils de contractualisation de la loi Fioraso. L’objectif étant la mise en place des Communautés d’établissements, des contrats de site, l’élaboration de Schémas régionaux de l’ES, de la recherche et de l’innovation ; et l’articulation avec les Schémas de développement universitaire à l’échelle des agglomérations.

 

20,8 milliards d’€ par an pour l’ES
Les financements apportés par l’Etat à l’ESR se montent en 2013 à 20,8 milliards d’euros. En complément depuis 2008, les collectivités locales dépensent chaque année plus d’un milliard d’euros en faveur de la recherche et du transfert de technologie. Les associations des collectivités locales estiment qu’elles dépensent en plus, plus d’un milliard d’euros en faveur de l’ES. Un investissement qui s’accompagne de la recherche d’une organisation optimale du paysage de l’ESR. Plus d’informations sur
http://www.grandesvilles.org/publications/etudes-sondages/faconner-un-ecosystemeinnovation- action-villes-communautes-soutien.

 

La ville de Troyes, un exemple d’agglomération engagée auprès de ses étudiants
Troyes compte près de 10 000 étudiants parmi ses 130 000 habitants. Université, IUT, UTT, écoles de management et d’ingénieurs, centre universitaire d’études médicales, institut de formation des maîtres ; l’offre de formations est complète. La ville organise des évènements d’information sur les filières et métiers pour les lycéens, étudiants et leurs familles comme le Forum Avenir Etudiant ; ou les « Clés de Troyes » au moment de la rentrée universitaire pour faire connaître les lieux culturels et festifs de la ville aux étudiants. La ville propose également un portail de l’enseignement supérieur www.etudieratroyes.fr.
http://www.postbac-academie-de-reims.fr/
http://www.grand-troyes.fr/fr/etudier/index.html

 

Des étudiants forment une liste pour les Municipales
Si l’enseignement supérieur intéresse les politiques, des étudiants s’intéressent eux aussi à la politique, à l’image d’une liste municipale pour Saint-Cloud. Appelée « Allons Enfants », ses membres sont tous âgés de 18 à 25 ans. Son leader Pierre Cazeneuve est le plus jeune candidat à la mairie d’une ville de plus de 10 000 habitants. A 18 ans il est étudiant à Sciences Po. Et comme on pouvait s’y attendre, ils mènent campagne en usant avec aisance des nouvelles technologies. Site, twitter, Facebook, You tube, ils sont partout et très suivis.
www.allonsenfants2014.org

 

A. D-F