Leadership, ambition, convictions et rêves les plus fous, Emmanuel Métais, directeur général de l’EDHEC Business School nous raconte comment il a fondé son profil de dirigeant du Sup’.

 

©Audoin DESFORGES

Quel ancrage de votre profession dans votre enfance ?

Ma mère était institutrice et mon père expert-comptable. Je me suis retrouvé au croisement de ces deux professions en tant que professeur de stratégie.

Que vouliez-vous faire enfant ?

Faire de ma passion ma profession, le hockey sur glace. J’ai joué en club à Epinal et Strasbourg. La glisse, la vitesse, parfois un peu de bousculade, le collectif, j’ai adoré !

Quelle est la plus belle chose qui vous soit arrivé cette année ?

Quand ma fille aînée a obtenu l’orientation de son choix après le bac. Avoir des enfants passionnés, qui ont trouvé leur voie et réussissent, c’est la plus belle chose !

Votre super héros favori ?

Edna, un personnage du film Les indestructibles. Elle fabrique les costumes des supers héros. Etre enseignant c’est cela : faire des costumes pour nos étudiants, pour qu’ils aillent le plus loin possible, révèlent leurs supers pouvoirs.

Quelle a été votre révélation professionnelle ?

Il y a 20 ans, Olivier Oger, mon prédécesseur, m’avait demandé de prendre en charge la première demande d’accréditation AACSB pour l’EDHEC. L’audit, les standards, ce n’est pas mon truc. Et pourtant, cela a été une révélation de mener un projet utile, d’emmener des équipes, et de réussir !

La chose la plus importante que je devrais savoir à votre sujet ?

Ma passion pour les stratégies de rupture, sujet de mon doctorat. Je suis fasciné par le fait de casser les règles du jeu, par ceux qui innovent radicalement. J’aime observer l’environnement, sentir les signaux faibles qui annoncent le monde de demain.

Ce que vous vous interdisez de faire en tant que dirigeant ?

Rien ! A part transgresser la loi évidemment. Dans un enseignement supérieur standardisé, je suis convaincu qu’il faut sortir des sentiers battus, aller à contre-courant. C’est ainsi que l’EDHEC réussit depuis toujours.

A quelle règle managériale ne dérogez-vous jamais ?

Ne rien s’interdire !

Quelle est l’importance de la personnalité du directeur dans une institution ?

Difficile à dire. Mais ce que j’ai envie de transmettre à nos élèves, c’est une certaine idée du leadership fondé sur l’humilité, l’ambition, la bienveillance et la résilience.

Votre #EDHECTouch ?

L’ambition entrepreneuriale. L’EDHEC est une école indépendante, et a toujours manqué de ressources. De ce fait, elle a toujours cherché des solutions, innové, évité le mimétisme.

Comment forgez-vous votre détermination pour l’EDHEC ?

Lorsque je rencontre un étudiant, un alumni, un startuper, qu’ils me parlent de leurs envies et parcours ; me dire que nous y sommes pour quelque chose renforce ma détermination. L’autre source de détermination, ce sont les enseignants, leur passion, leur engagement.

Un moment où vous avez dû monter au créneau pour défendre l’EDHEC ?

Au moment des accréditations. La dernière en date : la reconnaissance par le gouvernement français de nos MSc. Je n’ai pas eu de crise en tant que DG, mais j’étais aux côtés d’Olivier Oger lorsqu’il a géré celle de la hausse des frais de scolarité. Il ne s’est pas dérobé. Il s’est présenté devant 1 000 parents le jour de la rentrée et leur a expliqué pourquoi il avait fait ce choix. Et il a tiré les leçons de cette crise.

Qu’est-ce qui vous enthousiasme le plus en ce moment ?

Le développement de partenariats en France et à l’étranger. Avec le Kings College, Imperial College ou l’Ecole 42. Nous lançons aussi une consultation en vue de la préparation de notre plan 2025. Faire le point sur notre avenir, c’est passionnant.

Un succès dont vous êtes fier ?

Le programme multi campus GETT monté avec la Haas School of Business de Berkeley et la SKK de l’université Sungkyunkwan en Corée. Un beau succès collectif.

Votre rêve « fou » pour l’EDHEC ?

La gratuité des études, trouver le modèle économique qui nous permettra, au-delà des bourses, d’exempter de frais de scolarité les plus démunis. Et nous y réfléchissons !

BNP Paribas Personal Finance: The good and safe place to work !

« Rejoignez une entreprise responsable et inclusive », assure Frédéric Thoral, DRH BNP Paribas Personal Finance

Prenez goût à une carrière all over the world chez Danone

Aujourd’hui Senior Vice President Global Sales chez Danone, Ayla Ziz a déjà une belle carrière derrière elle, marquée par des postes dans des multinationales dans le monde entier.

Kering Americas : il était une fois le luxe en Amérique

Porté par une culture d’entreprise profonde et familiale, Kering fait rimer tradition et internationalisation. La preuve avec Laurent Claquin (RSB 93), Président de Kering Americas

Feu vert pour l’électrique chez Mercedes-Benz Paris-Bordeaux

Mercedes-Benz se challenge en 2021 ! Le constructeur automobile fait un pari sur l’avenir en proposant des voitures hybrides dans toutes ses gammes.

Cartes Bancaires : jouez la carte de la révolution digitale

« Vivez chez nous les révolutions technologiques attachés au multi-paiement, lance Philippe Laulanie, Directeur Général Administrateur de Cartes Bancaires CB

Verlingue* : adoptez un champion de la croissance !

Comme l’explique son Directeur Epargne Retraite Philippe Gibeaux, le dynamisme et les valeurs fortes de Verlingue en font un leader innovant en forte croissance

Chez thyssenkrupp Plastics France, relevez le défi de la modernisation

Président directeur général de thyssenkrupp Plastics France depuis 4 ans, Max Antoine Grolleron a à cœur de faire avancer son entreprise mais aussi ses collaborateurs.

ENGIE : cette entreprise vous veut du bien !

« La RSE chez ENGIE, c’est du concret ! » assure Rachel Compain, Directrice Développement social et Diversité

Royal Canin France : une carrière qui a du chien !

« Rejoignez une entreprise qui accompagne votre carrière », assure Fabrice Ribourg, (KEDGE Bordeaux 03), PDG de Royal Canin France (MARS Inc).

Groupe Beaumanoir : le prêt-à-porter en mode family

« Je ne recrute pas des talents que sur leurs bases techniques et d’expertise, mais des personnalités qui ont le sourire, le sens du service et tout simplement l’envie ! » insiste Jean-Philippe Serre, DSI chez Groupe Beaumanoir