La féminisation des grandes écoles est incontestable : une progression de 45 % ces dix dernières années en école d’ingénieurs, une parfaite mixité dans les écoles de management (baromètre Égalité femmes-hommes de la CGE*) et même si le rythme reste lent (d’après une projection du ministère de l’Enseignement supérieur, au rythme actuel de féminisation, il faudrait attendre 2075 pour obtenir l’égalité femmes-hommes dans les formations d’ingénieurs), les progrès sont indéniables.

 

Derrière le record de féminisation dans les promos, une réalité nuancée…

Néanmoins, si la féminisation progresse parmi les étudiantes ingénieures (33 % en 2018) et la parité est quasiment atteinte dans les écoles de commerce, la mixité n’est pas la garantie d’une égalité accrue entre les jeunes femmes et hommes. Dans le domaine des sciences de gestion par exemple, on constate que les étudiants et les étudiantes ne se dirigent pas vers les mêmes spécialités, les premiers étant par exemple plus nombreux à opter pour la finance et ses carrières rémunératrices, les secondes se laissant plus facilement séduire par le secteur de la communication ou les ressources humaines. Derrière la parité de façade se reproduit une ségrégation des filières. Ces choix d’orientation conduisent à une catégorisation (genrisation) des métiers, renforçant les stéréotypes de genre et nourrissant les inégalités professionnelles, comme le confirment les derniers résultats du baromètre de la CGE sur l’insertion des jeunes diplômés (2019). Même si certains écarts se réduisent, l’étude constate que les jeunes filles diplômées des écoles de management et d’ingénieurs accèdent moins favorablement au marché du travail que leurs camarades masculins. Du taux net d’emploi au contrat de travail (88,7 % de CDI pour les hommes, 80,7 % pour les femmes), en passant par le salaire (39,2 K€ vs 43,7 K€ pour les managers, 36,6 K€ vs 39 K€ pour les ingénieurs), tous les indicateurs sont moins favorables aux jeunes femmes.

Des perspectives audacieuses pour avancer…

Les recherches pointent la nature multidimensionnelle des écarts : déni des inégalités, persistance des stéréotypes de genre, déficit de confiance et autocensure des filles, un enseignement encore basé sur une vision masculine du leader, choix du métier et de la fonction, absence de modèles féminins, discrimination organisationnelle indirecte… contribuant ainsi à mieux identifier les pistes à suivre sur le chemin de l’égalité.

Afficher une stratégie volontariste des Grandes Ecoles

Les grandes écoles ont la responsabilité de s’engager dans le combat contre les inégalités et les discriminations, de déployer de réelles actions correctrices pour déconstruire les stéréotypes et les idées reçues. Cours obligatoires sur les inégalités de genre et leurs origines, conférences de sensibilisation sur la lutte contre les discriminations, ateliers de réflexion sur la construction du masculin et du féminin, actions pédagogiques auprès des associations, tables rondes, développement de réseaux féminins, cordées égalité… tous les moyens doivent être mis en œuvre pour sensibiliser nos étudiants -filles et garçons-, équipes pédagogiques et encadrantes à cette question.

Accompagner les jeunes filles… mais aussi les jeunes garçons !

Les recherches soulignent l’autocensure des jeunes filles qui privilégient souvent une carrière respectueuse de l’équilibre vie professionnelle- vie personnelle, conforme aux attentes de la société (rôles sexués) au détriment de leurs ambitions.

Les études montrent aussi que les étudiantes tendent à douter de leurs compétences ce qui a des effets sur leur performance en matière de négociation salariale. Aux écoles de les accompagner dans leurs orientations ! Les étudiantes peuvent suivre des ateliers de formation à l’insertion professionnelle : développement de l’assertivité et de la confiance en soi, entrainement à la négociation salariale, leadership, prise de parole en public…

Par ailleurs, les grandes écoles doivent aussi accompagner les jeunes garçons qui ont aussi intériorisé des normes sociales à l’égard de la masculinité (virilité ?) et de la féminité. Ils sont souvent peu conscients du système de représentations, de valeurs et de normes qui irrigue leur environnement et des effets de domination qu’il peut induire. Les Ecoles doivent être à même de questionner ces modèles et de leur donner le choix de ne pas s’enfermer dans une vision imposée de réussite sociale et de pouvoir.

*Conférence des Grandes Ecoles

Sources :

https://www.cge.asso.fr/wp-content/uploads/2017/06/enquete-insertion-cge-2019.pdf

https://www.inegalites.fr/Filles-et-garcons-dans-l-enseignement-superieur-des-parcours-differencies?id_theme=22

 

© Studio 101

A propos de l’auteur : Sabrina Tanquerel, Professeur Assistant en Gestion des Ressources Humaines, Développement Personnel

StopCovid : les questions que vous vous posez

A partir du 2 juin 2020, le gouvernement français mettra en place l’application mobile StopCovid qui signalera à ses utilisateurs un contact éventuel avec une personne contaminée par le Covid-19.

Les Millennials s’engagent : la preuve sur le terrain

Service Civique, V.I.E. & co : les jeunes français sont au taquet pour se mettre au service des autres tout en gagnant en compétences professionnelles. La preuve !

Le doute : l’arme fatale contre les fake news

Les fake news vous envahissent ? Faites place au doute et célébrez l’esprit critique

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

[La gueule de l’emploi] Les soft skills à maîtriser pour être recruté à coup sûr

62 % des dirigeants et managers sont prêts à recruter principalement sur la base des soft skills. Alors plus question de négliger ses « compétences douces » quand on cherche un job

Avec AKKA Technologies, passez le cap du handicap

AKKA Technologies a fêté en 2019 les 10 ans de sa politique d’inclusion des personnes en situation de handicap. Bilan.

La Banque Postale : les bons comptes font les belles réussites !

Pour Perrine Kaltwasser, Directeur des risques groupe, la finance est un secteur riche en opportunités pour les jeunes diplômés. A vous de les saisir !

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

Sport VS Covid : le match

Comment se portent les métiers du sport en période de crise sanitaire et économique ? C’était l’objet de la table ronde de La Sports Management School sur BeSport.

Reconversion professionnelle : ils ont osé !

C’est décidé, ils ont changé de vie ! Découvrez trois témoignages d’étudiants qui ont décidé de changer leur avenir professionnel.