« En rejoignant l’ESCP j’étais certain d’avoir rejoint une grande communauté et une grande famille » – L’interview de Léon Laulusa

Interview Léon Laulusa ESCP
©Fradin

Ancien associé dans un cabinet de conseil et d’audit international, Léon Laulusa a fait le pari, il y a une vingtaine d’année, d’une nouvelle carrière mêlant académique et management. Un choix qu’il estime être une des meilleures écoles pour lui permettre de prendre les rênes de la plus parisienne et la plus internationale des business schools françaises en 2023. Il revient sur sa vision de l’ESCP et sur ses grands projets pour 2024.

#Flashback-Racontez-nous votre première à l’ESCP.

Associé dans un cabinet de conseil et d’audit international, j’ai débuté à l’ESCP en 1999 en tant que professeur vacataire, avant de devenir professeur permanent en 2005. Dès que j’ai franchi les portes de l’école, j’ai été frappé par la mentalité des élèves de l’ESCP, des élèves brillants mais aussi très modestes, une impression qui n’a cessé de se confirmer au fil des années. En 2005, j’étais certain d’avoir rejoint une grande communauté et une grande famille. Une grande communauté qui commençait à construire un modèle unique d’école européenne dans un esprit collectif et de débats. Nous construisions véritablement l’Europe et la cohésion européenne à travers l’école, toujours en visant l’excellence, sans compromission, tout en respectant les différences. Preuve en est, l’internationalisation croissante de l’école : alors que nous comptions 90 nationalités il y a quelques années, aujourd’hui 62 % de nos élèves sont internationaux (135 nationalités).

Vous avez évolué sur plusieurs postes de top management avant d’être nommé directeur général de l’école en juin 2023. Quel bilan professionnel et personnel tirez-vous de votre parcours au sein de l’ESCP ?

Je ne vais pas tirer de bilan mais plutôt retenir la chance de mon parcours : avoir pu gravir tous les échelons au sein de l’école. Je suis entré à l’ESCP en tant que vacataire, je suis devenu professeur assistant, puis professeur associé, puis professeur permanent et j’y ai également rempli des responsabilités administratives et managériales. Ces expériences m’ont permis d’évoluer de façon académique, tout en participant au développement de l’école et de sa construction européenne. Un développement au service duquel j’ai pu mettre mes expériences issues de ma vie professionnelle d’avant. En tant qu’associé d’un cabinet de conseil international, j’étais familier de la notion d’agilité et j’avais déjà les outils pour assurer le pilotage d’une organisation, la qualité des process ou la mise en place et l’exécution d’une stratégie. Par la suite, mon évolution au sein de l’école m’a permis d’aller plus loin dans ces compétences, dans une démarche de learning by doing. Pour cela, j’ai notamment eu la chance d’être accompagné par Frank Bournois sur les questions de management spécifiques à une école.

Revenons à l’ESCP aujourd’hui. L’école se développe depuis 2022 autour de son plan stratégique Choices & Expériences. Qu’est-ce que cela implique concrètement pour ses étudiants ?

Cela passe bien sûr par la formation. Dans cette dynamique, notre PGE est sans doute celui qui propose le plus de spécialisations (70 aujourd’hui), d’autant que nos élèves peuvent choisir jusqu’à trois spécialisations différentes pendant leur cursus PGE. Nous proposons aussi à nos élèves la possibilité de diversifier leurs expertises via des doubles diplômes avec des institutions de renom : CentraleSupélec, Mines Paris-PSL, l’IFM, l’ENSAE, l’Ecole Ferrandi, le CFJ ou encore Saint Cyr. Mais aussi, et c’est nouveau cette année, avec la Faculté de Médecine. J’avais coutume de dire qu’à l’ESCP on peut tout faire sauf médecine… et bien ce n’est plus vrai aujourd’hui : l’ESCP mène à toutes les carrières désormais ! Ces notions de choix et expériences renvoient aussi évidemment à tous les dispositifs mis en place en faveur de l’ouverture sociale. Nous avons notamment initié avec Frank Bournois la gratuité de la scolarité pour les boursiers échelon 4 à 7, le programme Chances Augmentées grâce au soutien de notre alumna Marguerite Burghardt, ou encore, le repas à 1 euro pour les boursiers. Une égalité des chances que nous concevons toujours très méritocratique, sans aucun système de type bonification. Cela implique enfin une expérience étudiante augmentée sur nos campus. Pour preuve, à Champerret aujourd’hui et sur le nouveau campus de République demain, nous investissons beaucoup sur les aspects technologiques mais aussi humains, avec un encouragement marqué pour la création et le développement des associations étudiantes, notamment.

Quels grands projets vous attendent pour 2024 ?

En tant qu’institution d’Enseignement supérieur, nous devons accompagner le changement. Cela passe par des transformations et des accélérations dans le domaine du développement durable, de l’IA, de la deeptech, du leadership inclusif ou de la géopolitique par exemple. En ce sens, nous avons notamment récemment créé un master spécialisé en géopolitique et un master sur le marketing et le management du luxe durable. La recherche est aussi au cœur de nos nouveautés pour cette année. Je souhaite en effet y associer plus intimement des experts issus du monde professionnel. Des cabinets de conseil, des entreprises, avec lesquels nous travaillerons, ensemble, pour générer plus de recherche à impact.

Vous souhaitez aussi mettre l’accent sur l’épanouissement de vos élèves. Dites-nous en plus.

Un de nos plus grands chantiers réside effectivement dans l’épanouissement. Nous allons accompagner nos élèves en ce sens sur plusieurs volets autour du dispositif AP3. L’épanouissement académique d’abord, en leur offrant la chance de cocréer la connaissance avec nous en étant challengés sur leur esprit critique et de synthèse. L’épanouissement professionnel ensuite. Le sens est important pour nos élèves et nous les guidons via du coaching individualisé pour trouver le métier qui correspond à leurs valeurs et leurs centres d’intérêt. Epanouissement personnel également, via notre centaine d’associations étudiantes qui sont autant de cadres et d’occasions d’expérimenter, d’échanger et d’apprendre. Sans oublier l’épanouissement physique. En tant que futurs leaders responsables et engagés pour l’impact, nos élèves doivent en effet être préparés physiquement et mentalement. Pour ce faire, nous allons, entre autres, leur proposer de faire de la méditation ou de suivre un cours sur la philosophie chinoise dispensé par un des plus grands professeurs chinois en la matière. Car nous sommes convaincus que les nouveaux modèles de développement économique ne doivent plus être guidés par la domination de la nature ou de l’environnement par l’Homme mais, au contraire, être guidés par une harmonie entre l’Homme et la Nature. Et nous nous engageons à préparer nos élèves à devenir les promoteurs de ces nouveaux modèles, les ambassadeurs, les acteurs du changement et de l’impact positif.

#Iconique : quel souvenir unique associerez-vous toujours à vos années ESCP ?

Le séminaire Designing Europe. Chaque année, tous nos élèves du Master in Management Grande École (MIM) en provenance de tous nos campus européens se rejoignent au Parlement européen pour travailler sur une résolution. Durant deux jours, ils endossent tous les rôles (député, membre de la Commission, membre du Conseil) qui se côtoient au parlement et participent au processus législatif. Ce séminaire incarne notre identité européenne, notre capacité à rassembler des dizaines de nationalités pour travailler, ensemble, à la promotion d’actions qui impactent positivement l’Europe. C’est ça la beauté de l’ESCP !

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter